Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Abonnez-vous!
    Connectez-vous

    L’intérêt public à huis clos

    Québec lance un Chantier sur l’acceptabilité sociale des projets énergétiques derrière des portes closes

    C’est le ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles, Pierre Arcand, qui a mis sur pied ce Chantier sur l’acceptabilité sociale des projets miniers et énergétiques.
    Photo: Jacques Nadeau Archives Le Devoir C’est le ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles, Pierre Arcand, qui a mis sur pied ce Chantier sur l’acceptabilité sociale des projets miniers et énergétiques.

    Le gouvernement Couillard vient de lancer un Chantier sur l’acceptabilité sociale des projets miniers et énergétiques qui doit se décliner à l’échelle du Québec au cours des prochaines semaines. Mais même si les discussions portent sur des questions d’intérêt public âprement débattues, celles-ci se tiennent à « huis clos », a constaté Le Devoir.

     

    C’est le ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles, Pierre Arcand, qui a mis sur pied cette démarche. Celle-ci « a comme objectif de convenir d’une méthode pour se parler, pour se comprendre, pour désamorcer les différends et mettre en oeuvre des projets qui feront la fierté et la prospérité du Québec », précise le « document de réflexion » produit par le ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles (MERN). Celui-ci s’intitule Favoriser l’acceptabilité sociale des projets de mise en valeur du territoire public ainsi que des ressources énergétiques et minérales.

     

    Ce « chantier » inclut la tenue de « tables de discussion avec des citoyens ainsi qu’avec des organismes ». Ceux qui veulent y participer doivent cependant s’inscrire à l’avance. « Les places sont restreintes afin d’assurer une plus grande richesse dans les discussions », indique en outre le MERN sur le site consacré à la démarche. C’est le ministère qui sélectionne les « intervenants ». Il est aussi possible de transmettre un « mémoire ».

     

    La première table de discussion avait lieu lundi à Montréal. D’autres doivent se tenir à Québec, Sept-Îles, Rouyn-Noranda et Matane au cours des prochaines semaines. Dans toutes ces régions, des projets d’exploitation de ressources naturelles en développement ou prévus soulèvent des controverses certaines. On peut évoquer l’exploitation pétrolière et gazière, les mines à ciel ouvert ou encore les projets de pipelines d’exportation.

     

    Les échanges se déroulent sur « des questions ciblées » en lien avec quatre thèmes déterminés par le MERN : « le rôle des instances à l’échelle nationale, régionale et locale », « les approches participatives », « la prise en compte des répercussions sociales, environnementales et économiques des projets à l’échelle locale, régionale et nationale » et « les mécanismes de partage des bénéfices ».

     

    Même si les questions abordées sont d’intérêt public, ces rencontres se déroulent toutes derrière des portes closes, y compris celles avec les citoyens. « Il a été convenu avec le consultant lors de l’élaboration du concept que les échanges auraient lieu à huis clos », a confirmé au Devoir l’attachée de presse de Pierre Arcand, Véronique Normandin. Du côté du MERN, on a aussi indiqué que « les rencontres du Chantier sur l’acceptabilité sociale ne sont pas publiques ».

     

    L’« invitation aux médias » lancée par le ministre Arcand pour la rencontre tenue lundi à Montréal précisait que seule la « prise d’images » serait autorisée, et ce, avant le début de la rencontre. Le ministre responsable de l’Énergie et du Plan Nord y assistait.

     

    Réagissant à la controverse ayant essaimé sur Twitter en fin de journée lundi, Mme Normandin a par ailleurs affirmé qu’une « consultation publique » aura lieu lorsque le gouvernement aura déposé un « projet d’orientations gouvernementales sur le sujet ».

     

    Médias exclus

     

    Comme l’a constaté Le Devoir, les journalistes n’ont pas non plus le droit d’assister à ces « tables de discussion » portant sur l’acceptabilité sociale de projets miniers et énergétiques. Ceux-ci sont pourtant couramment évoqués sur la place publique, notamment dans les médias. Lundi, des représentants du MERN ont d’abord dit qu’il était possible d’assister à la rencontre, qui se tenait dans une salle de réunion située dans un édifice du nord de Montréal. Mais une fois à l’intérieur, Le Devoir s’est rapidement fait expulser de la salle, sans plus de justification.

     

    Il a seulement été possible d’obtenir la liste des 14 organismes présents à la rencontre. On y retrouve notamment SNC-Lavalin Environnement, le Collectif scientifique sur la question du gaz de schiste au Québec, le Conseil patronal de l’environnement du Québec, la Fédération des chambres de commerce du Québec et le Centre québécois du droit de l’environnement.

     

    La Fédération professionnelle des journalistes du Québec (FPJQ) a dénoncé lundi cette exclusion des journalistes. « Comment le ministre peut-il, en même temps, faire valoir son souci de “transparence” et interdire aux journalistes de faire état des opinions qu’il sollicite auprès d’organismes, de citoyens et d’acteurs locaux ? », a réagi la Fédération.

     

    La FPJQ « s’indigne de cette manoeuvre qui empêche la presse d’informer les citoyens. Il ne s’agit pas ici de consultations privées au bureau du ministre, mais de rencontres publiques, convoquées par un organisme public à l’intention du public et qui discute d’enjeux publics ».

     

    Malgré l’accès refusé, Le Devoir a pu discuter avec des gens présents dans la salle de réunion où se tenait la rencontre organisée lundi. Une personne a indiqué que le ministre Arcand avait brièvement pris la parole avant de quitter la rencontre.

     

    Cette personne, qui a demandé l’anonymat, s’est dite surprise du ton des discussions, soulignant que celles-ci visent essentiellement à trouver des façons de permettre le développement des projets. L’idée de dire « non » à certains projets serait pour ainsi dire « évacuée » des discussions, selon cet intervenant.













    Envoyer
    Fermer

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.