Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous

    Anticosti: un premier site de forage est prêt

    Des bassins devront être aménagés pour contenir l’eau nécessaire pour les opérations de fracturation. Ci-dessus, la rivière Jupiter.
    Photo: Pierre Lahoud Des bassins devront être aménagés pour contenir l’eau nécessaire pour les opérations de fracturation. Ci-dessus, la rivière Jupiter.

    Même si le premier ministre Philippe Couillard a réitéré jeudi que l’île d’Anticosti n’est pas un milieu propice pour l’exploitation pétrolière, les travaux en vue des forages avec fracturation continuent de progresser, confirme une vidéo obtenue par Le Devoir. C’est Hydrocarbures Anticosti, financée en majorité par Québec, qui a autorisé ces travaux.
     

    La vidéo en question, filmée par un citoyen le 27 septembre, présente un premier site préparé en vue des trois forages prévus en 2017. On peut voir que le couvert forestier a été rasé et que le site a été nivelé en vue d’accueillir la machinerie nécessaire pour réaliser les forages avec fracturation.

     


    Selon ce qui est précisé dans le certificat d’autorisation émis par le ministère du Développement, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, chaque site doit être préparé ainsi sur une superficie de 20 000 mètres carrés. La société en commandite Hydrocarbures Anticosti indique toutefois que la superficie pourra atteindre, au besoin, 40 000 mètres carrés.

    Des bassins devront aussi être aménagés pour contenir l’eau nécessaire pour les opérations de fracturation. Celle-ci sera puisée en bonne partie à même des rivières de l’île, pour un maximum de 30 millions de litres.

     

    Protection de l’environnement

     

    « Comme pour les travaux réalisés antérieurement, la société appliquera les meilleures politiques de santé, sécurité et de protection de l’environnement, a précisé, par écrit, Hydrocarbures Anticosti, qui a autorisé les travaux à la fin du mois d’août. Les sites de forages seront préparés en conformité avec les standards les plus élevés de l’industrie et en tenant compte des besoins exprimés par la communauté anticostienne lors de la consultation publique. »
     

    Les travaux préparatoires sont toutefois menés alors qu’une demande d’injonction permanente des Innus de Mingan pour faire stopper l’exploration sur Anticosti doit être entendue d’ici la fin de l’année.

     

    Jeudi, le premier ministre Philippe Couillard a aussi réaffirmé ses fortes réticences quant à la poursuite des forages sur la plus grande île du Québec. « Anticosti, a-t-il dit, va se régler par lui-même. C’est un milieu insulaire. La montagne de démonstrations à faire est tellement élevée, les choses suivront leurs cours, mais ce n’est pas un endroit pour faire de la fracturation. »

     

    Forages à venir

     

    Les forages à venir pourraient toutefois mener à de nouveaux forages, dans le but confirmer s’il existe bel et bien un gisement de pétrole de schiste qui puisse être exploité sur Anticosti. Les trois forages avec fracturation prévus servent en effet à compléter la « phase 1 » du programme d’exploration. Dans le cadre de la « phase 2 », des « travaux supplémentaires » pourraient être menés.

     

    En vertu de l’entente signée en 2014 par le gouvernement péquiste, l’État québécois est le principal bailleur de fonds de ce projet d’exploration, avec un investissement prévu de 56,7 millions de dollars. Mais si l’autre partenaire financier, Maurel Prom, décidait de se retirer du projet, le gouvernement devrait augmenter sa contribution.

     

    Malgré plusieurs forages réalisés au fil des ans, aucun gisement d’or noir n’a été découvert sur Anticosti. Selon l’évaluation préliminaire qui a mené à cette saga pétrolière, le sous-sol d’Anticosti pourrait renfermer plusieurs milliards de barils de pétrole de schiste, mais aussi du gaz de schiste.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.