Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous

    Québec veut développer le port de Cacouna

    La zone qui abrite la pouponnière de bélugas du Saint-Laurent pourrait accueillir une zone industrialo-portuaire

    En 2014, un projet de port pétrolier d’exportation élaboré par TransCanada avait soulevé la controverse, justement en raison de la présence des bélugas, une espèce menacée.
    Photo: GREMM En 2014, un projet de port pétrolier d’exportation élaboré par TransCanada avait soulevé la controverse, justement en raison de la présence des bélugas, une espèce menacée.

    Deux ans après la saga du port pétrolier de TransCanada, le gouvernement Couillard annonce qu’il souhaite développer une zone industrialo-portuaire à Cacouna. Il financera d’ailleurs le plan d’élaboration de ce projet, qui s’implantera dans l’habitat critique du béluga du Saint-Laurent.

     

    Par voie de communiqué, le ministre responsable de la Stratégie maritime libérale, Jean D’Amour, a fait savoir mardi que le gouvernement compte favoriser le développement portuaire du secteur de Cacouna, où se trouve la pouponnière des bélugas, une espèce en voie de disparition.

     

    Québec a d’ailleurs déjà signé une entente avec la Ville de Cacouna et des « partenaires locaux » en vue d’implanter une zone industrialo-portuaire dans cette municipalité du Bas-Saint-Laurent. « Dans le cadre de cette entente, le gouvernement financera jusqu’à 70 % des dépenses associées à la réalisation du plan de développement afférent, et ce, jusqu’à concurrence de 125 000 , a précisé le gouvernement par voie de communiqué.

       

    Développement économique

     

    Un « comité local » sera aussi mis sur pied avec « des représentants du secteur privé », des représentants municipaux, mais aussi la Chambre de commerce de la MRC de Rivière-du-Loup.

     

    Ce comité aura pour mandat de « délimiter la zone industrialo-portuaire », mais aussi de « préparer un plan de développement industriel comprenant, entre autres, le repérage des marchés potentiels et des occasions d’attraction d’investissements ». Le tout, promet Québec, sera fait « en conformité avec les principes de développement durable ».

     

    « Nous visons à ce que cette zone industrialo-portuaire devienne un centre névralgique et essentiel à la vitalité économique des communautés », a souligné le ministre D’Amour, toujours par voie de communiqué.

     

    Risques pour les bélugas

     

    Si les visées du gouvernement se concrétisent, l’accroissement de l’activité industrielle portuaire provoquera une augmentation de la circulation maritime dans le secteur de Cacouna, unique pouponnière du béluga du Saint-Laurent. En 2014, un projet de port pétrolier d’exportation élaboré par TransCanada avait d’ailleurs soulevé une vive controverse, justement en raison de la présence des bélugas, une espèce dont l’existence est plus menacée que jamais.

    Photo: GREMM En 2014, un projet de port pétrolier d’exportation élaboré par TransCanada avait soulevé la controverse, justement en raison de la présence des bélugas, une espèce menacée.
     

    Il faut dire que, selon les spécialistes de l’espèce, cette région est essentielle pour cette population de mammifères marins. Celle-ci ne compterait plus que 880 individus, en plus de montrer clairement des signes de « déclin » continu. En fait, depuis que les bélugas bénéficient d’une protection officielle, leur population n’a jamais augmenté. Normalement, une population en santé aurait dû doubler.

     

    Habitat essentiel

     

    Le hic, c’est que, même si l’espèce est inscrite à la liste des espèces en péril, le gouvernement tarde à protéger l’habitat essentiel du béluga. Normalement, cela devrait avoir été fait il y a près de trois ans. Le gouvernement libéral fédéral s’est toutefois engagé plus tôt cette année à protéger cet habitat jugé critique pour la survie des mammifères marins.

     

    Selon la preuve scientifique déjà établie, le secteur de Cacouna ferait partie de l’habitat essentiel de l’espèce. C’est en effet dans ce secteur précis que les femelles vont mettre bas et passent les premières semaines avec les jeunes. Or le nombre de jeunes bélugas retrouvés morts a connu une croissance marquée depuis 2008, par rapport aux années précédentes.

     

    Il a été démontré que la circulation maritime constitue une source de dérangement considérable pour les bélugas, notamment dans les premières semaines de vie des jeunes baleines.

     

    Selon les plans de la Stratégie maritime du gouvernement Couillard, d’autres secteurs fréquentés assidûment par les bélugas du Saint-Laurent seront soumis à un trafic maritime accru au cours des prochaines années.

     

    Québec compte en effet développer une zone industrialo-portuaire à Saguenay. Cela signifie que la circulation de navires industriels devrait croître dans le parc marin du Saguenay–Saint-Laurent, mis en place pour protéger l’habitat essentiel du béluga.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.