Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous

    Mines à ciel ouvert: des impacts négligés

    Des citoyens et des experts réunis en Abitibi réclament un meilleur encadrement des projets

    20 octobre 2014 | Alexandre Shields à Rouyn-Noranda | Actualités sur l'environnement
    Ugo Lapointe, porte-parole de la Coalition Québec meilleure mine
    Photo: Lawrence Côté-Collins Ugo Lapointe, porte-parole de la Coalition Québec meilleure mine

    Alors que d’imposantes mines à ciel ouvert doivent voir le jour au Québec à brève échéance, les normes environnementales et les mesures de protection de la santé humaine censées encadrer ce type de projet sont toujours déficientes. Tels sont les constats qui se dégagent du premier colloque québécois sur les mines à ciel ouvert, tenu en Abitibi en fin de semaine à l’initiative de la Coalition Québec meilleure mine.

     

    Pour la Dre Isabelle Gingras, de l’Association canadienne des médecins pour l’environnement, il serait d’ailleurs temps de revoir en profondeur l’encadrement des projets miniers. « Les normes actuelles ne sont pas adaptées à la réalité des effets sur la santé des mines à ciel ouvert. Nous avons besoin de nouvelles normes pour les poussières, le bruit et les impacts psychosociaux générés par l’exploitation minière. »

     

    Elle rappelle que les trois projets de mines à ciel ouvert étudiés par le Bureau d’audiences publiques sur l’environnement depuis 2009 — Canadian Malartic, Mine Arnaud et Royal Nickel — vont de pair avec des dépassements des normes environnementales actuelles. Dans le cas de la mine d’or Canadian Malartic, l’entreprise a d’ailleurs reçu, selon les calculs de la Coalition Québec meilleure mine, un total de 137 avis de « non-conformité » du ministère de l’Environnement depuis sa mise en exploitation.

     

    Or, les impacts générés par ces projets miniers majeurs n’ont rien d’anodin, selon Isabelle Gingras. Ils peuvent en fait avoir des conséquences importantes, notamment pour les citoyens vivant à proximité. Les poussières résultant de l’exploitation « ont de nombreux effets sur la santé humaine, par exemple chez les gens vulnérables ». Elles peuvent entraîner « une hausse des hospitalisations, mais aussi des décès prématurés ».

     

    Quant au bruit provoqué par l’extraction, il peut entraîner une hausse du stress. Certains citoyens peuvent même développer de sérieux problèmes d’anxiété. Enfin, Mme Gingras estime que les impacts psychosociaux sont sous-estimés, même s’ils sont bien réels. Elle cite en exemple le cas du projet de Mine Arnaud, à Sept-Îles, qui divise la population de la ville depuis plus de trois ans même s’il n’a pas encore reçu le feu vert de Québec. « Ces déchirements entre les gens en faveur et contre un projet minier laissent des séquelles à long terme dans une communauté. »

     

    Le spécialiste des ressources naturelles Normand Mousseau estime lui aussi que certaines normes encadrant l’industrie sont déficientes, notamment celles concernant les plans de restauration des sites. Dans le cas des mines à ciel ouvert, les entreprises n’ont ainsi pas l’obligation de remblayer la fosse creusée lors de l’exploitation. Or, elle peut être pour le moins imposante. Dans le cas du projet Royal Nickel, près d’Amos, la fosse de la plus grosse mine à ciel ouvert du Canada atteindra une longueur de cinq kilomètres.

     

    Qui plus est, M. Mousseau rappelle qu’il est actuellement impossible de surveiller adéquatement les faits et gestes de l’industrie minière, faute de moyens au ministère de l’Environnement pour mener les inspections. « Le gouvernement n’a pas les moyens de vérifier qui respecte les normes. Donc, on ne le sait pas. C’est le vérificateur général qui le dit. C’est malheureusement la situation. »

     

    Dans ce contexte, le porte-parole de la Coalition Québec meilleure mine, Ugo Lapointe, estime que plusieurs questions mériteraient d’être étudiées. « Y a-t-il une limite à la taille des mines à ciel ouvert ? Faut-il des zones tampons autour des mines en milieux habités et sensibles ? Des dépassements de normes et de lois sont-ils acceptables ? Quelles garanties donner aux citoyens ? Quand doit-on dire “non” à certains projets ? On ne peut pas faire comme si ces questions n’existent pas, parce que les conflits vont continuer d’exister. »

     

    Nathalie Tremblay, directrice, Environnement et développement durable de l’Association minière du Québec, se veut toutefois rassurante. « L’industrie a évolué, et les pratiques ont été adaptées pour être basées sur le développement durable. Pour nous, il est clair que l’acceptabilité sociale est importante, puisque c’est notre licence pour opérer. Mais les citoyens doivent aussi avoir une attitude d’ouverture. Il faut qu’ils s’informent sur les projets, qu’ils évitent la méfiance et qu’ils ne s’opposent pas d’emblée aux projets. »

     

    Quels bénéfices ?

     

    Pour Normand Mousseau, l’impact économique réel de l’industrie pour l’économie québécoise reste par ailleurs à démontrer. Il rappelle ainsi que le gouvernement du Québec, partisan avoué du développement du Nord, n’a jamais réalisé d’analyse globale des coûts et des bénéfices des minières. Un constat d’ailleurs réitéré par le vérificateur général dans un rapport publié en 2013.

     

    « Oui, reconnaît-il, l’industrie minière est essentielle et elle crée des emplois, mais il faut se questionner sur les impacts réels. Bref, sur l’enrichissement qui découle de l’exploitation. » M. Mousseau souligne que, même lors du boom minier des dernières années, le secteur a continué de représenter à peine 2 % du PIB du Québec. « C’est relativement faible. »

     

    En contrepartie, il souligne que l’État québécois doit assumer une facture non négligeable en raison des erreurs du passé. Les contribuables sont en effet responsables de la restauration de près de 700 sites miniers abandonnés. La facture à assumer pour venir à bout de cet héritage toxique est estimée pour le moment à 1,2 milliard de dollars.

     

    Et même lorsque l’industrie adopte de bonnes pratiques environnementales, l’exploitation entraîne son lot d’impacts environnementaux, ajoute M. Mousseau, notamment en terme de pollution de l’air, de résidus miniers, d’impacts sur le territoire et de perturbations dans les communautés.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.