Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous
    Pipeline 9B

    Le pétrole de l’Ouest canadien coule vers Montréal

    L’ONE a annoncé en octobre qu’il autorisait Enbridge à inverser le flux de pétrole dans le pipeline 9B.
    Photo: Jacques Nadeau Le Devoir L’ONE a annoncé en octobre qu’il autorisait Enbridge à inverser le flux de pétrole dans le pipeline 9B.
    Consulter la carte du tracé du pipeline 9B

    Notre dossier:
    Pétrole sous haute pression – Un pipeline, et alors?

     

    Malgré la controverse, Enbridge commence finalement les livraisons de pétrole de l’Ouest à Montréal par l’oléoduc 9B, qui traverse notamment des cours d’eau et des zones résidentielles de la région, a appris Le Devoir. À terme, 300 000 barils de brut couleront dans le tuyau construit en 1975. Une partie de ce pétrole sera transportée par navires sur le Saint-Laurent, pour alimenter la raffinerie de Valero, à Lévis.

     

    Selon ce que précise un avis « aux résidents » transmis par la raffinerie Valero, propriété d’Ultramar, « le processus d’inversion de la canalisation 9B d’Enbridge a été complété ».

     

    La raffinerie Jean-Gaulin devrait donc recevoir sous peu du pétrole de l’Ouest à ses installations situées sur la rive-sud du Saint-Laurent, à Lévis. « Ce faisant, des activités de transport de pétrole brut léger auront lieu entre Montréal-Est et le terminal maritime de la raffinerie Jean-Gaulin de Lévis », précise d’ailleurs la note.

     

    Ce même document indique que « le premier navire pourra effectuer le trajet au début du mois de décembre 2015 », donc au cours des prochains jours. Cela signifie que la circulation de pétroliers augmentera sur le Saint-Laurent, entre Montréal et Québec, soit la partie du fleuve où la navigation est réputée plus complexe.

     

    Pipeline de 1975

     

    L’Office national de l’énergie (ONE) a annoncé en octobre qu’il autorisait Enbridge à inverser le flux de pétrole dans le pipeline 9B, construit en 1975, tout en augmentant sa capacité de transport.

     

    Avant d’autoriser l’inversion du flux, l’ONE avait demandé cet été à la pétrolière d’effectuer des tests « hydrostatiques », qui consistent à injecter de l’eau dans le pipeline afin d’évaluer de possibles problèmes d’étanchéité. Ceux-ci ont été menés sur trois tronçons du tuyau, situés aux environs de Hilton, en Ontario, entre Kingston et Brockville, et à Mirabel, au Québec.

     

    L’essentiel de la portion québécoise de l’oléoduc a donc été exclu des tests exigés. Cela comprend les municipalités de Terrebonne, Laval et Montréal-Est. Dans ces secteurs, le pipeline passe littéralement dans la cour de plusieurs résidences, près d’écoles primaires ou encore directement dans la cour du CPE Gamin Gamine.

     

    Secteurs densément peuplés

     

    Le tuyau transportera du pétrole brut de l’Ouest canadien jusque dans l’est de l’île de Montréal. Pour les deux premières années, la quantité quotidienne maximale doit être limitée à 270 000 barils. Par la suite, Enbridge pourra augmenter le flux à 300 000 barils. Ce pipeline avait jusqu’à présent une capacité de transport quotidienne de 240 000 barils.

     

    L’oléoduc 9B d’Enbridge traverse des secteurs résidentiels densément peuplés de plusieurs municipalités, dont Mirabel et Rivière-des-Prairies, mais aussi plusieurs cours d’eau du sud du Québec. Il traverse notamment la rivière des Mille-Îles et la rivière des Prairies. Une rupture du tuyau pourrait menacer directement des sources d’eau potable de la région métropolitaine.

     

    L’ONE a autorisé le projet d’Enbridge en mars 2014. Celui-ci doit servir à alimenter la raffinerie de Suncor, située à Montréal, mais aussi celle-ci de Valero, à Lévis.

     

    « L’exploitation sécuritaire du pipeline est notre priorité fondamentale et, une fois que la canalisation 9B sera remise en service, notre but sera de l’exploiter de façon sécuritaire, comme nous l’avons fait durant près de 40 ans », faisait valoir Enbridge dans un avis transmis le 20 novembre dernier.

    L’ONE a annoncé en octobre qu’il autorisait Enbridge à inverser le flux de pétrole dans le pipeline 9B. Dans certains secteurs, le pipeline passe littéralement dans la cour de plusieurs résidences, près d’écoles primaires ou encore directement dans la cour du CPE Gamin Gamine (notre photo).<br />












    Envoyer
    Fermer

    Articles les plus : Populaires|Aimés
    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.