Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    Un livre et une «déclaration» contre Énergie Est

    Plusieurs membres de groupes écologistes et citoyens ont souligné que le projet Énergie Est représente en fait une <em>«</em><em> </em><em>menace aux écosystèmes, à notre santé ainsi qu’au climat de la planète</em><em> </em><em>».</em>
    Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Plusieurs membres de groupes écologistes et citoyens ont souligné que le projet Énergie Est représente en fait une « menace aux écosystèmes, à notre santé ainsi qu’au climat de la planète ».


    Consulter notre carte interactive et notre
    page sur le projet d'Énergie Est

    Une cinquantaine de groupes écologistes et citoyens ont lancé mercredi matin une déclaration d’opposition au projet de pipeline Énergie Est, au moment où la maison d’édition Écosociété publie un livre très critique du projet d’exportation de pétrole des sables bitumineux.

     

    « Nous disons non à Énergie Est. C’est un refus catégorique et sans compromis que nous affichons à l’endroit du projet d’oléoduc de la compagnie TransCanada, de même qu’à toute tentative d’expansion du complexe des sables bitumineux », souligne d’entrée de jeu la déclaration, signée par une cinquantaine de groupes écologistes, de représentants autochtones et de personnalités publiques.

     

    « Notre refus ne relève pas d’une quelconque posture du « pas dans ma cour ». Ses assises sont plus larges et profondes, ajoutent ses auteurs. Il se fonde sur un devoir envers le climat qui prime sur tout droit à l’extraction. Nous n’en avons pas contre le pétrole, mais l’extraire et le consommer de façon aussi insouciante est désormais une position insoutenable pour l’avenir de la planète. Certains gisements doivent rester sous terre, et les sables bitumineux entrent dans cette catégorie. »

     

    Selon eux, le projet de pipeline représente en fait une « menace aux écosystèmes, à notre santé ainsi qu’au climat de la planète ». En plus des risques pour les cours d’eau au Québec, mais aussi le territoire agricole et celui de 65 municipalités, ils rappellent que le Canada s’est engagé à respecter les termes de l’accord climatique de Paris. Cet accord prévoit de mettre en oeuvre des mesures afin de limiter le réchauffement planétaire 1,5 °C. Un objectif selon eux irréconciliable avec la croissance de la production des sables bitumineux que facilitera le pipeline Énergie Est.

     

    « La science des changements climatiques est formelle : 85 % des réserves d’hydrocarbures des sables bitumineux doivent rester dans le sol d’ici 2050 afin d’éviter un dérèglement du climat. Nous ne pouvons faire fi de ce signal d’alarme en ouvrant les vannes à l’industrie pétrolière. Nous ne pouvons ignorer l’impératif de la transition énergétique. C’est là que nous devons investir nos énergies et canaliser notre inventivité », insistent-ils.

     

    Pour le moment, seul le gouvernement fédéral s’est engagé à mener une évaluation des émissions de gaz à effet de serre liées à la production pétrolière qui circulera dans le pipeline Énergie Est. Le gouvernement du Québec a décidé de faire fi de l’enjeu climatique, selon ce qui se dégage de la directive transmise à TransCanada pour la réalisation de l’étude d’impact que la pétrolière a finalement accepté de mener au Québec. L’entreprise ne mentionne pas non plus les gaz à effet de serre dans son avis de projet transmis au gouvernement Couillard.

     

    Le « piège » Énergie Est

     

    « Énergie Est est un piège écologique, économique et social qui veut nous enfermer pour plusieurs décennies dans la dépendance à une croissance dopée au pétrole », a pour sa part résumé en conférence de presse l’auteur du livre Le piège Énergie Est : Sortir de l’impasse des sables bitumineux, l'économiste Éric Pineault.

     

    « L’opposition des Premières Nations à ce projet insensé va de soi et les dangers que représente Énergie Est ne sont pas qu’environnementaux. La dégradation des terres, lacs et rivières est une blessure culturelle, parce qu’elle contribue à la destruction de modes de vie déjà précaires. Jusqu’où devront aller les nations autochtones dans leur opposition à ce projet ? Le Canada n’a pas besoin d’une seconde Crise d’Oka », a aussi fait valoir Maïtée Labrecque-Saganash, du mouvement Idle No More.

     

    Les auteurs de la déclaration et M. Pineault ont également rappelé que le pétrole qui sera transporté par le pipeline Énergie Est sera surtout destiné à l’exportation. Or, « le Québec n’a pas à devenir une autoroute pour le pétrole des sables bitumineux », a soutenu la députée péquiste Martine Ouellet.

     

    Selon les données actuellement disponibles, plus de 80 % de 1,1 million de barils de brut qui seront transportés chaque jour seront directement exportés or du Canada. TransCanada a d’ailleurs fait valoir, dans le cadre des audiences avortées du BAPE, qu’elle pourrait toujours construire un port au Québec afin d’exporter du brut à partir des rives du Saint-Laurent.

     

    Selon TransCanada, le pipeline devrait être construit sur une période d’environ deux ans, à partir de 2018. Cela veut dire que le pétrole des sables bitumineux et du Dakota du Nord pourrait traverser le territoire québécois sur 650 kilomètres à partir de 2020 ou 2021.

     

     













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.