Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    Après le pétrole, le gaz de l’Ouest

    Évalué à 7,5 milliards, le projet Énergie Saguenay prévoit un gazoduc et une usine de liquéfaction



    Consulter tous nos articles sur le défunt projet Rabaska

    Après le pétrole, le gaz naturel. Des investisseurs américains souhaitent construire au Saguenay une usine de liquéfaction de gaz provenant de l’Ouest canadien, dans le but de l’exporter par navires méthaniers. Leur entité locale, GNL Québec, vient d’ailleurs d’inscrire des mandats de lobbying afin d’obtenir les permis nécessaires, mais aussi le « soutien financier » du gouvernement. Ce projet de 7,5 milliards de dollars entraînerait une hausse du transport d’hydrocarbures dans le seul parc marin de la province.

     

    Le projet, nommé « Énergie Saguenay », prévoit l’implantation d’infrastructures de liquéfaction, d’entreposage et de transbordement de gaz naturel dans la zone portuaire de Grande-Anse, située à La Baie, au Saguenay. Ce port en eaux profondes est situé à une quinzaine de kilomètres à l’est de Chicoutimi.

     

    C’est là que serait construite l’usine qui servirait à liquéfier les 11 millions de tonnes de gaz naturel exportées chaque année à bord de méthaniers de type Q-Flex. Ces imposants navires peuvent transporter 217 000 m3 de gaz. Ils atteignent une longueur de 297 mètres et une largeur de 45 mètres.

     

    Selon les documents de présentation d’Énergie Saguenay, jusqu’à 160 de ces navires remonteraient chaque année la rivière Saguenay, « soit trois ou quatre par semaine ». Chemin faisant, ils traverseraient le parc marin du Saguenay–Saint-Laurent, une aire marine protégée mise en place pour protéger l’habitat du béluga du Saint-Laurent. En calculant les allers et les retours, on parle de six à huit passages par semaine.

     

    Pour approvisionner le complexe industriel, les promoteurs misent sur la construction d’un gazoduc d’un mètre de diamètre et d’une longueur de 650 kilomètres. Celui-ci se connecterait à un gazoduc opéré par TransCanada PipeLines. Il transporterait du gaz provenant des zones exploitées en Saskatchewan, en Alberta et en Colombie-Britannique. Dans ces régions, l’exploitation de gaz naturel dit « non conventionnel », dont le gaz de schiste, est en pleine croissance.

     

    Si tout se déroule selon la volonté des investisseurs américains qui sont derrière GNL Québec, les exportations de gaz de l’Ouest par voie maritime débuteraient dès 2020. On vise notamment les marchés européen et indien. Une demande de permis d’exportation a déjà été déposée auprès de l’Office national de l’énergie (ONE). « L’Office examine actuellement la demande de GNL Québec inc., et la période de commentaires prévue dans ce cas se termine le 19 mai 2015. Aussi, l’examen n’est assujetti à aucun délai et nous devrons prendre le temps voulu pour rendre une décision éclairée », a précisé l’ONE par courriel.

     

    Le Devoir a également constaté que GNL Québec a inscrit quatre lobbyistes en lien avec le projet Énergie Saguenay, et ce, en date du 4 mai. Leur mandat comprend des démarches « en vue d’obtenir l’ensemble des permis requis en vertu de la Loi sur la qualité de l’environnement (certificat d’autorisation, etc.) et les autres lois encadrant les activités de construction et d’exploitation d’un terminal de liquéfaction de gaz naturel pour l’exportation ».

     

    La fiche précise aussi leur souhait d’obtenir de la « puissance hydroélectrique », ainsi que du « soutien financier gouvernemental disponible (prêt ou autre) en vertu des programmes existants et qui sont gérés, soit directement par les ministères ou encore indirectement par des organismes » comme Investissement Québec.

     

    Projet ambitieux

     

    Avant de parvenir à une mise en service de ce nouveau circuit d’exportation d’énergie fossile, des études évaluées à « 250 millions de dollars » devront être réalisées, a expliqué vendredi Marie-Claude Lavigne, directrice des affaires publiques chez GNL Québec. « Nous sommes dans les premières phases du développement », a-t-elle insisté.

     

    Selon Mme Lavigne, le projet est certes « ambitieux », mais il demeure « modeste » lorsqu’on le compare à d’autres projets du genre développés ailleurs dans le monde. « Je crois que c’est un projet porteur pour le Québec », a-t-elle ajouté. Selon les prévisions de l’entreprise, la construction de l’usine devrait générer 4000 emplois directs et indirects. On s’attend à maintenir 800 emplois directs et indirects en phase d’exploitation.

     

    Est-ce que GNL Québec redoute que son projet soulève la controverse, comme cela a été le cas avec le projet de port pétrolier de Cacouna ? « Ce n’est pas du pétrole. C’est un hydrocarbure, mais ça n’a rien à voir. Par exemple, il n’y a jamais eu de fuites de méthaniers », a répondu Marie-Claude Lavigne. Il n’y aurait pas de risque de fuites qui affecteraient la rivière Saguenay, estime en outre celle qui a déjà été directrice de cabinet adjointe du ministre libéral Jean-Marc Fournier.

     

    Le projet devrait éventuellement être soumis à une évaluation fédérale, mais aussi à une étude menée sous l’égide du Bureau d’audiences publiques sur l’environnement. Mais pour le moment, GNL Québec n’a pas déposé d’avis de projet auprès des autorités fédérales et provinciales, a fait savoir sa directrice des affaires publiques. Des « consultations » ont toutefois déjà été menées, et le siège social de l’entreprise a été implanté au Saguenay.

     

    Les visées des investisseurs suscitent d’ailleurs certaines inquiétudes. Le groupe citoyen Boréalisation s’est déjà prononcé « contre » Énergie Saguenay. « Il doit y avoir un véritable débat, puisqu’il existe des risques réels pour l’environnement, mais aussi pour la santé publique », a souligné son porte-parole, Philippe Dumont.

     

    Pour le député péquiste de Jonquière, Sylvain Gaudreault, « le projet est trop peu connu, surtout compte tenu de son ampleur ». Selon lui, le Québec devra mener « un examen rigoureux » de ce nouveau projet mis de l’avant pour répondre aux besoins de mise en marché des producteurs d’hydrocarbures canadiens. « Après le pétrole des sables bitumineux, on veut maintenant lancer le Québec dans le transport de gaz naturel. Mais est-ce que nous devons devenir l’autoroute des énergies fossiles de l’Amérique du Nord ? »

     

    Un projet de 7,5 milliards au Saguenay pour liquéfier et exporter du gaz naturel.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.