Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous
    Enbridge

    Plus de 60 réparations pour le pipeline 9B

    En plus des municipalités où des travaux de réparations ont été menés depuis le début de l’année 2016, le pipeline 9B traverse le territoire de Terrebonne, de Laval et de Montréal-Est.
    Photo: Jacques Nadeau Le Devoir En plus des municipalités où des travaux de réparations ont été menés depuis le début de l’année 2016, le pipeline 9B traverse le territoire de Terrebonne, de Laval et de Montréal-Est.

    Le pipeline 9B d’Enbridge a subi des réparations à plus de 60 reprises depuis qu’il transporte du pétrole jusqu’à Montréal, dont 22 au Québec. C’est ce que révèlent les données obtenues par Le Devoir à la suite de demandes répétées à l’Office national de l’énergie (ONE). Une situation qui démontre que l’entreprise connaît des problèmes de dégradation de son pipeline, conclut un expert de ce type d’infrastructures.

     

    Ce pipeline construit en 1975 transporte du pétrole brut de l’Ouest canadien jusque dans l’est de Montréal depuis décembre 2015, après avoir obtenu le feu vert de l’ONE. L’organisme fédéral a jugé que le sens d’écoulement du pétrole dans le pipeline pouvait être inversé, mais aussi qu’Enbridge pouvait augmenter la quantité transportée quotidiennement, et ce, en toute sécurité.

     

    Depuis le début de 2016, l’entreprise a toutefois dû multiplier les travaux d’excavation et de réparations sur le pipeline 9B. Les données officielles compilées par Le Devoir à partir des « notifications » déposées par Enbridge à l’ONE révèlent en effet que l’entreprise est intervenue directement sur son pipeline 9B à 63 reprises, dont 41 fois en Ontario et 22 fois au Québec.

     

    Selon ce qu’on peut lire dans les 22 documents portant sur la portion québécoise, Enbridge a signifié à chaque fois son intention de mener des travaux d’excavation, une « évaluation » des résultats d’une « inspection interne » de l’oléoduc, puis la « réparation appropriée ». Ces inspections internes, précise la pétrolière, sont menées pour recenser des « défauts », comme de la « corrosion », des « déformations » ou encore des « fissures ».

     

    Huit municipalités

     

    Un total de huit municipalités ont été touchées par des travaux, dont Rigaud, Blainville, Sainte-Anne-des-Plaines et Sainte-Justine-de-Newton. La plus touchée a été Mirabel, avec neuf opérations de réparations. Quatre d’entre elles ont été menées près de secteurs habités, précisent les notes descriptives d’Enbridge.

     

    Au moins une intervention réalisée à Mirabel l’a été à moins de 10 mètres des maisons, en plein coeur d’un quartier résidentiel où le pipeline 9B longe plusieurs résidences unifamiliales. L’entreprise indique d’ailleurs qu’elle a distribué une « brochure » dans le secteur en guise de « notification de courtoisie ».

     

    Près de secteurs habités

     

    La quasi-totalité des notifications ont été produites pour des travaux devant débuter entre les mois d’août et de novembre, pour se terminer au plus tard au cours des premiers mois de 2017.

     

    Les notifications déposées à l’ONE pour la portion ontarienne du pipeline 9B concernent en majorité la même période, mais aussi le même type de travaux. Un total de huit municipalités sont touchées et dans 27 des 41 documents, l’entreprise pétrolière précise que les travaux de réparations se dérouleront près de secteurs habités ou hautement fréquentés.

     

    Fait à noter, Le Devoir a dû demander des détails sur les travaux menés sur ce pipeline à trois reprises à l’ONE avant que l’organisme transmette les informations nécessaires pour retrouver les documents recherchés, parmi plus de 190 éléments comprenant toutes les notifications de l’entreprise pour tout le pays.

     

    Avant de transmettre les informations demandées, l’ONE a aussi répondu à deux reprises qu’il s’agissait d’opérations de maintenance, invitant à contacter l’entreprise. « L’exploitant pourrait sûrement vous donner plus de détails si vous voulez des statistiques », a notamment fait valoir l’organisme chargé de la réglementation des pipelines au Canada.

