Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    Ottawa approuve un immense projet d’exportation de gaz naturel

    La ministre de l’Environnement Catherine McKenna a donné son feu vert au projet mardi soir.
    Photo: Adrian Wyld La Presse canadienne La ministre de l’Environnement Catherine McKenna a donné son feu vert au projet mardi soir.

    Le gouvernement Trudeau a approuvé mardi soir un imposant projet d’exportation de gaz naturel liquéfié à partir de la côte ouest canadienne. Ce projet de 36 milliards de dollars, qui permettra de faciliter la mise en marché de la production gaz de schiste, devrait aussi générer quelques millions de tonnes de gaz à effet de serre chaque année.

     

    En annonçant le feu vert du fédéral, la ministre de l’Environnement Catherine McKenna a évoqué une « annonce importante pour la Colombie-Britannique et le Canada ». Selon elle, il s’agit d’un projet qui permettra de mettre en marché le gaz naturel du pays « tout en protégeant l’environnement ».

     

    Mme McKenna a également évoqué une autorisation basée « sur la science », « responsable » et basée sur une évaluation environnementale rigoureuse.

     

    Le projet Pacific Northwest LNG, dirigé par le géant malaisien Petronas, doit permettre de transporter du gaz naturel de Fort St John, en Colombie-Britannique, vers la côte ouest du pays, dans le secteur de Port Edward.

     

    Ce gaz, transporté par un gazoduc de 6 milliards de dollars qui sera construit par TransCanada, doit ensuite être liquéfié afin d’être exporté vers le marché asiatique, à bord de navires méthaniers. Ce projet doit permettre, à terme, le maintien de 300 emplois directs permanents.

     

    Pollution

     

    Selon un rapport de l’Agence canadienne d’évaluation environnementale (ACEE) publié plus tôt cette année, ce projet industriel, l’un des plus imnposants de l’histoire du Canada, devrait par ailleurs générer d’importantes émissions de gaz à effet de serre.

     

    L’ACEE estime en effet que les émissions totales liées au projet pourraient atteindre annuellement entre 6,5 à 8,7 millions de tonnes. Le Pacific Northwest LNG deviendra donc « un des plus importants émetteurs de gaz à effet de serre au Canada », selon l’Agence.

     

    À lui seul, il devrait entraîner une hausse de 8,5 % des émissions en Colombie-Britannique, mais aussi de près de 1 % à l’échelle canadienne.

     

    Gaz et climat

     

    La décision du gouvernement Trudeau, qui avait dépêché trois ministres pour l’annonce en Colombie-Britannique, dont la ministre de l’Environnement, Catherine McKenna, survient alors que le fédéral promet de mettre en place une stratégie ambitieuse de lutte contre les changements climatiques.

     

    Ottawa est également sous pression de l’industrie des énergies fossiles, qui cherche des moyens pour exporter une production en croissance. En plus du projet de gazoduc, deux projets de pipelines d’exportation visent la côte ouest du Canada.

     

    Malgré la demande importante pour le gaz naturel dans le monde, Petronas a fait savoir récemment qu’elle réévaluera la rentabilité de son projet gazier une fois qu’elle aura obtenu le feu vert du gouvernement fédéral. Il faut dire que les prix sur le marché sont toujours relativement bas, en raison de l’abondance de l’offre.

     

    Des communautés autochtones s’opposent au projet Pacific Northwest LNG. Ils ont même interpellé les Nations unies pour plaider leur cause, en mai dernier. Les groupes environnementaux ont aussi sévèrement critiqué le projet, notamment en raison de son impact en matière d’émissions de gaz à effet de serre.

     

    Il y a quelques jours, des membres de l’Association canadienne des médecins pour l’environnement ont eux aussi contesté le projet. Ces derniers estiment que les risques de la fracturation hydraulique sur la santé humaine n’ont pas été suffisamment évalués.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.