Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous

    Sites miniers: Québec prévoit injecter 808 millions d’ici 2027

    Un «plan de restauration» de 700 sites abandonnés, qui comporte des centaines de millions en dépenses publiques, n’a jamais été dévoilé par le gouvernement Couillard

    Le «plan de restauration» chiffre à 808 millions la facture totale pour le nettoyage des sites, qui se répartissent sur tout le territoire québécois.
    Photo: Lawrence Côté-Collins Le «plan de restauration» chiffre à 808 millions la facture totale pour le nettoyage des sites, qui se répartissent sur tout le territoire québécois.

    Au moment où il impose un important plan d’austérité budgétaire, le gouvernement Couillard entend augmenter substantiellement les dépenses annuelles de fonds publics dans le but de terminer la restauration des sites miniers abandonnés au fil des ans par les entreprises du secteur sur le territoire québécois.

     

    Le Devoir a obtenu copie lundi d’un « plan de restauration » inédit du ministère des Ressources naturelles qui révèle que le gouvernement libéral a convenu l’automne dernier de terminer, d’ici à 2027, la restauration des quelque 700 sites miniers abandonnés à la charge des contribuables.

     

    Ce plan, qui comporte des centaines de millions de dollars de dépenses publiques, n’avait jamais été dévoilé par Québec. La semaine dernière, le ministère avait même affirmé clairement au Devoir qu’il n’existait aucun plan en vue de la restauration des sites.

     

    Les données inscrites dans ce plan chiffrent à 808 millions la facture totale pour le nettoyage des sites, qui se répartissent sur tout le territoire québécois. Comme le gouvernement a déjà injecté 103 millions de dollars en huit ans dans les travaux, il lui resterait donc 705,5 millions à débourser pour venir à bout de cet héritage toxique.

     

    Selon le programme élaboré par le gouvernement Couillard, ce montant devra être investi sur une période de 13 ans pour respecter son objectif de 2027. Cela veut dire une moyenne annuelle de 54,3 millions de dollars. Or, Québec a injecté en moyenne 12,8 millions de dollars par année depuis huit ans. Il faudra donc ajouter à cette enveloppe une moyenne de 41,5 millions chaque année, ce qui équivaut à multiplier au final les dépenses annuelles par quatre.

     

    Le montant inscrit pourrait en outre devoir être revu à la hausse. Le plan de neuf pages transmis au Devoir ne tient en effet pas compte des 336 millions inscrits par le ministère « pour des sites sur lesquels il pourrait avoir à agir ». La facture totale pour effectuer le nettoyage est donc estimée à 1,2 milliard de dollars, selon le ministère des Ressources naturelles.

     

    À cela pourraient s’ajouter d’autres sites, comme celui de la mine Québec Lithium, qui a fermé ses portes l’automne dernier sans avoir déboursé la garantie financière pour nettoyer son site d’exploitation situé en Abitibi. Fait à noter, l’évaluation sur laquelle se base le gouvernement dans son plan date du 31 mars 2014.

     

    Échéancier à respecter

     

    Au bureau du ministre délégué aux Mines, Luc Blanchette, on a précisé que Québec tenait mordicus à respecter l’échéancier de 2027 inscrit dans le plan de restauration. Cet objectif comporte en outre une cible intermédiaire pour 2022. Le gouvernement veut alors avoir terminé 50 % des travaux prévus.

     

    Le plan libéral permet par ailleurs de confirmer que la majorité des sites nécessitant d’importants travaux de restauration se situent en Abitibi. Au moins huit sites de cette région coûteront plus de 10 millions de dollars au trésor public, dont quatre coûteront plus de 50 millions. Dans ces cas, le nettoyage inclut des travaux de décontamination majeurs.

     

    Au total, 198 des 700 sites miniers abandonnés sont d’anciens sites d’exploitation minière. De ce nombre, une cinquantaine nécessitent des travaux qualifiés de majeur par le ministère des Ressources naturelles. Dans certains cas, il s’agit de décontaminer des sites pollués par des résidus acides ou des métaux lourds. On trouve des sites dans plusieurs régions du Québec, dont l’Estrie, l’Outaouais et la Côte-Nord.

     

    Même si la Coalition Québec meilleure mine a soulevé l’idée d’imposer une taxe spéciale aux minières pour éviter de faire porter tout le fardeau financier aux Québécois, le gouvernement et l’industrie minière ont rejeté cette idée.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.