Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous

    Un navire a coulé sur le chantier du pont Champlain le 1er avril

    La construction du nouveau pont Champlain doit en théorie être terminée en décembre 2018.
    Photo: Jacques Nadeau Le Devoir La construction du nouveau pont Champlain doit en théorie être terminée en décembre 2018.

    Le Bureau de la sécurité des transports du Canada et le consortium Signature sur le Saint-Laurent ont finalement annoncé ce mardi qu’un navire utilisé pour la construction du nouveau pont Champlain a coulé le 1er avril sur le chantier, paralysant une partie des travaux de cet imposant projet.

     

    Selon ce qu’a fait savoir le consortium dirigé par SNC-Lavalin, un « incident » impliquant un navire-remorqueur a eu lieu le vendredi 1er avril dans le fleuve Saint-Laurent, à 300 mètres du bout de la jetée ouest de L’Île-des-Soeurs. Un des trois navires-remorqueurs utilisés pour stabiliser une barge « a chaviré, pour ensuite couler, et il se trouve présentement dans le fond du fleuve », a informé le consortium par voie de communiqué diffusé sur son site Web.

     

    Il semble qu’aucun travailleur n’a été blessé au cours de cet incident. « Une enquête interne est en cours pour déterminer les circonstances entourant cet incident. Un enquêteur indépendant révisera l’enquête interne. Nous coopérons aussi pleinement avec le Bureau de la sécurité des transports du Canada et notre assureur pour déterminer les causes de l’incident », a toutefois souligné le consortium.

     

    « Entre-temps, nous avons révisé nos méthodes de travail afin de nous assurer qu’un incident comme celui-ci ne se reproduise plus », a-t-on en outre précisé.

     

    Navire dans le fleuve

     

    Comme il a été confirmé mardi, le navire-remorqueur se trouve toujours dans le fleuve, à l’endroit où il a coulé il y a de cela 12 jours. « Le plan de renflouement de l’embarcation n’est pas encore finalisé », a indiqué la porte-parole de Signature sur le Saint-Laurent, Annie-Claire Fournier. Selon ce qu’elle a affirmé au Devoir, « aucune perte de carburant » n’aurait été constatée depuis le naufrage.

     

    Il demeure toutefois certaines questions sur la séquence des événements à la suite du naufrage du navire Ocean Uanaaq. Le consortium dirigé par SNC-Lavalin n’a pas été en mesure de confirmer mardi au Devoir quand l’incident a été signalé à Transports Canada.

     

    Du côté du Bureau de la sécurité des transports, on ne pouvait pas non plus préciser quand le naufrage a été signalé aux autorités, qui ont annoncé seulement mardi l’ouverture d’une « enquête » sur cet incident. Le porte-parole n’a pas été en mesure d’indiquer si le navire-remorqueur avait laissé fuir du carburant ou d’autres produits polluants dans le fleuve Saint-Laurent depuis le 1er avril. Près de deux semaines après le naufrage, si du carburant a fui du navire, il pourrait toutefois être difficile de vérifier cette information.

     

    Selon LeJournal de Montréal, ce sont des questions posées par un de ses journalistes qui auraient conduit à la publication des communiqués annonçant l’incident du 1er avril.

     

    Chose certaine, cet incident a des impacts sur la poursuite de cet imposant chantier, qui doit en théorie être terminé en décembre 2018. « Les travaux d’excavation maritime ont été suspendus temporairement. Ils vont reprendre dans les meilleurs délais », a ainsi fait savoir Mme Fournier. Aucun échéancier n’a été précisé.

     

    Le nouveau pont Champlain doit coûter plus de 4,2 milliards de dollars.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.