Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous
    Industrie pétrolière

    Des wagons de brut albertain sillonneront le Québec

    Chaque jour, 220 wagons alimenteront un nouveau port pétrolier situé au Nouveau-Brunswick

    Les convois devraient emprunter la voie du CN et traverser plusieurs municipalités, dont Montréal.
    Photo: Olivier Zuida Les convois devraient emprunter la voie du CN et traverser plusieurs municipalités, dont Montréal.










    Consulter tous nos articles sur la tragédie
    de Lac-Mégantic

    Un autre projet d’exportation de pétrole des sables bitumineux traversant le Québec est en voie de se réaliser. Cette fois, plus de 220 wagons chargés de brut albertain sillonneront chaque jour le territoire de la province et le coeur de plusieurs municipalités, pour alimenter un futur port du Nouveau-Brunswick. Même si le projet soulève de vives inquiétudes, le Québec est quasi impuissant puisque le transport ferroviaire est de compétence fédérale.

     

    Le Devoir a appris que l’entreprise Chaleur Terminals inc. (CTI) a obtenu récemment le permis de construction de son port pétrolier d’exportation qui sera situé à Belledune, sur les rives de la baie des Chaleurs. Cette filiale de la société albertaine Secure Energy souhaite y construire un parc de réservoirs de pétrole, mais aussi deux pipelines qui serviront à charger les pétroliers qui viendront s’amarrer au quai. Le projet doit créer 30 emplois permanents, estime CTI.

     

    Selon ce qu’a indiqué cette semaine le vice-président de l’entreprise, John Levson, les travaux pourraient être lancés dès cette année. « Nous anticipons toujours que la construction commencera à la fin 2015 ou au début 2016, avec l’achèvement environ 18 mois après la première pelletée de terre », a-t-il précisé par courriel. Cela signifie que le nouveau port pourrait être opérationnel en 2017.

     

    Pour acheminer le pétrole de l’Ouest jusqu’au Nouveau-Brunswick, l’entreprise a opté pour le transport par convois de wagons-citernes. Deux convois feront le voyage jusqu’à Belledune chaque jour, pour un total d’« environ 220 wagons », a souligné M. Levson. C’est trois fois le nombre de wagons que comptait le convoi qui a provoqué une tragédie humaine, environnementale et économique il y a moins de deux ans à Lac-Mégantic.

     

    Un wagon-citerne ayant une capacité habituelle d’un peu moins de 720 barils, chaque convoi transportera près de 80 000 barils. Au total, les livraisons quotidiennes atteindront près de 160 000 barils. Cela signifie près de 58 millions de barils par année.

     

    Municipalités inquiètes

     

    En empruntant les voies du Canadien National (CN), tout ce pétrole devra parcourir le territoire québécois sur des centaines de kilomètres. Selon les recherches effectuées par Le Devoir, tout indique que les convois passeront par l’île de Montréal, avant de poursuivre leur route vers Saint-Bruno-de-Montarville, puis au coeur de Mont-Saint-Hilaire, Saint-Hyacinthe et Drummondville. Ils longeront en partie l’autoroute 20, puis Lévis.

     

    Les convois comptant 110 wagons chacun passeront, deux fois par jour, en plein coeur de Rivière-du-Loup, mais aussi Trois-Pistoles et Rimouski. Plusieurs autres municipalités du Bas-Saint-Laurent et de la Gaspésie verront aussi défiler quotidiennement les wagons chargés de pétrole des sables bitumineux. Chemin faisant, ces convois traverseront de nombreux cours d’eau. Ils longeront aussi certaines rivières, dont la Matapédia. Les trains circuleront enfin le long de la rive sud de la baie des Chaleurs, au Nouveau-Brunswick, avant d’arriver à Belledune.

     

    La perspective de voir de tels convois traverser le coeur des municipalités suscite de vives inquiétudes. La MRC de la Matapédia, qui regroupe 18 municipalités, a adopté il y a déjà plusieurs mois une résolution afin de manifester son opposition. Celle-ci souligne que le projet de transport n’a fait l’objet d’aucune consultation publique. Les élus insistent aussi sur les risques environnementaux et sur « la vétusté des infrastructures de chemin de fer le long du parcours prévu ».

     

    La préfète de la MRC, Chantale Lavoie, se sent par ailleurs démunie face à ce projet, sur lequel les municipalités n’ont aucun pouvoir. « On se sent petits, a-t-elle résumé. On se retrouve à vivre avec les risques, alors que les retombées économiques sont inexistantes. On ne souhaite évidemment pas un scénario comme celui de Lac-Mégantic, mais je peux vous dire qu’on y pense. »

     

    L’inquiétude est également vive à Rivière-du-Loup. Selon ce qu’a fait valoir le maire, Gaétan Gamache, la municipalité devrait même adopter sous peu une résolution exigeant que les convois passent à l’extérieur de la ville de 20 000 habitants. Le maire de Rimouski, Éric Forest, est lui aussi préoccupé par les « risques importants » pour la population. Il souhaite d’ailleurs que le gouvernement du Québec s’implique dans le dossier. « En ce moment, les communautés se sentent abandonnées. On veut avoir des détails. Par exemple, quels seront les moyens d’intervention en cas d’incident ? »

     

    Québec exclu

     

    Vérifications faites auprès du cabinet du ministre de l’Environnement David Heurtel, Chaleur Terminals n’a pas déposé d’avis de projet auprès du gouvernement du Québec. « Comme pour tout projet, le gouvernement du Québec a bien l’intention de faire respecter ses lois québécoises en matière de protection de l’environnement », a ajouté son porte-parole, Guillaume Bérubé. Le Parti québécois a déjà demandé au gouvernement de mandater le Bureau d’audiences publiques sur l’environnement pour qu’il étudie le projet. Mais le gouvernement Couillard n’a pas donné de suite à cette demande.

     

    Du côté du promoteur, on répond que l’accord du gouvernement du Québec n’est pas nécessaire. « Le transport ferroviaire de ce projet est la responsabilité de CN Rail et est réglementé au niveau fédéral par Transports Canada. Ensemble, ils veilleront à ce que toutes les exigences réglementaires soient respectées », a fait valoir John Levson. Interpellé par Le Devoir, le CN s’est d’ailleurs fait rassurant sur la sécurité de ses activités.

     

    Si son vice-président dit ne pas avoir besoin de l’accord du Québec, Chaleur Terminals a néanmoins inscrit un lobbyiste-conseil au registre. Son mandat comprend des démarches « en vue d’emmener les différents titulaires de charge publique à adopter une orientation […] pour une meilleure acceptabilité sociale du projet de transport de pétrole brut de l’Alberta vers le port de Belledune au Nouveau-Brunswick dans le but de ne pas nuire au développement du projet […] ».

     

    L’opposition citoyenne est quant à elle résolue à faire avorter ce nouveau projet conçu pour la mise en marché du pétrole des sables bitumineux. « Ça me donne l’impression qu’on n’a rien retenu de Lac-Mégantic, a insisté la porte-parole du regroupement Tache d’huile, Maude Prud’Homme. Le gouvernement doit intervenir. Mais aussi, il faut se demander si on veut participer à la croissance de l’industrie pétrolière, qui est extrêmement polluante. »













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.