Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Abonnez-vous!
    Connectez-vous

    De l’argent vert pour un géant pétrolier

    Suncor se voit attribuer 1,7 million dans le cadre d’un programme visant à réduire les émissions de GES

    Le gouvernement Couillard a accordé récemment une subvention de 1,7 million de dollars au géant pétrolier albertain Suncor, un important exploitant de pétrole des sables bitumineux qui fait aussi la promotion des projets de pipelines. Les fonds publics ont été octroyés dans le cadre du programme ÉcoPerformance, mis sur pied afin de réduire les émissions de gaz à effet de serre au Québec.

     

    Selon ce qu’a constaté Le Devoir, le gouvernement du Québec a accordé précisément 1 700 376 $ à Produits Suncor Énergie, entité québécoise de la multinationale spécialisée dans l’exploitation, mais aussi le raffinage et la distribution de produits pétroliers.

     

    Tout comme pour les autres annonces gouvernementales des derniers mois liées au programme ÉcoPerformance, l’octroi de cette subvention publique a été divulgué par voie de communiqué. Le communiqué, publié le vendredi 15 janvier, est passé totalement inaperçu.

     

    En tout, cinq entreprises « de la région de Montréal » ont reçu à cette occasion un total de 2,2 millions de dollars, peut-on lire dans le communiqué diffusé par le ministre des Transports et ministre responsable de la région de Montréal, Robert Poëti, ainsi que le ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles et ministre responsable du Plan Nord, Pierre Arcand.

     

    L’attribution de cette « aide financière » vise à « soutenir des mesures en efficacité énergétique dans plusieurs entreprises de la région », y précise-t-on. « L’efficacité énergétique constitue un moyen à privilégier pour favoriser le développement durable de notre économie. On constate que les entreprises québécoises sont de plus en plus soucieuses de faire de bons choix, soit des choix environnementaux responsables. C’est pourquoi notre gouvernement continuera d’affirmer son leadership en offrant aux gens d’affaires le soutien nécessaire à la mise en place de mesures d’efficacité énergétique permettant la réduction des gaz à effet de serre », y affirme d’ailleurs le ministre Arcand.

     

    Le programme ÉcoPerformance, géré par le ministère de Pierre Arcand, a trois objectifs précis, dont la réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES) et la réduction de « la consommation de combustibles fossiles ». L’enveloppe réservée par le gouvernement sert notamment à répondre à des demandes de financement présentées par des entreprises pour des projets ou des mesures « liés à la consommation et à la production d’énergie, de même qu’à l’amélioration des procédés ».

     

    Des milliards de revenus

     

    C’est donc en vertu des lignes directrices de ce programme financé dans le cadre du Plan d’action 2013-2020 sur les changements climatiques que Suncor a obtenu 1,7 million de dollars de fonds publics. Le communiqué ne précise pas à quoi doit servir cette subvention à la pétrolière, qui détient au Québec la raffinerie de l’île de Montréal et le réseau de stations-service Pétro-Canada.

     

    Chose certaine, le gouvernement de Philippe Couillard se trouve à financer un important exploitant des sables bitumineux albertains. Selon les résultats de Suncor pour le troisième trimestre de 2015, l’entreprise a produit chaque jour 430 300 barils de ce pétrole, soit environ 36 millions de barils sur trois mois.

     

    Si l’on ajoute à cela les autres sites d’extraction de la multinationale des énergies fossiles, le total quotidien s’élève à 566 100 barils. Selon le président et chef de la direction de Suncor, Steve Williams, il s’agissait d’un « excellent trimestre », au cours duquel les revenus d’exploitation ont atteint 1,9 milliard de dollars. Plus globalement, selon le classement « Global 500 » des plus grandes entreprises de la planète publié en 2015 par le magazine Forbes, Suncor se classait en 317e position, avec des revenus de 36,6 milliards de dollars.

     

    Énergie Est

     

    La pétrolière albertaine vise d’ailleurs la croissance. Elle participe ainsi au développement de projets d’exploitation des sables bitumineux, dont le projet Fort Hills, évalué à 13,5 milliards de dollars. Ce site pourrait produire plus de trois milliards de barils au cours des prochaines décennies. Suncor s’est également entendue récemment avec un autre important exploitant des sables bitumineux, Canadian Oil Sands, dans le cadre d’une offre de prise de contrôle évaluée à 6,6 milliards de dollars.

     

    Steve Williams, qui est inscrit comme lobbyiste au registre québécois, a par ailleurs fait la promotion du projet de pipeline Énergie Est. Il faut dire que ce pipeline pourrait permettre d’approvisionner en partie la raffinerie montréalaise de Suncor, où des investissements ont été annoncés en 2013 dans le but de permettre le raffinage du pétrole de l’Ouest. Fait à noter, cette portion secondaire du pipeline de TransCanada devra impérativement traverser le territoire de la Communauté métropolitaine de Montréal, qui s’oppose catégoriquement au projet.

     

    Les 18 lobbyistes de Suncor inscrits au registre ont aussi un mandat lié à la promotion du projet d’inversion du flux de pétrole du pipeline 9B d’Enbridge, qui est déjà en vigueur. Ce pipeline alimente la raffinerie de Montréal. C’est aussi Suncor qui a mis en avant le projet de transport par train de pétrole brut jusqu’aux installations portuaires Kildair, à Sorel-Tracy, dans le but de l’exporter par bateaux.

     

    Ce n’est pas la première fois que le gouvernement Couillard finance une entreprise liée à l’expansion de l’industrie des énergies fossiles, dans le cadre du programme ÉcoPerformance. En juillet 2015, Québec avait accordé une subvention de près de 350 000 $ à l’entreprise Canadoil Forge, qui fabrique des portions de pipelines pour TransCanada et dont les dirigeants font la promotion du projet Énergie Est.

     

    Une autre subvention de 2,2 millions de dollars a été offerte à Alcoa, troisième producteur d’aluminium de la planète, pour son usine de Deschambault.













    Envoyer
    Fermer
    Blogues

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel