Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous
    Smog

    Deuxième alerte rouge à la pollution de l’air à Pékin

    Pékin — Pékin a décrété vendredi sa deuxième « alerte rouge » à la pollution de l’air en l’espace de deux semaines, en prévision d’une nouvelle vague de smog nocif annoncée dans la capitale chinoise.

     

    Le bureau municipal chargé de l’environnement a ordonné des fermetures d’usines et la mise en place, à partir de samedi, d’une circulation alternée pour les véhicules privés, entre autres mesures, afin de limiter ce nouvel épisode de brouillard polluant.

     

    L’alerte rouge sera valide entre samedi et mardi, selon une note publiée sur le site Internet du Bureau de la protection environnementale de Pékin, alors que la ville profitait encore vendredi après-midi d’un éclatant ciel bleu.

     

    C’est seulement la deuxième fois que le niveau « rouge » est décrété depuis la mise en place, par la capitale chinoise, de son système d’alerte à la pollution en 2013, en dépit de plusieurs graves épisodes de smog.

     

    Batterie de mesures préventives

     

    Les autorités avaient annoncé pour la première fois, le 7 décembre, une alerte rouge, couplée à une batterie de mesures préventives, quelques jours après avoir été durement critiquées pour leur réponse jugée insuffisante à la suite d’un gravissime épisode de smog au début du mois.

     

    La densité de particules de 2,5 microns de diamètre, particulièrement dangereuses pour la santé car elles pénètrent profondément dans les poumons, a souvent dépassé les 300microgrammes par mètre cube durant l’alerte rouge décrétée la semaine dernière, selon les niveaux de référence mesurés par l’ambassade américaine.

     

    L’Organisation mondiale de la santé (OMS) recommande un plafond moyen de seulement 25 microgrammes par 24 heures.

     

    Pékin avait levé son alerte le 10 décembre, des vents froids venus du nord ayant alors dispersé l’air toxique et permis de faire réapparaître un ciel bleu et pur.

     

    D’autres villes autour de Pékin relèveront également leur niveau d’alerte au rouge, a annoncé le Bureau national de l’environnement dans un communiqué distinct, ajoutant qu’il avait exhorté les gouvernements provinciaux à « mettre en place des mesures d’urgence pour répondre à la forte pollution de l’air ».













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.