Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    Manifeste contre un État pétrolier québécois

    Des scientifiques, des écologistes et des politiciens demandent une étude d’impact

    Les signataires de ce nouveau manifeste rappellent qu'au Québec, les droits d’exploration ont été cédés au secteur privé.
    Photo: Jacques Nadeau - Le Devoir Les signataires de ce nouveau manifeste rappellent qu'au Québec, les droits d’exploration ont été cédés au secteur privé.
    Quelques signataires du manifeste

    Le metteur en scène Dominic Champagne, l’auteur-compositeur-interprète et cinéaste Richard Desjardins et les anciens députés péquistes Lisette Lapointe et Pierre Curzi figurent parmi les signataires du Manifeste pour sortir de la dépendance au pétrole. Ils réclament notamment une étude environnementale stratégique sur la filière des hydrocarbures.
    Contrairement à ce qu’affirment les signataires du récent manifeste en faveur de l’exploitation pétrolière au Québec, nous n’avons aucun avantage à devenir un « État pétrolier ». C’est ce que soutiennent les scientifiques, les écologistes et les politiciens qui signent le Manifeste pour sortir de la dépendance au pétrole. Le document publié lundi et dont Le Devoir a obtenu copie, réclame aussi une évaluation environnementale de la filière.

    « Nos choix économiques doivent prendre en considération l’incontestable réalité des changements climatiques et l’impact économique et social des limites de nos ressources. Le Québec ne peut s’enliser davantage dans la voie du pétrole. Notre responsabilité collective est de diminuer notre consommation d’énergie et de favoriser l’utilisation des solutions de remplacement aux énergies fossiles. Sur cette question, il y a réellement urgence », soulignent les auteurs de ce manifeste.

     

    En tout, 28 personnes appuient cette réplique au texte pro-pétrole signé récemment par des personnalités publiques comme Bernard Landry, Monique Jérôme-Forget et Joseph Facal. On y retrouve notamment des écologistes et des représentants autochtones, mais aussi des personnalités politiques comme Pierre Curzi, Lisette Lapointe et le président de Québec solidaire, Andres Fontecilla. L’ancien commissaire au développement durable du Québec Harvey Mead y figure également, de même que Richard Desjardins et le metteur en scène Dominic Champagne.

     

    Consultante en développement régional et coauteure du manifeste, Kim Cornelissen juge que Québec est beaucoup trop prompt à vouloir lancer le Québec sur la voie des énergies fossiles. « Nous sommes en train de devenir un État pétrolier, tout le gouvernement semble d’accord avec cela, mais il n’y a eu aucun référendum et aucune consultation. Et je suis convaincue qu’au Québec, nous voulons autre chose que ce qu’avance le manifeste des pro-pétrole, qui a été écrit pour soutenir le gouvernement, qui veut avancer dans le pétrole », fait-elle valoir dans une entrevue au Devoir.

     

    Potentiel hypothétique

     

    Le manifeste « pour tirer profit collectivement de notre pétrole », publié au début du mois, presse en fait le gouvernement d’autoriser l’exploitation d’éventuels gisements de pétrole. Selon les signataires, il serait « irresponsable » de fermer la porte à ce scénario, qui permettrait de réduire les importations d’énergie fossile et de générer des revenus pour l’État, comme le fait la Norvège.

     

    Le plaidoyer contre l’exploitation d’or noir au Québec réplique que s’il est vrai que l’importation de pétrole coûte cher, il est « irresponsable » de prétendre que d’éventuels gisements québécois permettraient de réduire ce déficit commercial. « Le potentiel pétrolier du Québec est souvent surestimé, écrivent-ils. Les ressources en pétrole du Québec, même selon les estimations hypothétiques que font circuler les promoteurs de son exploitation, ne pourraient remplacer qu’une très faible partie de ce qui est actuellement importé. »

     

    Pour le moment, le secteur de Haldimand, à Gaspé, est celui qui serait le plus près d’une exploitation. Le sous-sol du secteur, contrôlé par Pétrolia, renfermerait 7,7 millions de barils de pétrole. Cela équivaut à 23 jours de consommation au Québec. Quant aux autres régions ciblées par les pétrolières, « aucun gisement n’a encore été découvert », malgré des décennies d’exploration, affirme Andres Fontecilla dans un entretien.

     

    « Le déficit engendré par nos importations de pétrole, il faut l’attaquer un milliard à la fois : nous pouvons prendre dès maintenant les moyens pour devenir autosuffisants en remplaçant notre consommation de carburant fossile par des énergies de sources renouvelables dont regorge déjà le Québec », font donc valoir les auteurs du manifeste.

     

    Selon Kim Cornelissen, le fait de lancer le Québec dans le pétrole risque au contraire d’accroître notre dépendance à l’or noir. « Un principe économique simple veut que plus on augmente l’offre, plus la demande risque d’augmenter. On se tire dans le pied en voulant augmenter l’offre. » La ministre des Ressources naturelles, Martine Ouellet, estime plutôt qu’il est possible de réduire notre consommation tout en produisant ici et en recevant du pétrole de l’Ouest par pipelines. L’objectif de Québec est de réduire notre dépendance aux hydrocarbures de 30 % d’ici six ans.

     

    Le modèle norvégien

     

    Il serait par ailleurs totalement « illusoire » d’espérer reproduire au Québec le modèle de la Norvège, où l’exploitation pétrolière a permis de générer des centaines de milliards de dollars en revenus pour l’État. Les signataires rappellent ainsi que dans ce pays, c’est le gouvernement qui contrôle la majorité de l’actionnariat de l’entreprise Statoil, fondée il y a déjà plus de quarante ans. Au Québec, tous les droits d’exploration ont plutôt été cédés au secteur privé. Et selon Mme Cornelissen, « le Québec n’est pas reconnu pour sa bonne gestion de la question des redevances. Nous n’avons qu’à regarder le secteur minier pour comprendre ».

     

    À l’instar de M. Landry, les signataires du nouveau manifeste insistent sur la nécessité de mener un débat « scientifique » sur la question pétrolière. Selon eux, il est impératif que le gouvernement « lance une étude environnementale stratégique sur l’ensemble de la filière des hydrocarbures qui couvrirait tous les impacts sociaux, environnementaux et économiques liés à l’utilisation du pétrole et aux conséquences dans le fonctionnement de notre société ». La première ministre Pauline Marois a déjà fermé la porte à cette possibilité.

     

    Ils estiment en outre que le Bureau d’audiences publiques sur l’environnement devrait être mandaté pour étudier chacun des projets d’exploration prévus. Québec devrait aussi adopter « un moratoire permanent sur toute forme de fracturation hydraulique, et ce, sur l’ensemble du territoire ». Les compagnies pétrolières prévoient procéder à des opérations de fracturation sur l’île d’Anticosti pour déterminer le potentiel pétrolier. De tels travaux pourraient avoir lieu dès l’été prochain.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.