Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous
    Compressions

    Québec ampute l’expertise du ministère de la Faune

    Des agents de protection de la faune sont également visés par les compressions, ce qui risquerait d'affecter leur capacité à lutter efficacement contre le braconnage.
    Photo: Jacques Nadeau Archives Le Devoir Des agents de protection de la faune sont également visés par les compressions, ce qui risquerait d'affecter leur capacité à lutter efficacement contre le braconnage.

    Le couperet tombe sur le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs. Le Devoir a appris que le gouvernement de Philippe Couillard vient d’y imposer d’importantes compressions de personnel, ce qui aura notamment des impacts significatifs sur l’expertise scientifique du Québec en matière de gestion de la faune.

     

    Selon les informations obtenues auprès de différentes sources, des techniciens et des scientifiques travaillant pour l’État québécois sur une base contractuelle ont reçu, à leur plus grand étonnement, un avis les informant que le gouvernement mettait carrément fin à leur contrat. Dans certains cas, les contrats ne devaient pourtant pas arriver à échéance avant plusieurs mois.

     

    Il n’a pas été possible jeudi d’obtenir le nombre précis d’employés congédiés, mais ils seraient près d’une cinquantaine. « Ce sont plusieurs dizaines d’employés qui sont forcés de partir, a expliqué au Devoir une source qui a demandé à conserver l’anonymat. Certaines personnes travaillaient pour le gouvernement depuis plusieurs années. Et il s’agit de professionnels qui ont des formations techniques ou encore universitaires. » Selon cette même source, l’unique raison évoquée par le ministère pour justifier les suppressions d’emplois est la situation financière de celui-ci.

     

     

    Des projets à l’eau

     

     

    Le hic, c’est qu’en plus de réduire ses dépenses dans un secteur lié directement à la qualité de l’environnement, le gouvernement du Québec se prive d’une expertise scientifique certaine en matière de gestion de la faune. En fait, les sources consultées jeudi ont confirmé que la gestion de la faune au Québec sortira passablement mal en point de cette vague de compressions subites.

     

    À titre d’exemple, le gouvernement libéral a décidé d’éliminer des postes de biologistes qui travaillaient sur des projets et des études liés à la faune terrestre ou à la faune aquatique du Québec. « Des projets de recherche qui étaient pourtant déjà bien entamés devraient carrément tomber à l’eau », a laissé tomber une source bien au fait.

     

    Ces travaux scientifiques touchent à diverses facettes de la biodiversité du Québec. Il peut s’agir d’études qui visent à mieux comprendre l’état de situation d’une espèce animale en particulier afin de mieux gérer sa population et son habitat. On peut également penser à des études qui permettent de déterminer les moyens à prendre afin de préserver des milieux naturels relativement épargnés par l’activité humaine.

     

    Des scientifiques travaillant en partenariat avec des organismes gouvernementaux ou d’autres ministères, par exemple dans le cadre de projets d’infrastructures, viennent aussi de perdre leur emploi avant la fin de travaux déjà lancés.

     

    Dans d’autres cas, il s’agit de spécialistes de la faune et de la flore chargés d’étudier des milieux précis visés par des projets de développement industriel. Alors que le gouvernement Couillard compte tout mettre en oeuvre pour accélérer le développement minier du Nord québécois, dans le cadre de la relance du Plan Nord, des chercheurs auraient par exemple pu être appelés à caractériser des zones ciblées par l’industrie avant le lancement de projets d’exploitation.

     

     

    Moins de protection faunique

     

     

    Des agents de protection de la faune sont en outre directement visés par les compressions du gouvernement libéral. Cela risque de nuire sérieusement à la capacité des agents à lutter efficacement contre le braconnage au Québec, selon le syndicat des agents de protection de la faune. Dans certaines régions, les bureaux risquent de se retrouver pratiquement sans personnel.

     

    « Tous les secteurs de la gestion de la faune seront affectés, sans exception, a soutenu une source. Les services à la population en souffriront. C’est certain. Et il est évident que ces coupes porteront atteinte, à moyen et à long terme, à l’intégrité écologique du territoire québécois. » Qui plus est, d’autres mesures de réduction des dépenses avaient déjà été imposées au ministère depuis l’arrivée au pouvoir des libéraux, selon une source.

     

    Contacté par Le Devoir, le syndicat des professionnels du gouvernement du Québec a dit ne pas être au courant de cette vague de suppressions d’emplois. Le cabinet du ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs, Laurent Lessard, n’a pas répondu aux courriels et aux appels du Devoir.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.