Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    2016, l’année la plus chaude jamais enregistrée

    <p>Le réchauffement climatique augmenterait notamment la probabilité de phénomènes météorologiques extrêmes tels que les canicules, les sécheresses et les inondations.</p>
    Photo: Fadel Senna Archives Agence France-Presse

    Le réchauffement climatique augmenterait notamment la probabilité de phénomènes météorologiques extrêmes tels que les canicules, les sécheresses et les inondations.

    La première analyse mondiale complète de l’année dernière a confirmé que 2016 a été l’année plus chaude jamais enregistrée, selon le Copernicus Climate Change Service (C3S). L’an dernier, la planète s’est en effet réchauffée de près de 1,5 °C, selon les chiffres publiés par ce composant du programme d’observation Copernicus.

     

    Les derniers résultats montrent que la température mondiale a dépassé d’environ 1,3 °C les températures moyennes typiques de la moitié du XVIIIe siècle. De plus, l’année 2016 a été plus chaude de près de 0,2 °C que 2015, qui détenait jusqu’à maintenant le record.

     

    Rappelons que les pays présents au sommet de Paris en 2015 se sont engagés à contenir le réchauffement bien au-dessous de 2 °C par rapport aux niveaux préindustriels et à poursuivre les efforts pour limiter la hausse des températures à 1,5 °C, ce qui réduirait de manière significative l’impact et les risques liés aux effets du changement climatique.

     

    Le réchauffement climatique augmenterait notamment la probabilité de phénomènes météorologiques extrêmes tels que les canicules, les sécheresses et les inondations.

     

    Avec l’Agence France-Presse













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.