Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    Le pétrolier échoué au large de la Nouvelle-Écosse a finalement été renfloué

    Le pétrolier, qui se dirigeait vers le Mexique lorsqu’il s’est échoué, ne transportait pas de pétrole à part le carburant pour ses moteurs. 
    Photo: La Presse canadienne Le pétrolier, qui se dirigeait vers le Mexique lorsqu’il s’est échoué, ne transportait pas de pétrole à part le carburant pour ses moteurs. 

    Sydney — Le pétrolier qui s’était échoué la semaine dernière au large de l’île du Cap-Breton, en Nouvelle-Écosse, a finalement été libéré de sa fâcheuse position dimanche.


    L’Arca 1 a été remorqué au port de Sydney pour y subir des réparations. Le navire est maintenant totalement sécurisé, mais une barrière flottante a été installée autour par mesure de précaution.
     

    Stephen Bornais, un porte-parole de la Garde côtière canadienne, a expliqué que des dizaines de résidants des environs de Little Pond avaient observé l’opération de renflouement à la marée haute, alors que le navire de 53 mètres de long était dégagé des eaux peu profondes dans lesquelles il était coincé.

     

    M. Bornais a indiqué que l’événement avait attiré quelque 150 citoyens de la communauté. Selon lui, les gens semblaient admiratifs devant ce spectacle inhabituel.

     

    Le pétrolier a été renfloué par McKeil Marine, une entreprise de sauvetage maritime établie en Ontario. Un porte-parole, Olous Bolag, a déclaré que l’opération avait nécessité deux remorqueurs et un câble de remorquage de plus de 1150 mètres.

     

    Les techniciens ont délesté le navire de plusieurs centaines de tonnes d’eau de ballast qui servait à assurer sa stabilité et ont récupéré son ancre sur les fonds marins sablonneux, a expliqué M. Boag.

     

    L’opération a pris moins de temps que prévu, a ajouté le porte-parole. Une précédente tentative menée la semaine dernière avait échoué et les efforts de renflouement avaient ensuite été retardés par des conditions climatiques défavorables.

     

    Le pétrolier, qui se dirigeait vers le Mexique lorsqu’il s’est échoué, ne transportait pas de pétrole à part le carburant pour ses moteurs, et ne représentait donc qu’un faible risque pour l’environnement, a précisé M. Boag.

     

    Les coûts de l’opération de renflouement et de sauvetage devront être assumés par le propriétaire du navire, l’entreprise mexicaine Petroil Marine, selon M. Boag. La facture sera salée, a-t-il ajouté.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.