Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous
    Mine de Malartic

    La santé publique dresse un bilan dévastateur

    La mine à ciel ouvert a des projets d’expansion.
    Photo: Lawrence Côté-Collins La mine à ciel ouvert a des projets d’expansion.

    Méfiance, désarroi, croissance des inégalités et pessimisme quant à l’avenir. Au moment où le gouvernement Couillard autorise le controversé projet Mine Arnaud, une étude de l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) obtenue par Le Devoir conclut que l’imposante mine à ciel ouvert Canadian Malartic, en Abitibi, a eu des impacts majeurs pour la population. Le promoteur souhaite maintenant agrandir la mine.

     

    Le rapport publié jeudi, intitulé « Effets individuels et sociaux des changements liés à la reprise des activités minières à Malartic », met ainsi en lumière les nombreux effets négatifs attribuables à l’implantation de ce projet en plein coeur de la municipalité. La construction de la plus grande mine d’or à ciel ouvert au Canada a d’ailleurs nécessité la destruction d’une partie de Malartic.

     

    L’étude, financée par le ministère de la Santé et des Services sociaux, souligne que les impacts ont commencé à se faire ressentir dès l’annonce du projet, en 2006. Ainsi, « la majorité » des citoyens ont vécu de l’« insécurité venant d’un manque d’information », mais aussi un « sentiment d’impuissance ».

     

    Les chercheurs de l’INSPQ ont aussi constaté le désarroi, la tristesse, la frustration, la colère et le stress liés au déménagement du quartier sud. C’est ce secteur qui a été rasé pour permettre de creuser l’immense fosse de la mine. Plus de 200 bâtiments ont été démolis ou déménagés, certains avant même que le gouvernement du Québec ne signe le décret autorisant la minière Osisko à démarrer son projet.

     

    Néanmoins, dans cette région historiquement liée à l’industrie minière, « un petit nombre de personnes a ressenti de la joie et de l’espoir pour l’avenir économique de la municipalité ». L’impact économique positif, une fois la mine en exploitation, a toutefois été perçu par plusieurs comme étant moins important que ce qui avait été promis. Bref, « les attentes de plusieurs personnes ont été déçues ».

     

    Hausse des inégalités

     

    Les impacts psychosociaux négatifs ont quant à eux été au rendez-vous, selon ce qui ressort de cette étude qui dresse un portrait de la situation de 2006 à 2013. « L’implantation de la mine a entraîné des impacts sociaux, dont l’accroissement des inégalités entre les citoyens, les conflits et la polarisation de la communauté. »

     

    Ainsi, les inégalités socio-économiques « se sont creusées, notamment l’écart entre les riches et les pauvres ». Les citoyens du quartier sud, qui doivent vivre à proximité de la fosse, mais aussi les aînés et les enfants, se sont « vulnérabilisés ». Et parmi les « effets psychosociaux négatifs », l’INSPQ note une augmentation de la consommation d’alcool et de drogue.

     

    Les inquiétudes pour la santé sont par ailleurs omniprésentes. « L’étude démontre que les activités minières causent des nuisances pour la santé : poussière, vibrations et sautages, circulation routière accrue, bruit. » Fait à noter, Canadian Malartic a reçu plus de 150 avis de « non-conformité » du ministère de l’Environnement du Québec depuis sa mise en exploitation.

     

    Malgré la longue liste d’impacts négatifs pour leur communauté, un grand nombre de Malarticois semble résigné, a constaté l’INSPQ. La « majorité » d’entre eux entrevoit en outre l’avenir avec pessimisme. « Ils estiment qu’à la fermeture de la mine, leur communauté se retrouvera dans une position pire que celle précédant la reprise des activités minières en 2006. »

     

    Pour Yamana Gold et Mines Agnico Eagle, propriétaires de la mine, l’avenir est toutefois très prometteur. Un projet d’agrandissement de la mine a même été élaboré, de façon à exploiter de nouvelles fosses. Ce projet d’envergure nécessitera d’ailleurs le déplacement de la route 117.

     

    Les réserves d’or de Canadian Malartic pourraient ainsi atteindre un total de 11 millions d’onces. Au prix sur les marchés jeudi, soit 1170 $ l’once, cette ressource contrôlée par le privé a une valeur brute de 13 milliards de dollars. Une fois l’exploitation terminée, les propriétaires n’auront pas l’obligation de remblayer l’immense fosse, en vertu des lois en vigueur actuellement.

     

    Normes déficientes

     

    Pour la Coalition Québecmeilleuremine, l’étude de l’INSPQ est tout simplement dévastatrice. « Elle confirme que les normes québécoises ne sont absolument pas adaptées aux mines à ciel ouvert qui s’implantent dans des milieux habités. »

     

    Or, souligne son porte-parole, Ugo Lapointe, le gouvernement Couillard vient tout juste de donner le feu vert au projet Mine Arnaud, un projet de mine à ciel ouvert qui sera encore plus imposant que celui de Malartic. « L’annonce concernant Mine Arnaud ne tient absolument pas compte de l’étude de l’INSPQ, déplore M. Lapointe. Il faut absolument que le gouvernement revoie sa décision à la lumière des constats sans appel inscrits dans cette étude. »

     

    Selon lui, « un débat s’impose sur ces projets, qui, on le constate, ont des impacts importants pour les citoyens ». Surtout, rappelle Ugo Lapointe, que la mine de Malartic n’est en rien un cas isolé. En plus du controversé projet Mine Arnaud, financé par le gouvernement Couillard, un autre projet doit bientôt voir le jour en Abitibi : Royal Nickel.

     

    Ce projet, situé à l’ouest d’Amos, renferme un potentiel d’extraction de plus d’un milliard de tonnes de nickel. La mine à ciel ouvert serait exploitée dès 2016, pour une période de 35 ans, et créerait une fosse de plus de cinq kilomètres de longueur. C’est deux fois plus gros que la mine d’or de Malartic. Jusqu’à 400 000 tonnes de matière brute pourraient être extraites chaque jour durant l’exploitation. La consommation d’eau de la mine devrait en outre dépasser les 100 millions de litres sur une base quotidienne.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.