Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous
    Amérique du Nord

    La moitié des espèces d’oiseaux sont menacées

    Sur 314 espèces en danger, 50 se retrouvent sur le territoire québécois

    Un pygargue à tête blanche vivant en capitivé. Le grand rapace, emblème des États-Unis et observé au Québec, est particulièrement menacé.
    Photo: Kirsty Wigglesworth Associated Press Un pygargue à tête blanche vivant en capitivé. Le grand rapace, emblème des États-Unis et observé au Québec, est particulièrement menacé.

    Les bouleversements climatiques provoqués par l’activité humaine représentent une sérieuse menace pour plus de la moitié des espèces d’oiseaux vivant en Amérique du Nord, révèle une étude menée sur plusieurs années par une organisation environnementale américaine.

     

    « Le changement climatique est la plus grande menace à laquelle font face nos oiseaux. Si rien n’est fait pour réduire cette menace, plusieurs des espèces que nous aimons pourraient disparaître à tout jamais », prévient Gary Langham, responsable scientifique de la National Audubon Society, dans une vidéo diffusée mardi en guise de présentation de cette recherche.

     

    Les travaux réalisés sur une période de sept ans ont en effet permis de dénombrer pas moins de 314 espèces directement mises en danger en raison de la hausse du climat planétaire et des multiples impacts de ce phénomène. De ce nombre, 50 sont présentes au Québec. Ces représentants de la faune ailée n’étaient pas, jusqu’à présent, considérés comme en danger.

     

    Le rapport répertorie pas moins de 126 espèces qui risquent de perdre plus de 50 % — voire jusqu’à 100 % dans certains cas — de leur habitat d’ici 2050, sans possibilité d’émigrer ailleurs en raison de la rapidité avec laquelle se produisent les bouleversements climatiques. C’est le cas du canard colvert, actuellement très fréquent au Québec, y compris dans les zones fortement urbanisées comme Montréal. Même chose pour le huard à collier, une espèce observée sur plusieurs lacs de la province et surtout reconnue pour la beauté de son chant. Cet oiseau, emblème de l’État du Minnesota, pourrait même disparaître complètement des États-Unis avant la fin du siècle.

     

    Symbole omniprésent dans l’iconographie américaine, le pygargue à tête blanche est lui aussi particulièrement menacé. Selon les projections établies par la National Audubon Society, ce rapace risque de subir un recul de plus de 75 % de son habitat d’ici 2080. L’espèce — observée au Québec sur l’île d’Anticosti et dans l’archipel de Mingan — pourrait toutefois se déplacer vers de nouvelles régions jusqu’ici inoccupées.

     

    Mais le succès de ces déplacements est loin d’être assuré, puisque l’oiseau devra trouver de nouvelles ressources alimentaires et de nouvelles zones de nidification. Rien n’indique pour le moment que ces éléments essentiels pour toute espèce animale seront au rendez-vous.

     

    Espèces déplacées ?

     

    Après avoir analysé 30 ans de statistiques sur le climat, mais aussi des dizaines de milliers d’observations d’oiseaux et plusieurs études sur les lieux de reproduction, les scientifiques concluent d’ailleurs que plusieurs espèces seront forcées de tenter de coloniser de nouvelles zones, à défaut de quoi elles périront. Ils en ont recensé un total 188.

     

    C’est le cas du harfang des neiges. Dans ce cas, ce n’est pas tant le fait de voir ces oiseaux voler plus au nord qui inquiète les chercheurs, mais plutôt la présence, ou non, des proies dont ils se nourrissent. Même chose pour la gélinotte huppée, volatile prisé des chasseurs au Québec. Dans son cas, il reste à voir si le couvert forestier dont dépend l’espèce suivra lui aussi le même chemin vers le nord.

     

    Même si les conclusions du rapport laissent présager le pire, l’analyse ne tient pas compte de certains facteurs qui pourraient aggraver encore davantage la situation. La hausse du niveau des océans risque par exemple de détruire certains habitats, dont des sites de nidification. Sans compter l’augmentation de la température des eaux, qui chassent les proies de certaines espèces, dont le fou de Bassan et le macareux moine. Les épisodes de sécheresses et autres événements climatiques extrêmes pourraient en outre anéantir certaines ressources alimentaires, comme des insectes.

     

    L’organisme estime donc que les constats de l’étude sont, dans une certaine mesure, prudents. La situation exige donc « d’agir sans attendre et de façon décisive pour éviter une catastrophe », selon Gary Langham.

     

    La National Audubon Society appelle à une réduction des émissions de CO2 issues de la combustion d’énergies fossiles. La courbe actuelle pointe plutôt vers une hausse continue de ces émissions au cours des prochaines années. Et dans une optique de principe de précaution, il serait impératif de protéger davantage de territoires en prévision des adaptations à prévoir pour plusieurs espèces d’oiseaux.

     

    Les conclusions de ce rapport rejoignent par ailleurs les constats de l’organisme britannique BirdLife International, qui estime à 1313 le nombre d’espèces d’oiseaux dans le monde qui sont menacées de disparition. Concrètement, on parle donc d’une espèce sur huit. Et le nombre a crû au cours des dernières années. Depuis 1970, la population d’oiseaux au Canada a reculé de 12 %.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.