Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    Le Québec fait fausse route

    Les États doivent tout faire pour s’éloigner de l’industrie pétrolière, selon la plus haute responsable du dossier climatique aux Nations unies, Christiana Figueres

    Comment imaginer qu’une économie mondiale basée sur les énergies fossiles effectue un virage vert? 
    Photo: Pedro Armestre Agence France-Presse Comment imaginer qu’une économie mondiale basée sur les énergies fossiles effectue un virage vert? 

    Les partisans de l’exploitation du pétrole des sables bitumineux comme le Québec et le Canada font fausse route dans une économie mondiale en voie de réduire sa dépendance aux énergies fossiles. Tel est l’avertissement sans équivoque qu’a servi vendredi la plus haute responsable du dossier climatique aux Nations unies, Christiana Figueres, dans une entrevue exclusive accordée au Devoir.

     

    « Qu’il s’agisse du Canada ou de toute autre juridiction, la situation est la même. La tendance lourde à l’échelle de la planète consiste à se diriger vers une économie à faible empreinte carbone. Cette transition est irréversible », a insisté la secrétaire exécutive de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCUNCC).

     

    « À partir du moment où ce changement est inévitable, est-ce que vous voulez y prendre part le plus rapidement possible, de façon à bénéficier de tous les avantages dont bénéficieront ceux qui agiront rapidement ? Ou alors, voulez-vous rester prisonnier de la vieille économie, tandis que la plupart des autres progressent ? Cette question est valable pour tous. Vous devez décider où vous voulez vous situer dans cette course, parce que cette course vers une économie à faible empreinte carbone a déjà débuté. »

     

    Selon Mme Figueres, il ne fait donc aucun doute que les États doivent tout mettre en oeuvre pour s’éloigner de l’industrie pétrolière, et non s’en approcher davantage. Est-ce que le gouvernement du Québec fait erreur en plaidant pour le projet de pipeline Énergie Est, qui doit permettre d’exporter 1,1 million de barils de brut albertain chaque jour ? « Il y a assez d’analyses et de preuves scientifiques qui démontrent les risques de poursuivre les investissements dans les énergies fossiles, a-t-elle fait valoir. Vous devez donc décider si vous voulez vous situer du bon côté de l’Histoire et du bon côté de la logique économie. »

     

    Cette diplomate de carrière estime que le Québec risque de se « condamner » au modèle économique des pétrolières en autorisant, sur son territoire, le transport et l’exportation de l’or noir extrait des sables bitumineux. « La question ne doit pas se poser uniquement pour aujourd’hui. La question concerne aussi demain. Il faut donc être en mesure de regarder les décisions d’aujourd’hui et évaluer quels seront les impacts de ces décisions dans le futur. Dans un monde de restrictions sur les émissions de carbone, comme celui vers lequel nous nous dirigeons, quelle sera la valeur de ce genre d’infrastructures ? »

     

    Place à l’action

     

    Au sortir du sommet de l’ONU sur le climat tenu cette semaine à New York, Christiana Figueres est d’ailleurs plus convaincue que jamais de la volonté internationale de lutter contre les changements climatiques. « Le message est clair et fort. Nous devons agir contre les changements climatiques, nous pouvons le faire et nous allons le faire. »

     

    Oeuvrant depuis des années au coeur des négociations internationales sur le climat, elle estime que la présence de plus de 120 chefs d’État et de gouvernement à New York était en soi un bon indicateur de la mobilisation politique. « Nous n’avons jamais vu, dans l’Histoire, autant de leaders politiques se réunir autour de cet unique enjeu. Et ils connaissent l’ampleur de la menace si nous n’agissons pas. »

     

    Face aux preuves scientifiques accablantes et à des populations de plus en plus préoccupées, les gouvernements qui prennent part aux négociations ne risquent pas, selon elle, de répéter le fiasco de Copenhague. Ce sommet organisé en 2009 avait débouché sur l’impossibilité totale de parvenir à un accord sur le climat. Mais depuis cette rencontre, a-t-elle souligné, les choses ont bien changé. Les énergies renouvelables sont plus abordables, plusieurs lois visant à lutter contre les changements climatiques ont vu le jour et le secteur privé est désormais de la partie.

     

    Bref, Christina Figueres est persuadée que les prochains mois permettront de définir les grandes lignes d’un accord climatique incluant quelque 190 États et qui doit être signé à Paris à la fin de 2015. « Maintenant, je cherche à soutenir tout le monde afin que cet accord soit significatif. Un accord qui se résumerait à une série d’engagements minimaux ne suffirait pas. Il doit avoir un effet sur la réduction des émissions de gaz à effet de serre. »

     

    Ce futur accord doit entrer en vigueur en 2020. Il doit permettre, dans un premier temps, de stopper la hausse des émissions mondiales de gaz à effet de serre. Mais pour espérer ne pas dépasser une hausse de 2 °C d’ici la fin du siècle — par rapport au début de l’ère préindustrielle —, il faudrait que l’humanité se donne un objectif de « zéro émission » au plus tard en 2100.

     

    Comment imaginer qu’une économie mondiale basée sur les énergies fossiles effectue un tel virage ? « Ce n’est pas une mission impossible, a répondu Mme Figueres. Nous avons pu envoyer un homme sur la Lune en 10 ans. Quand le président Kennedy a annoncé qu’il voulait voir un homme marcher sur la Lune, personne ne savait comment il serait possible d’atteindre cet objectif. »

     

    La secrétaire exécutive de la CCNUCC juge néanmoins que rien n’est acquis, surtout dans un contexte où tout un chacun cherche le plus souvent à protéger ses intérêts économiques et politiques à court terme. « Ce qui est en avant de nous, c’est une transformation délibérée qui doit être plus grande que tout ce à quoi l’humanité a été confrontée jusqu’à présent. Il ne faut donc pas sous-estimer l’ampleur de la tâche. »

     

    Heurtel salue Figueres

     

    Réagissant par la suite à un discours prononcé par Christiana Figueres vendredi au Conseil des relations internationales de Montréal, le ministre David Heurtel a souligné que ces propos démontraient clairement « l’urgence d’agir en matière de changements climatiques ».

     

    Il a aussi répété que le projet de pipeline Énergie Est serait soumis à une évaluation environnementale. Cette étude, menée par le Bureau d’audiences publiques sur l’environnement, servira à présenter la position du Québec lors des véritables audiences sur le projet, qui sont sous la responsabilité de l’Office national de l’énergie.

     

    Fait à noter, l’évaluation fédérale ne tient pas compte des impacts environnementaux de l’exploitation des sables bitumineux. Et l’entreprise TransCanada, qui pilote ce projet de 12 milliards de dollars, a toujours dit que la décision finale concernant Énergie Est appartient à Ottawa.

    Comment imaginer qu’une économie mondiale basée sur les énergies fossiles effectue un virage vert?  Le Conseil des relations internationales de Montréal (CORIM) accueillait vendredi Christiana Figueres pour une conférence sur les changements climatiques.












    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.