Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous
    Exploitation pétrolière dans le golfe

    Couillard n’est pas favorable au projet Old Harry

    Les représentants de l’industrie des pêches et les communautés des Premières Nations de cinq provinces ont en effet réclamé l’an dernier la suspension de «toute activité de développement pétrolier dans le golfe du Saint-Laurent».
    Photo: Alexandre Shields Le Devoir Les représentants de l’industrie des pêches et les communautés des Premières Nations de cinq provinces ont en effet réclamé l’an dernier la suspension de «toute activité de développement pétrolier dans le golfe du Saint-Laurent».

    Après Anticosti, le golfe du Saint-Laurent. Le premier ministre Philippe Couillard est très réticent à l’idée d’exploiter du pétrole dans les eaux québécoises en raison des risques environnementaux majeurs liés à un tel projet. Mais si Terre-Neuve en venait à autoriser l’implantation de plateformes de forage de son côté de la frontière, le Québec devrait selon lui faire de même, afin d’en tirer des bénéfices.

     

    Êtes-vous pour ou contre l’exploitation de Old Harry ? « Je ne suis pas vraiment favorable, à cause du fait qu’il s’agit d’eaux très très froides, et on sait que lorsqu’il y a des déversements dans des eaux froides […] c’est beaucoup plus risqué en matière environnementale », a affirmé Philippe Couillard dans le cadre d’une entrevue accordée CFIM, la radio des îles de la Madeleine, où il était de passage vendredi dernier.

     

    Le premier ministre a du même souffle laissé entendre qu’il serait « beaucoup plus long » de nettoyer une marée noire qui serait provoquée par un accident pétrolier dans les eaux du golfe, une région maritime où on retrouve des glaces une bonne partie de l’année, de très forts vents et des courants complexes.

     

    « Je pense que les pêcheurs d’ici sont bien inquiets de cette situation », a ajouté le chef libéral. Les représentants de l’industrie des pêches et les communautés des Premières Nations de cinq provinces — soit le Québec, la Nouvelle-Écosse, le Nouveau-Brunswick, l’Île-du-Prince-Édouard et Terre-Neuve — ont en effet réclamé l’an dernier la suspension de « toute activité de développement pétrolier dans le golfe du Saint-Laurent ».

     

    Il faut dire que plus de 5000 entreprises de pêche et une centaine de compagnies d’acheteurs, de transformateurs et d’aquaculteurs dépendent de cette industrie dans le golfe. Sans compter les activités liées à l’industrie touristique.

     

    « Je vais dire ce que répète ailleurs au Québec, a poursuivi M. Couillard : Notre avenir, comme Québécois, n’est pas dans les hydrocarbures. On ne se mettra pas riches personne avec le pétrole et le gaz. Non pas que je sois contre l’exploitation lorsqu’elle est bien encadrée. Par contre, on va devenir prospères avec notre eau et notre électricité. »

     

    Décision à Terre-Neuve

     

    S’il n’est pas favorable à une exploitation d’éventuels gisements pétroliers et gaziers dans les eaux du golfe du Saint-Laurent, le premier ministre estime toutefois que le Québecpourrait en quelque sorte se faire forcer la main par Terre-Neuve.

     

    « Même si on décidait qu’on ne ferait pas d’exploration dans le golfe, on est exposés à nos voisins qui en feraient. S’il y a un déversement dans la partie de Terre-Neuve de Old Harry, on ne sera pas protégés parce qu’on est Québécois. Les courants vont faire en sorte qu’on sera exposés. » Une étude scientifique indépendante a déjà démontré que le pétrole pourrait parcourir de grandes distances dans le golfe, frappant ainsi les eaux québécoises et les îles de la Madeleine.

     

    « Je ne veux pas que le Québec se retrouve dans une situation où on n’aurait aucun bénéfice, parce que Terre-Neuve les aurait tous, et où on serait exposés à tout le risque environnemental », a-t-il insisté. Le gouvernement a donc déposé l’an dernier un projet de loi qui permettrait de concrétiser la « gestion conjointe » du dossier avec le fédéral, à l’instar de ce qui existe déjà du côté terre-neuvien.

     

    En vertu du projet de loi, Québec devrait délivrer les permis d’exploration conjointement avec Ottawa. Jusqu’à présent, une seule entreprise a montré son intérêt à mener de tels travaux. Il s’agit de Corridor Resources, qui détient les permis dans le secteur Old Harry, à 80 kilomètres des îles de la Madeleine.

     

    Les projets éventuels seront soumis aux procédures d’évaluation des impacts environnementaux prévues par la Loi québécoise sur la qualité de l’environnement et la Loi canadienne sur l’évaluation environnementale, a indiqué en soirée mardi le bureau du premier ministre.

    Potentiel et risques

     

    « Pour ce qui est de Old Harry, actuellement, il n’y a même pas d’exploration de prévue », a toutefois indiqué Philippe Couillard. Les données scientifiques disponibles démontrent d’ailleurs que le potentiel évoqué est très hypothétique. L’étude « Géologie et potentiel en hydrocarbures des bassins sédimentaires du sud du Québec », menée par des chercheurs de l’INRS dans le cadre de l’évaluation environnementale stratégique sur les hydrocarbures lancée par le gouvernement Couillard, estime le potentiel pétrolier à environ 100 millions de barils. Mais ce chiffre vaut pour tout le bassin de Madeleine, un très vaste territoire marin qui regroupe toute la partie sud du golfe du Saint-Laurent, côté québécois.

     

    Qui plus est, il se pourrait bien que le potentiel en énergie fossile de ce bassin soit essentiellement en gaz naturel. Des forages réalisés au cours des dernières décennies dans le golfe ont permis de détecter la présence de gaz, mais jamais de pétrole. Et dans le cas de la structure sous-marine d’Old Harry, où aucun forage n’a été réalisé à ce jour, « les volumes d’hydrocarbures en place qui sont proposés doivent être considérés comme hautement spéculatifs ».

     

    Si le potentiel est hypothétique, les risques environnementaux sont, eux, bien réels. Une vaste étude environnementale réalisée à la demande du gouvernement Charest concluait en 2013 qu’il demeure « plusieurs lacunes » dans l’état actuel des connaissances sur le golfe. Les carences concernent les technologies d’exploration et d’exploitation, les composantes des milieux physique, biologique et humain, ainsi que les « effets environnementaux potentiels des activités d’exploration et d’exploitation, ainsi que des déversements accidentels ».

     

    À l’instar de la catastrophe provoquée par le naufrage de l’Exxon Valdez, un déversement pétrolier qui surviendrait dans le Saint-Laurent risquerait aussi d’avoir des impacts à long terme sur l’ensemble de l’écosystème, conclut une autre étude menée à la demande du gouvernement Couillard. Et non seulement les hydrocarbures pourraient persister pendant plus d’une décennie, mais les opérations de nettoyage seraient particulièrement ardues.

     

    La Coalition Saint-Laurent a salué mardi la prise de position de Philippe Couillard. « Visiblement, le premier ministre se rend aux très nombreux arguments scientifiques qui démontrent que le golfe n’est pas un milieu propice à l’exploitation pétrolière », a fait valoir son porte-parole, Sylvain Archambault, rencontré en marge du congrès de l’Association francophone pour le savoir, tenu à Montréal.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.