Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Abonnez-vous!
    Connectez-vous
    Mammifères marins

    Énergie Est est jugé trop risqué pour être acceptable

    Le Groupe de recherche et d’éducation sur les mammifères marins insiste sur l’importance du Saint-Laurent pour le béluga, mais aussi pour une douzaine d’autres espèces de cétacés.
    Photo: Source Sylvain Robert Le Groupe de recherche et d’éducation sur les mammifères marins insiste sur l’importance du Saint-Laurent pour le béluga, mais aussi pour une douzaine d’autres espèces de cétacés.

    Le pipeline Énergie Est pose des risques inacceptables pour le Saint-Laurent et les mammifères marins qui y vivent, conclut le mémoire rédigé par le Groupe de recherche et d’éducation sur les mammifères marins (GREMM) en vue des audiences du BAPE sur le projet de TransCanada, audiences qui ont été annulées par le gouvernement.

     

    Le document, rendu public vendredi, déplore d’entrée de jeu l’absence d’une étude d’impact sur les mammifères marins du Saint-Laurent, d’autant plus que plusieurs des rivières que le pipeline doit traverser se jettent dans le fleuve.

     

    Quoi qu’il en soit, « en se basant sur les informations présentées lors de la première partie de l’audience publique du BAPE et les informations recueillies dans la littérature, le GREMM considère que les risques liés à ce projet pour les bélugas et les autres mammifères marins du Saint-Laurent sont trop élevés pour que ce projet soit acceptable ».

     

    Dans une rare prise de position, l’organisme scientifique insiste sur l’importance du Saint-Laurent pour le béluga, mais aussi pour une douzaine d’autres espèces de cétacés, dont près de la moitié est constituée d’espèces jugées en péril selon la législation canadienne.

     

    Nettoyage difficile

     

    Or, souligne le GREMM, les risques de déversement de pétrole brut découlant d’un bris de ce pipeline d’exportation sont « non négligeables ». Qui plus est, si un déversement touchait le Saint-Laurent, il affecterait un environnement où la récupération du pétrole serait « très difficile », en raison notamment du type de pétrole transporté, mais aussi de la salinité de l’eau et de la présence de glace une bonne partie de l’année.

     

    « Le pétrole a tendance à s’immiscer sous les glaces, même à se mélanger avec la glace. Quand il y a de la glace sur l’estuaire et qu’il y a un déversement, c’est presque catastrophique, parce qu’on ne peut presque pas intervenir », a d’ailleurs souligné le spécialiste en écotoxicologie Émilien Pelletier, dans le cadre de sa participation à la première partie des audiences du BAPE sur le projet de TransCanada.

     

    En se basant sur des exemples de déversements survenus ailleurs dans le monde, le GREMM conclut par ailleurs qu’un déversement pourrait avoir des impacts significatifs sur les mammifères marins, des animaux qui représentent chaque année des millions de dollars de retombées pour l’industrie touristique.

     

    L’organisme rappelle ainsi l’exemple de la marée noire de l’Exxon Valdez, qui a provoqué une hausse marquée de la mortalité chez certains cétacés. Or, une étude de l’Institut des sciences de la mer de Rimouski a déjà établi des similitudes entre cet environnement en Alaska et le Saint-Laurent.

     

    Le GREMM fait également valoir que le Québec dispose d’une « faible capacité locale d’intervention en cas de déversement ». Au final, même sans projet de port depuis l’abandon du projet de Cacouna, le projet Énergie Est apparaît inacceptable.

     

    Projet de port

     

    TransCanada songe par ailleurs toujours à construire un port d’exportation de pétrole des sables bitumineux sur les rives du Saint-Laurent. L’entreprise cherche en effet des moyens de pouvoir exporter un volume quotidien de 270 000 barils de pétrole, sur un total de 1,1 million de barils transportés par Énergie Est.

     

    Selon ce qu’a écrit la pétrolière albertaine dans un document déposé au BAPE plus tôt cette année, « des pourparlers avec les expéditeurs touchés se poursuivent relativement au traitement de ces volumes ». Parmi les « options » sur la table, on étudie « le développement futur d’un projet en vue de la livraison à des installations maritimes au Québec, projet qui ferait l’objet d’une demande distincte ».

     

    TransCanada indique d’ailleurs, dans des documents publiés sur son site, que des « évaluations » se poursuivront afin d’étudier « la viabilité d’un projet de terminal maritime au Québec, comme projet subséquent par Énergie Est ». Un tel port, pour expédier des volumes importants de pétrole, devrait être situé en eaux profondes, comme devait l’être celui prévu à Cacouna.
     

    Consultez notre dossier sur Énergie Est : le projet de la controverse













    Envoyer
    Fermer

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.