Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    La carpe asiatique menace le Saint-Laurent

    Québec met en place le plan de lutte contre cette espèce invasive

    La carpe asiatique consiste en fait en quatre espèces de carpes introduites dans les années 70 dans les exploitations piscicoles du sud des États-Unis.
    Photo: Michael Heinz Associated Press La carpe asiatique consiste en fait en quatre espèces de carpes introduites dans les années 70 dans les exploitations piscicoles du sud des États-Unis.

    Ce n’est pas encore l’invasion redoutée, mais l’inquiétude est bien réelle. Une carpe asiatique a été pêchée la semaine dernière dans le fleuve Saint-Laurent. Un seul poisson, certes, mais qui provient d’une espèce envahissante particulièrement prolifique qui a fait des ravages dans les cours d’eau américains depuis 20 ans. Et si elle s’implante au Québec, comme on l’appréhende, il sera pour ainsi dire impossible d’en venir à bout.

     

    C’est un pêcheur commercial qui pêchait dans le secteur de Contrecoeur qui a capturé cette carpe de roseau, l’une des quatre espèces de carpes asiatiques qui a envahi plusieurs cours des deux côtés de la frontière au cours des dernières années. Un poisson de plus d’un mètre de longueur, pour un poids qui dépassait les 60 livres.

     

    S’il est trop tôt pour craindre une invasion imminente du Saint-Laurent, le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs (MFFP) dit prendre la situation très au sérieux, À preuve, avant même la capture survenue le 27 mai, le gouvernement avait déjà décidé de mettre sur pied une équipe de cinq biologistes qui doit élaborer un plan de lutte contre les carpes asiatiques. Une enveloppe de 1,7 million de dollars sur trois ans a d’ailleurs été annoncée dans le dernier budget provincial. Québec suit ainsi le fédéral, qui a déjà injecté des fonds pour suivre la situation et se préparer au pire.

     

    Exploitations piscicoles

     

    Il faut dire que l’expérience américaine en dit long sur les conséquences de la prolifération de ces poissons. Les carpes asiatiques ont été introduites dans les années 70 dans les exploitations piscicoles du sud des États-Unis. Mais ces poissons se sont retrouvés dans le bassin du Mississippi à la suite d’inondations. Les carpes ont alors réussi à remonter le mythique fleuve et à envahir les cours d’eau rattachés à celui-ci sur une distance de plus de 1500 kilomètres. Tout cela en moins de 20 ans.

     

    Leur capacité d’adaptation a d’ailleurs été phénoménale. Dans la rivière Illinois, à quelques dizaines de kilomètres des Grands Lacs, les carpes représentent à certains endroits plus de 90 % la biomasse animale du cours d’eau. Prédateur indélogeable, une telle bête peut mesurer plus d’un mètre, dépasser les 45 livres et vivre plus de 20 ans. Elle pèse au moins deux livres après sa première année de vie, ce qui fait qu’elle ne peut être une proie pour d’autres espèces. Et elle mange chaque jour l’équivalent du tiers de son poids.

     

    Pour tenter tant bien que mal de contrer la menace, Washington a financé au début des années 2000 la construction d’une barrière électrique dans le canal qui traverse Chicago et qui permet aux navires de commerce de gagner le lac Michigan. Mais des poissons ont tout de même été pêchés dans les Grands Lacs, un réseau qui communique directement avec le fleuve Saint-Laurent, et qui ouvre aussi la voie à plusieurs rivières du Québec.

     

    Risque imminent

     

    Biologiste et coordonnateur de l’équipe du MFFP sur les carpes asiatiques, Michel Legault estime qu’il est très probable qu’on retrouve éventuellement ces poissons au Québec. « Si on se fie au passé et à la situation d’autres espèces, une fois que la présence est observée dans les Grands lacs, cinq à dix ans plus tard, on les observe dans le Saint-Laurent », explique-t-il, en entrevue au Devoir.

     

    « Il fallait s’y attendre, parce que les poissons voyagent et rien ne peut les arrêter entre les Grands lacs et le Saint-Laurent, même si on ne voudrait jamais voir ces espèces dans le fleuve », souligne Hélène Godmaire, du Conseil québécois des espèces exotiques envahissantes. Plusieurs rivières importantes pourraient aussi être envahies, selon elle. Un milieu comme le Lac St-Pierre pourrait aussi s’avérer propice aux carpes asiatiques.

     

    Le fleuve propice aux carpes

     

    Chose certaine, ces carpes seraient parfaitement à l’aise dans le fleuve. « Le fleuve Saint-Laurent serait un milieu idéal pour ces espèces de carpes. Tout porte à croire qu’il y a des risques d’invasion par ces espèces envahissantes », souligne M. Legault.

     

    Une fois qu’elles seront présentes au Québec, elles seront pour ainsi dire indélogeables. « Si on parle d’éradiquer ces espèces, dans un milieu comme le Saint-Laurent, c’est très peu probable. Ce serait mentir que de dire que nous avons une méthode extraordinaire pour intervenir. Ce n’est pas le cas », explique Michel Legault. Tout au plus, il faudra essayer de « limiter la propagation » pour tenter de protéger le plus possible la faune aquatique indigène du Québec.

     

    Le risque pour les autres espèces est en effet bien réel. Comme l’explique Mme Godmaire, leur « croissance extrêmement rapide » fait en sorte que ces poissons sont en mesure d’accaparer rapidement une grande partie de l’habitat, mais aussi des ressources alimentaires utilisées normalement par les espèces indigènes.

     

    Pour le moment, le MFFP tente de déterminer d’où pourrait provenir la carpe pêchée la semaine dernière. Est-ce que ce poisson arrive effectivement des Grands Lacs ? Est-ce qu’il s’agit d’un cas isolé ? Les questions demeurent, tout comme les craintes, dans un contexte où l’expertise québécoise reste à bâtir.
     

    Comment reconnaître les carpes asiatiques ? 












    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.