Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous
    Compressions au ministère de la Faune

    Plus de 100 postes seront supprimés

    Le faucon pèlerin figure parmi les espèces dont la gestion risque de pâtir avec ces nouvelles compressions.
    Photo: Tom Brakefield / Stockbyte / CC Le faucon pèlerin figure parmi les espèces dont la gestion risque de pâtir avec ces nouvelles compressions.

    L’ensemble du Québec subira les contrecoups des compressions imposées par le gouvernement Couillard au ministère de la Faune. Pas moins d’une centaine de postes de professionnels devraient être supprimés, révèlent les informations obtenues par Le Devoir. Une situation qui soulève de vives inquiétudes au sein même du ministère, qui se voit amputer d’une part importante de son expertise scientifique.

     

    Selon ce qui se dégage d’une compilation de données chiffrant les compressions du secteur Faune du ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs (MFFP), plus de 100 emplois ont été supprimés ou devraient l’être au cours des prochains mois. Aucune région du Québec n’a été épargnée par le plan mis en place par les libéraux.

     

    Parmi les postes de professionnels qui disparaîtront bientôt, on compterait une vingtaine de biologistes, donc des scientifiques. « Plusieurs sont des jeunes possédant déjà des années d’expérience dans leurs domaines respectifs. Donc, en clair, on perd une part importante de la relève », a expliqué une source qui a souhaité conserver l’anonymat, par peur de représailles.

     

    Comme le révélait Le Devoir la semaine dernière, le gouvernement élimine notamment des postes de scientifiques qui travaillaient au rétablissement d’espèces menacées. Les nouvelles données indiquent toutefois qu’en plus de la faune aquatique (saumon, bar rayé), des projets liés aux oiseaux (faucon pèlerin, pygargue à tête blanche, aigle royal), aux amphibiens ou encore au caribou écoperont.

     

    Québec a d’ailleurs déjà supprimé l’an dernier les budgets annuels de quelques milliers de dollars dont bénéficiaient les équipes de rétablissement des espèces menacées et vulnérables afin de mettre en place des actions sur le terrain, notamment en matière d’éducation ou de protection d’habitats.

     

    Le MFFP élimine aussi les postes de deux biologistes embauchés en 2014 afin d’étudier les impacts des changements sur la biodiversité. Et la personne qui coordonne le dossier des espèces envahissantes perdra son emploi.

     

    Impacts régionaux

     

    En plus des biologistes oeuvrant dans toutes les régions du Québec, près d’une vingtaine de postes de techniciens travaillant eux aussi dans diverses régions devraient disparaître.

     

    Peu importe la région de la province où ils sont en poste, les biologistes et les techniciens peuvent être appelés à effectuer quotidiennement des tâches relativement diversifiées. Ils ont notamment le mandat d’analyser les demandes d’autorisation déposées par les entreprises, les ministères et les municipalités qui souhaitent réaliser des travaux dans des habitats fauniques. Les biologistes peuvent ainsi émettre des avis scientifiques sur les projets qui risquent d’avoir des impacts pour la faune.

     

    Les professionnels travaillant pour le gouvernement doivent également traiter les demandes d’information sur la faune provenant du public ou de promoteurs de projets. Ces informations sont nécessaires afin de tenir compte des impacts d’un projet au moment de son élaboration.

     

    Les biologistes et les techniciens qui perdront leur emploi sont en outre responsables de l’inventaire d’espèces fauniques exploitées ou à statut précaire. « Ce sont ces inventaires qui permettent de suivre l’état des populations et d’établir les mesures de gestion ou de protection », a souligné une source.

     

    Du côté de la protection de la Faune, 16 agents ont déjà perdu leur emploi, en vertu des compressions imposées l’an dernier, juste avant la période intensive de chasse automnale. Plusieurs autres postes ne seront pas renouvelés, selon les informations obtenues par Le Devoir. En un an, les réductions de personnel doivent dépasser les 90 employés.

     

    Défi structurel

     

    Au MFFP, on se veut néanmoins rassurant. « Le secteur Faune fait face à un défi structurel important qui nous oblige à réviser l’ensemble des budgets et à prendre des décisions », a fait valoir Jacques Nadeau, responsable des communications pour le ministère. Québec refuse toutefois de fournir des informations concernant le nombre de postes supprimés.

     

    « L’équipe de gestion travaille actuellement à réviser l’ensemble des tâches afin de garantir la couverture de l’ensemble des espèces et d’assurer sa mission, a simplement précisé M. Nadeau. Les façons de faire seront revues afin d’améliorer l’efficacité des interventions et d’optimiser l’utilisation des ressources permanentes du ministère. »

     

    Au sein du MFFP, l’inquiétude serait toutefois vive, ont confié différentes sources. « Avec les compressions et les mises à pied, ce sont des dizaines d’années d’effort en acquisition de connaissance et en développement d’expertise qui risquent de partir en fumée. En persistant dans cette lignée, le gouvernement du Québec va à l’encontre des efforts consacrés par de nombreux organismes pour maintenir une faune riche et diversifiée qui caractérise encore si bien le Québec », a expliqué l’une d’elles.

     

    « Ce qui se passe à l’interne est terrible, a souligné une autre personne. Le personnel était déjà très occupé, voire surchargé. Les compressions sont sévères, et le gouvernement ne mesure absolument pas les impacts. On ne peut pas couper autant et dire qu’il n’y a aucun impact. C’est ridicule. »

     

    Selon les prévisions du budget 2014-2015 du Québec, le budget de dépenses pour la Faune, y compris le volet « protection de la faune », totalise 83,7 millions de dollars. Si on soustrait le montant de 34 millions perçu grâce à la vente de permis de chasse et de pêche, il reste une enveloppe de 49,7 millions à assumer par l’État québécois. En clair, le volet Faune du MFFP coûte chaque année, au trésor public, 7 $ par Québécois.













    Envoyer
    Fermer

    Articles les plus : Populaires|Aimés
    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.