Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Abonnez-vous!
    Connectez-vous
    Hydroélectricité

    Pourquoi a-t-on lancé le projet de la Romaine?

    La Fondation Rivières croit que la commission Charbonneau devrait se pencher sur la question

    Les coprésidents de la Commission sur les enjeux énergétiques, Roger Lanoue et Normand Mousseau. Le rapport de la commission recommande d’étudier « sans délai » l’opportunité de stopper les investissements des phases trois et quatre du projet de la Romaine.
    Photo: Jacques Nadeau - Le Devoir Les coprésidents de la Commission sur les enjeux énergétiques, Roger Lanoue et Normand Mousseau. Le rapport de la commission recommande d’étudier « sans délai » l’opportunité de stopper les investissements des phases trois et quatre du projet de la Romaine.

    Le projet hydroélectrique de la rivière Romaine ne sera jamais rentable, affirme la Commission sur les enjeux énergétiques. La Fondation Rivières demande donc à Québec de mettre fin aux travaux de construction de cet «éléphant blanc» de 6,5 milliards de dollars. L’organisme estime même que la commission Charbonneau devrait se pencher sur les raisons qui ont justifié le lancement de ce chantier.

     

    « Ce qui se retrouve dans le rapport de la Commission sur les enjeux énergétiques, c’est ce qu’on dit depuis déjà au moins cinq ans. Le chantier de la Romaine n’aurait jamais dû voir le jour », a fait valoir mardi Roy Dupuis, comédien et cofondateur de la Fondation Rivières, en entrevue au Devoir.

     

    Dans une lettre qu’il signe avec les coréalisateurs du documentaire Chercher le courant, Alexis de Gheldere et Nicolas Boisclair, il demande donc au gouvernement Marois de stopper de toute urgence les travaux sur cette rivière de la Côte-Nord. Les signataires de la missive publiée ce mercredi dans Le Devoir font valoir que le rapport de la Commission « démontre que si le gouvernement et Hydro-Québec continuent sur leur lancée, il n’y aurait plus preneur pour l’hydroélectricité québécoise du XXIe siècle, sinon en la vendant à perte aux clients industriels et à l’exportation ».

     

    Le rapport publié lundi en fin de journée précise en effet que le projet de la Romaine s’appuyait essentiellement sur les marchés d’exportation. Or, précisent ses auteurs, « cet investissement ne pourra pas être rentabilisé, surtout avec les surplus dont dispose Hydro-Québec aujourd’hui ». L’énergie que produiront ses quatre centrales à partir de 2020 coûtera vraisemblablement plus de 6 ¢/kWh. Or, le prix de vente sur le marché américain avoisine les 3 ¢/kWh.

     

    « Ces prix ne justifient plus la construction de nouvelles centrales à des fins d’exportation. En fait, si ces facteurs avaient été prévus avant 2008, il est permis de croire que le complexe de la Romaine n’aurait jamais été mis en chantier », conclut le rapport de 300 pages produit à la demande de la ministre des Ressources naturelles, Martine Ouellet, pour orienter la future politique énergétique du Québec. On y recommande donc d’étudier « sans délai » l’opportunité de stopper les investissements des phases trois et quatre du projet de la Romaine.

     

    « Ce projet est tellement coûteux que l’arrêter ferait en sorte que beaucoup d’argent reviendrait dans les coffres du gouvernement, estime Nicolas Boisclair. Si Martine Ouellet balaie ça du revers de la main, c’est qu’elle a peu de soucis pour les finances du Québec, qui sont tout de même mal en point. »

     

    Le gouvernement Marois a déjà indiqué, avant même la publication en toute hâte du rapport, que les projets entamés suivront leur cours. Une telle décision revient à sacrifier une rivière pour un projet difficilement justifiable d’un point de vue économique, selon Roy Dupuis. « On parle de grandes rivières. Pour moi, tout ça est très précieux. Il faudrait donc agir de façon intelligente et moderne. »

     

    L’ancien premier ministre Jacques Parizeau, un des artisans de la nationalisation de l’électricité, a lui-même déjà remis en question la pertinence de harnacher la Romaine, une des dernières grandes rivières du Québec. Il avait alors invité le gouvernement à ne pas reproduire une telle erreur et à se tourner vers d’autres types d’énergies renouvelables.

     

    Enquêter sur la Romaine

     

    Roy Dupuis estime en outre nécessaire d’élargir le mandat de la commission Charbonneau afin d’enquêter sur les raisons qui ont justifié le lancement du mégaprojet. « Tant qu’il n’y aura pas une enquête, on ne connaîtra jamais les véritables raisons de la construction de la Romaine. Qui profite de tout ça ? Ce serait très important de le savoir. Pour nous, c’est clair que les raisons sont politiques. »

     

    « Comment les dirigeants de l’époque, Jean Charest, Thierry Vandal et Nathalie Normandeau, ont-ils pris la décision de lancer ce chantier et sous quelle influence ? Ont-ils seulement rendu des comptes à leurs amis politiques ? » écrit d’ailleurs la Fondation Rivières dans sa lettre.

     

    Au-delà du cas précis de la Romaine, Roy Dupuis estime qu’il importe de revoir la stratégie de développement d’Hydro-Québec. « Cette société d’État a toujours été une fierté pour le Québec, estime-t-il. Il ne faut pas que ça devienne une machine à injecter de l’argent dans certaines corporations. Il faut donc redonner ses lettres de noblesse à cette organisation, qui est une réussite sociale-démocrate. »

     

    Revoir les investissements

     

    Coprésident de la Commission sur les enjeux énergétiques, Roger Lanoue juge que tout nouveau projet de développement d’Hydro-Québec devrait être soumis à l’approbation de la Régie de l’énergie, en fonction du prix de vente sur les marchés accessibles à Hydro-Québec. Selon lui, il importe de déterminer « un mécanisme qui nous permette d’avoir un débat sur ce qui devrait être construit, ou pas ».

     

    Ce débat doit impérativement englober le développement de la filière éolienne au Québec, estime l’autre coprésident de la Commission, Normand Mousseau. « Actuellement, c’est une subvention aux Américains, à qui on vend à 3 ¢/kWh de l’électricité qui nous coûte 12 ¢/kWh. Ou alors c’est une subvention aux entreprises qu’on veut attirer avec notre électricité qu’on paie à fort prix et qu’on revend à faible prix. La question est de savoir quelles sont les retombées pour le Québec. Elles sont relativement limitées. »

     

    La ministre Martine Ouellet a toutefois fermé la porte lundi à une remise en question des projets éoliens, une décision qui vaut aussi pour ceux qui n’ont pas encore été lancés par Québec. Mais M. Mousseau souligne que le gouvernement pourrait très bien soutenir autrement l’économie régionale, comme celle de la Gaspésie. « Avec l’efficacité énergétique, on peut créer deux fois plus d’emplois avec le même investissement », a-t-il fait valoir en entrevue mardi.

     

    Les coprésidents de la Commission sur les enjeux énergétiques, Roger Lanoue et Normand Mousseau. Le rapport de la commission recommande d’étudier « sans délai » l’opportunité de stopper les investissements des phases trois et quatre du projet de la Romaine. Roy Dupuis, cofondateur de la Fondation Rivières












    Envoyer
    Fermer

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.