Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Abonnez-vous!
    Connectez-vous

    Les Québécois opposés aux hydrocarbures, selon un sondage

    Pas moins de 65 % des Québécois seraient contre l’extraction de pétrole et de gaz au Québec, selon le sondage mené par le Front commun pour la transition énergétique.
    Photo: iStock Pas moins de 65 % des Québécois seraient contre l’extraction de pétrole et de gaz au Québec, selon le sondage mené par le Front commun pour la transition énergétique.

    À deux jours du début de l’étude du projet de loi sur les hydrocarbures à l’Assemblée nationale, un nouveau sondage commandé par des groupes environnementaux laisse entendre que près des deux tiers des Québécois seraient opposés à des projets d’exploitation pétrolière ou gazière.

     

    Pas moins de 65 % des Québécois seraient contre l’extraction de pétrole et de gaz au Québec, selon le sondage mené par le Front commun pour la transition énergétique. De plus, 67 % des répondants s’opposent à la fracturation hydraulique, la fracturation à l’acide ou la stimulation des puits à l’acide et ne souhaitent pas que le gouvernement autorise ces procédés.

     

    Près de 9 répondants sur 10 (88 %) se disent en désaccord avec l’idée de « vendre à des compagnies pétrolières et gazières des licences qui leur donnent un droit d’accès aux propriétés des Québécois, pour rechercher du pétrole et du gaz », et qui leur permettent de demander l’expropriation si des propriétaires ne leur accordent pas l’accès pour l’exploitation. « Ce sondage nous dit clairement que le gouvernement n’a pas l’appui de la population pour adopter le projet de loi 106, a indiqué Karel Mayrand, le directeur de la Fondation David Suzuki au Québec. Le gouvernement doit prendre acte de l’absence d’appui et retirer le projet de loi sur les hydrocarbures. »

     

    Le coup de sonde a été mené du 6 au 17 octobre auprès de 1020 répondants. La marge d’erreur était de 4,4 %, 19 fois sur 20.

     

    Soulignons qu’un sondage commandé par la Fédération des chambres de commerce du Québec avait pourtant, en 2014, démontré un appui important à l’exploration et l’exploitation pétrolière à l’échelle de la province : 68 % des répondants s’étaient alors dits en faveur de l’exploitation des hydrocarbures québécois.













    Envoyer
    Fermer

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.