Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous
    Plan Nord

    Couillard mise sur les mines

    Plus de 22 milliards seront consentis sur 20 ans dans cet «ambitieux projet de société»

    Photo: Jacques Nadeau Le Devoir

    Le Plan Nord libéral est de retour, et toujours par la grande porte. Le gouvernement Couillard a beau imposer des politiques d’austérité aux finances de l’État, il chiffre à plus de 22 milliards de dollars les investissements publics qui seront consentis sur deux décennies pour son projet économique phare, basé essentiellement sur l’exploitation minière.

     

    Flanqué de plusieurs membres de son cabinet, le premier ministre Philippe Couillard s’est félicité mercredi d’avoir réuni « les conditions essentielles pour attirer les investisseurs d’ici et de l’extérieur intéressés par des projets de développement et de mise en valeur du potentiel économique des territoires nordiques ».

     

    Les sommes en jeu sont certes moins ambitieuses que dans l’ancien plan du gouvernement Charest, mais elles se chiffrent tout de même en milliards. D’ici 2020, Québec injectera d’abord un peu plus de 1,3 milliard de dollars afin de stimuler la « relance » du Plan Nord.

     

    À elles seules, les infrastructures devraient accaparer près de 1 milliard. Des réfections d’aéroports nordiques sont prévues, mais aussi une étude de faisabilité pour un nouveau chemin de fer et des travaux routiers. Pas moins de 470 millions seront dépensés uniquement pour la route 389. Et selon Philippe Couillard, « il est du devoir de l’État » de mettre des fonds dans de telles infrastructures, situées au nord du 49e parallèle.

     

    On espère en contrepartie que les investissements miniers, qui ont accusé un recul certain en raison du contexte mondial des marchés, seront de retour. Les libéraux estiment que près de 22 milliards pourraient ainsi être investis ici d’ici cinq ans, générant près de 10 000 emplois.

     

    Sur un horizon de 20 ans, le gouvernement Couillard évalue que les fonds publics dirigés vers le Nord atteindront plus de 2,8 milliards. Hydro-Québec doit en théorie y ajouter des investissements dans des projets totalisant plus de 20 milliards. Le gouvernement croit que ces milliards de dollars permettront d’attirer près de 28 milliards pour des projets miniers.

     

    Ces projections sont un peu plus modestes que celles du « chantier d’une génération » de Jean Charest. La première mouture du Plan Nord, lancée en 2011, misait sur des investissements de 80 milliards de dollars sur 25 ans, dont pas moins de 47 milliards pour des projets d’Hydro-Québec.

     

    Projet payant

     

    N’empêche, ces annonces de milliards de dollars en fonds publics suscitent des questions, surtout dans un contexte où l’État impose des compressions majeures dans plusieurs secteurs. Mais pour M. Couillard, le jeu en vaut la chandelle. Il voit d’ailleurs dans le Plan Nord un « ambitieux projet de société ».

     

    Le chef libéral ne s’inquiète pas outre mesure des fluctuations importantes qui frappent continuellement le secteur minier, entraînant certes des « booms », mais aussi des chutes et des fermetures abruptes, comme on l’a constaté dans le secteur du fer au Québec. « Les cycles ont des hauts et des bas », a-t-il dit. « Le Plan Nord est un élément central pour assurer la prospérité du Québec », a aussi fait valoir mercredi le ministre de l’Économie Jacques Daoust.

     

    En plus des fonds pour les infrastructures, Québec a prévu diverses mesures de « soutien » aux minières, et ce, dès la phase d’exploration. De nouvelles aides fiscales ont été annoncées dans le dernier budget, mais aussi des fonds publics pour accroître les connaissances sur le « potentiel minéral ». Des projets d’approvisionnement en gaz naturel sont aussi au menu.

     

    Faibles redevances

     

    Ce retour à un « climat propice » pour l’industrie extractive a fait dire au ministre délégué aux Mines, Luc Blanchette, que « le secteur minier est sur la bonne voie ». Tout un contraste avec le Parti québécois, qui aurait eu une « attitude à peine voilée d’hostilité » à l’égard du secteur, selon M. Couillard.

     

    Soucieux d’assurer une « stabilité » pour les investisseurs, le gouvernement Couillard a aussi défendu le régime de redevances sur les ressources minières, par essence non renouvelables. « Ce qui est capital, c’est d’avoir un régime compétitif », a répété le premier ministre.

     

    Selon les données inscrites dans les comptes publics, le Québec a obtenu l’an dernier des redevances de 23 millions de dollars, alors que la prévision du premier budget Leitão évoquait une prévision de 139 millions. « C’est la réalité. On ne peut pas se surprendre de la fluctuation du cours des métaux et de l’activité », a plaidé M. Couillard.

     

    Or, pendant que les redevances chutaient, la valeur brute des ressources extraites s’est maintenue au-dessus des 8 milliards pour une quatrième consécutive. Mais pour le chef libéral, le débat sur les redevances est clos. « On a bonifié. On ne veut pas y retoucher. »

     

    Pas question non plus de forcer la main aux minières pour qu’elles transforment ici le minerai extrait. « Lorsque ce sera possible, j’espère que ce sera fait. On va toujours insister pour que ce soit considéré », a simplement dit le premier ministre. Pour le moment, la majorité du minerai extrait quitte le Québec à l’état brut.

     

    Par ailleurs, en plus de mesures sociales pour l’éducation, le logement et les Premières Nations, le Plan Nord va de pair avec un objectif de protection du territoire. Comme pour la première mouture, le gouvernement dit vouloir protéger 50 % du territoire de toute activité industrielle d’ici 2035. Mais avant de procéder, il faudra étudier le potentiel minier, a précisé M. Couillard. « Il faut caractériser le territoire, pour voir quels territoires sont économiquement valables pour l’avenir et le moins possible devoir choisir [entre l’économie et l’environnement]. »

     

    Qu’importe la façon dont le Nord sera protégé, son plan est selon lui « un des projets de développement durable parmi les plus intéressants sur la planète ».













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.