     

    Selon Richard Kuprewicz, un expert qui compte plusieurs années d’expérience dans l’industrie des pipelines, les multiples travaux menés en seulement quelques mois démontrent qu’Enbridge connaît des problèmes de dégradation avec le pipeline 9B.

     

    « Il existe suffisamment d’information pour qu’on comprenne qu’avec le pipeline 9B, ils ont clairement un problème de corrosion, de craques et de déformations. Il n’y a pas de doute à ce sujet », explique celui qui a produit un rapport sur les risques associés à ce pipeline dans le cadre des audiences de l’ONE portant l’inversion du flux de pétrole.

     

    Spécialiste de la réglementation et de la sécurité des pipelines, M. Kuprewicz qualifie même l’utilisation actuelle de ce pipeline de 41 ans d’« expérience de recherche ». Selon lui, l’ONE aurait dû exiger davantage de tests « hydrostatiques », qui consistent à injecter de l’eau dans le pipeline afin d’évaluer de possibles problèmes d’étanchéité. Ceux-ci ont été exigés seulement pour trois tronçons du tuyau, dont un seul situé au Québec, à Mirabel.

     

    Richard Kuprewicz juge en outre qu’il est « risqué » d’augmenter la pression dans le tuyau. Conçu à l’origine pour transporter 240 000 barils par jour, il en transporte aujourd’hui 270 000. Le flot devrait même passer à 300 000 barils quotidiennement d’ici un peu plus d’un an.

     

    Appelé à commenter la nature des travaux menés par Enbridge, il déplore le manque de transparence de la part de l’entreprise dans les notifications. « Ce n’est pas public, donc le public ne peut pas mesurer le risque et évaluer les problèmes et leur type. [Enbridge] n’est pas précise dans l’information et évoque seulement de possibles problèmes. »

     

    Entretien régulier

     

    Interpellée sur les 22 interventions au Québec et les 41 en Ontario, Enbridge a simplement répété que ces travaux font partie de « l’entretien préventif » de l’infrastructure qui achemine la majorité du brut raffiné au Québec.

     

    Enbridge a-t-elle détecté des problèmes particuliers qui justifient ces interventions ? « L’intention de notre programme d’entretien préventif sur nos pipelines est d’identifier les caractéristiques du pipeline longtemps avant qu’elles représentent une menace pour l’intégrité du pipeline », a répondu par courriel son porte-parole, Ken Hall. « Nous continuerons à effectuer des travaux d’entretien préventif sur la ligne 9 pendant la durée du cycle de vie opérationnel du pipeline », a-t-il ajouté.

     

    En plus des municipalités où des travaux de réparations ont été menés depuis le début de l’année 2016, le pipeline 9B traverse le territoire de Terrebonne, de Laval et de Montréal-Est. Dans ces secteurs, il passe littéralement dans la cour de plusieurs résidences, près d’écoles primaires ou encore directement dans la cour d’un Centre de la petite enfance. Il traverse aussi la rivière des Mille-Îles et la rivière des Prairies.

    Les Chippewas devant la Cour suprême La Première Nation Chippewas de la Thames, en Ontario, conteste l’autorisation accordée à Enbridge pour le transport de pétrole brut lourd vers Montréal avec le pipeline 9B. Sa cause doit d’ailleurs être entendue par la Cour suprême le 30 novembre prochain. Selon les autochtones, la décision favorable de l’Office national de l’énergie a été rendue sans consultations adéquates des Premières Nations. Fait à noter, Enbridge a essuyé un revers dans un dossier similaire plus tôt cette année. La Cour d’appel fédérale a en effet annulé en juin dernier l’approbation du projet de pipeline Northern Gateway par le gouvernement canadien en soulignant le manque de consultations des Premières Nations de la côte ouest. La Cour suprême de Colombie-Britannique a également statué que le gouvernement de la province avait manqué à ses responsabilités en ne consultant pas les Premières Nations dans le cadre de ce projet développé par Enbridge.












    Envoyer
    Fermer

    Articles les plus : Populaires|Aimés
    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.