Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous

    La Cour fédérale rejette le projet de pipeline Northern Gateway

    La carte du pipeline Northern Gateway
    Photo: La carte du pipeline Northern Gateway
    Décision majeure dans le domaine des pipelines au Canada. La Cour d’appel fédérale a renversé jeudi l’approbation du projet Northern Gateway par le gouvernement canadien en soulignant le manque de consultations des Premières Nations de la côte ouest.

    Le controversé projet de pipeline de la pétrolière Enbridge avait été approuvé par le gouvernement Harper en 2014, assorti de plusieurs conditions. Mais la Cour a statué que la consultation des Premières Nations, qui dénoncent depuis plusieurs années le projet, était tout simplement «inadéquate». Or, Ottawa a l’obligation de consulter les Premières Nations dans le cadre de ce type de projet, qui doit traverser leurs terres.

    Dans un jugement rendu plus tôt cette année, la Cour suprême de Colombie-Britannique a également statué que le gouvernement de la Colombie-Britannique a manqué à ses responsabilités en ne consultant pas les Premières Nations dans le cadre du projet Northern Gateway.

    Pipeline d’exportation

    La décision de la justice constitue un nouveau revers pour Enbridge, qui tarde à pouvoir lancer la construction de son important projet de pipeline conçu pour exporter du pétrole albertain à partir de la côte ouest-canadienne.

    La pétrolière albertaine prévoit en fait construire deux pipelines. Un premier, d’un diamètre d’un mètre, servira à transporter quotidiennement 525 000 barils de pétrole des sables bitumineux de l’Alberta vers un port qui se construit à Kitimat, en Colombie-Britannique. De là, le brut sera expédié vers les marchés prometteurs de l’Asie. D’autres navires doivent venir décharger à Kitimat du condensat de gaz naturel qui sera expédié dans un deuxième pipeline afin de servir à l’exploitation des sables bitumineux.

    Les évaluations préliminaires indiquent que plus de 200 pétroliers devraient circuler dans ce secteur chaque année lors de l’exploitation des pipelines. Ces navires traverseront un milieu naturel reconnu pour sa grande biodiversité et composé de passages n’excédant pas trois kilomètres de largeur en certains endroits.

    En plus de ce projet vers la côte ouest, Enbridge exploite un pipeline au Québec, la ligne 9B. Ce pipeline doit, à terme, transporter 300 000 barils de brut par jour vers Montréal, en traversant notamment des secteurs résidentiels de Terrebonne et Laval, mais aussi le terrain d’un centre de la petite enfance. Ce pipeline, construit en 1975, sert à alimenter les raffineries de Montréal et Lévis. Des pétroliers font d’ailleurs couramment la navette sur le fleuve Saint-Laurent pour transporter ce pétrole de l’Ouest canadien.












    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.