Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Abonnez-vous!
    Connectez-vous

    La carpe asiatique est arrivée dans les Grands Lacs

    Pêches et Océans Canada estime que les conséquences «pourraient être extrêmement graves»

    Des carpes argentées dans la rivière Illinois, aux États-Unis, en décembre 2009. Les carpes représentent, à certains endroits de ce cours d'eau, plus de 90 % de la biomasse animale.
    Photo: Archives Associated Press Des carpes argentées dans la rivière Illinois, aux États-Unis, en décembre 2009. Les carpes représentent, à certains endroits de ce cours d'eau, plus de 90 % de la biomasse animale.

    Le gouvernement fédéral a confirmé vendredi l’arrivée de la carpe asiatique dans les Grands Lacs, première étape de la propagation de cette espèce envahissante très prolifique qui a fait des ravages dans les cours d’eau américains. Une situation dont les conséquences « pourraient être extrêmement graves », reconnaît même Pêches et Océans Canada.

     

    Selon les résultats d’une « évaluation du risque » publiée par le gouvernement fédéral et le gouvernement de l’Ontario, la carpe de roseau — une des quatre espèces de carpes asiatiques — est « arrivée » dans certaines zones du bassin des Grands Lacs, « en particulier dans les lacs Michigan, Érié et Ontario ».

     

    Concrètement, cela signifie que l’espèce a commencé à se propager dans les eaux canadiennes et à accroître sa présence. Fait à noter, une carpe de roseau a été pêchée au printemps dernier dans le fleuve Saint-Laurent, dans le secteur de Contrecoeur, en aval de Montréal. Il s’agissait d’un poisson de près d’un mètre, pour un poids avoisinant les 60 livres.

     

    Dans le cas des Grands Lacs, Pêches et Océans a précisé vendredi que 23 carpes de roseau ont été capturées dans les eaux canadiennes depuis 2012. Mais le pire pourrait bien être à venir. Le ministère admet lui-même que « les conséquences écologiques de la présence de la carpe de roseau dans la plupart des zones du bassin des Grands Lacs pourraient être extrêmement graves dans les 50 prochaines années ».

     

    Espèce envahissante

     

    Il faut dire que l’expérience américaine en dit long sur les conséquences de la prolifération de ces poissons. Les carpes asiatiques ont été introduites dans les années 1970 dans les exploitations piscicoles du sud des États-Unis. Mais ces poissons se sont retrouvés accidentellement dans le bassin du Mississippi à la suite d’inondations.

     

    Les carpes ont alors réussi à remonter le mythique fleuve et à envahir les cours d’eau rattachés à celui-ci sur une distance de plus de 1500 kilomètres. Tout cela en moins de 20 ans.

     

    Leur capacité d’adaptation a d’ailleurs été phénoménale. Dans la rivière Illinois, à quelques dizaines de kilomètres des Grands Lacs, les carpes représentent à certains endroits plus de 90 % de la biomasse animale du cours d’eau.

     

    Barrière inefficace

     

    Prédateur indélogeable, une telle bête peut mesurer plus d’un mètre, dépasser les 45 livres et vivre plus de 20 ans. Elle pèse au moins deux livres après sa première année de vie, ce qui fait qu’elle ne peut être une proie pour d’autres espèces. Et elle mange chaque jour l’équivalent du tiers de son poids.

     

    Pour tenter tant bien que mal de contrer la menace, Washington a financé au début des années 2000 la construction d’une barrière électrique dans le canal qui traverse Chicago et qui permet aux navires de commerce de gagner le lac Michigan.

     

    La confirmation de la présence de la carpe asiatique dans les Grands Lacs permet toutefois de constater que cette barrière s’est avérée inefficace pour stopper la propagation vers les Grands Lacs, un réseau qui communique directement avec le fleuve Saint-Laurent et qui ouvre aussi la voie à plusieurs rivières du Québec.

     

    Financement de Québec

     

    Au Québec, le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs (MFFP) dit justement prendre la situation très au sérieux. Le gouvernement a mis sur pied une équipe de cinq biologistes qui doit élaborer un plan de lutte contre les carpes asiatiques.

     

    Une enveloppe de 1,7 million de dollars sur trois ans a d’ailleurs été annoncée dans le budget provincial de 2016. Québec suit ainsi le fédéral, qui a déjà injecté des fonds pour suivre la situation et se préparer au pire.

     

    En entrevue au Devoir l’an dernier, le biologiste et coordonnateur de l’équipe du MFFP sur les carpes asiatiques, Michel Legault, avait souligné qu’il est très probable qu’on retrouve un jour ces poissons au Québec. Et selon lui, ces carpes seraient parfaitement à l’aise dans le fleuve. Elles pourraient alors coloniser les très nombreuses rivières qui se jettent dans le fleuve.

     

    Une fois qu’elles seront présentes au Québec, les carpes asiatiques seront pour ainsi dire indélogeables. Tout au plus, il faudra, selon M. Legault, essayer de « limiter la propagation » pour tenter de protéger le plus possible la faune aquatique indigène du Québec.













    Envoyer
    Fermer

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.