Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    Québec donne aux pétrolières le droit d’exproprier

    L’importante Loi sur les hydrocarbures reprend des dispositions de la vieille Loi sur les mines

    Le projet de loi du ministre Pierre Arcand vient préciser les règles du jeu pour les entreprises énergétiques.
    Photo: Jacques Boissinot La Presse canadienne Le projet de loi du ministre Pierre Arcand vient préciser les règles du jeu pour les entreprises énergétiques.

    Avec la première Loi sur les hydrocarbures de l’histoire du Québec, le gouvernement entend donner des droits importants aux entreprises qui souhaitent exploiter le pétrole et le gaz naturel. Le projet de loi présenté mardi prévoit en effet que ces entreprises obtiendront un droit d’expropriation pour lancer leurs projets d’exploitation ainsi que la propriété du sous-sol dès la délivrance d'un permis d'exploration. L’esprit de ces dispositions provient de la Loi sur les mines adoptée il y a plus d’un siècle.

     

    Selon le projet de loi 106 « concernant la mise en oeuvre de la Politique énergétique 2030 et modifiant diverses dispositions législatives », les pétrolières qui détiennent un permis d’exploration ou d’exploitation bénéficieront d’un « droit d’accès au territoire qui en fait l’objet ». Ce permis sera valide pour au moins cinq ans et pourra être renouvelé.

     

    Qui plus est, les droits d’exploration et d’exploitation « constituent des droits réels immobiliers » et « une propriété distincte de celle du sol sur lequel ils portent », précise le texte du projet de loi déposé mardi par le ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles, Pierre Arcand.

    On ne peut pas se défaire de ce qui a déjà été accordé dans le passé. Mais il faut un minimum d'acceptabilité sociale.
    Pierre Arcand, ministre de l'Énergie et des Ressources naturelles
     

    Une fois qu’il obtient le permis d’exploration, le titulaire d’un permis devra simplement informer le propriétaire du terrain et la municipalité « dans les 30 jours » suivant son inscription au registre public. Il devra également obtenir l’autorisation du propriétaire « au moins 30 jours » avant d’accéder au territoire et mener des travaux d’exploration, à moins qu’il ne choisisse de négocier un droit d’accès ou l’acquisition du terrain visé.

     

    Les entreprises devront toutefois constituer un « comité de suivi » afin de « favoriser l’implication de la communauté locale sur l’ensemble du projet d’exploration ». Ce sont toutefois les entreprises qui choisiront les membres de ces comités et leur nombre selon un processus qu’elles détermineront, mais avec certaines règles fixées par le gouvernement, dont l’obligation d’y nommer une majorité de membres « indépendants » de l’entreprise.

     

    Expropriation

     

    Si une entreprise découvre un gisement de pétrole ou de gaz naturel et qu’elle souhaite l’exploiter, elle devra en faire la demande à la Régie de l’énergie. L’obtention de ce permis de « production » lui donnera d’ailleurs des droits importants.

     

    Dans le cas d’un terrain privé, l’entreprise pourra tenter d’obtenir l’accord du propriétaire ou encore d’acquérir le terrain. Mais si ce dernier refuse, elle pourra aller beaucoup plus loin. Le projet de loi sur les hydrocarbures prévoit en effet qu’« à défaut d’entente, le titulaire peut, pour l’exécution de ces travaux, acquérir ces droits réels ou ces biens par expropriation ». Une telle mesure est inscrite dans la Loi sur les mines du Québec depuis la fin du XIXe siècle.

     

    En clair, un propriétaire pourrait accepter la réalisation de travaux d’exploration, mais s’il refuse le lancement de l’exploitation, il pourrait être exproprié. Même chose pour un propriétaire dont le terrain serait situé dans une zone visée par un projet d’exploitation qui nécessiterait le forage de plusieurs puits, comme cela est habituellement le cas pour les projets importants. Il reste aussi à déterminer ce qu’il adviendrait dans le cas où un forage horizontal traverserait le terrain d’un propriétaire qui refuserait un projet, dans le contexte où le projet de loi 106 accorde la propriété du sous-sol aux entreprises.

     

    Chose certaine, les droits accordés aux pétrolières et aux gazières pourraient entraîner des situations problématiques dans plusieurs régions du Québec. Pas moins de 61 472 km2 du territoire québécois sont actuellement sous permis d’exploration, selon la liste des permis en vigueur. Uniquement dans les basses terres du Saint-Laurent, la zone la plus densément peuplée du Québec, les permis recouvrent 18 301 km2. On compte aussi 24 065 km2 de permis en Gaspésie et 8430 km2 dans le Bas-Saint-Laurent.

     

    Ministre rassurant

     

    Le ministre Pierre Arcand reconnaît que plusieurs entreprises ont déjà un droit d’accès au territoire grâce à leurs permis d’exploration. « On ne peut pas se défaire de ce qui a déjà été accordé dans le passé, a-t-il admis mardi, en entrevue au Devoir. Mais il faut un minimum d’acceptabilité sociale. » Selon lui, le projet de loi sur les hydrocarbures prévoit de toute façon un encadrement « extrêmement strict » de l’industrie.

     

    La future législation ne ferme par ailleurs pas la porte aux opérations de fracturation hydraulique. Mais M. Arcand a fait valoir qu’aucune entreprise n’a déposé de demande pour des projets liés aux gaz de schiste, et ce, même si des dizaines de permis d’exploration sont toujours en vigueur dans les basses terres du Saint-Laurent. Il a aussi souligné l’importance, pour les entreprises présentes sur le territoire, d’obtenir un cadre légal clair. « Elles vont au moins connaître les règles du jeu, alors que depuis plusieurs années, elles ne savent pas vraiment quelles sont les règles du jeu », a-t-il fait valoir.

     

    Est-ce qu’il est cohérent de présenter, dans un même projet de loi, la création de l’organisme Transition énergétique Québec et la Loi sur les hydrocarbures ? Globalement, le ministre estime que le Québec « ne sera jamais un grand producteur d’hydrocarbures » et que le gouvernement souhaite développer aussi les « énergies renouvelables ».

     

    La Politique énergétique 2030 prévoit plusieurs mesures en ce sens, a d’ailleurs insisté Pierre Arcand, en rappelant l’objectif du gouvernement de réduire notre consommation de produits pétroliers de 40 % d’ici 2030. L’atteinte d’une cible aussi ambitieuse passe selon lui par l’électrification des transports et le développement du transport en commun.

     

    C’est justement l’organisme Transition énergétique Québec qui devra « coordonner » la mise en oeuvre de l’ensemble des programmes et des mesures nécessaires pour atteindre les « cibles énergétiques » du gouvernement.

     

    Selon le rapport de l’évaluation environnementale stratégique sur les hydrocarbures publié la semaine dernière, la production d’énergies fossiles devrait toutefois alourdir le bilan des émissions de gaz à effet de serre de la province. Les projets que le gouvernement Couillard finance et encourage en Gaspésie pourraient aussi générer des émissions de gaz à effet de serre aussi intenses que celles du pétrole et du gaz de schiste, selon une étude du ministère de l’Environnement.
     

    Consultez notre dossier sur les énergies fossiles du Québec

    Consultez la carte des forages réalisés au Québec depuis 1860

     












    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.