Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!

    Enbridge: 32 interpellations et 3 arrestations dans une manifestation jugée illégale

    Une manifestation d’opposants au projet de pipeline d’Enbridge a rapidement été déclarée illégale jeudi après-midi par le Service de police de la ville de Montréal (SPVM).  

    Le rassemblement, qui s'est terminé peu avant 18 h, a été déclaré illégal deux heures plus tôt. De nombreux policiers anti-émeute se sont ensuite déployés dans le centre-ville de la métropole. Une trentaine de manifestants ont été appréhendés, a confirmé Jean-Bruno Latour, porte-parole du SPVM, en fin d'après-midi.

    Selon un autre porte-parole du SPVM, Laurent Gingras, les manifestants n'avaient pas donné d'itinéraire aux autorités, ce qui a forcé les policiers à ordonner leur dispersion.

    Le sergent Latour a précisé que trois manifestants ont été arrêtés pour voies de fait sur des agents de la paix. Vingt-neuf autres ont été interpellés en vertu du règlement municipal P-6 qui oblige tout manifestant à fournir un itinéraire aux autorités. Ils ont été relâchés mais devront payer une amende de plusieurs centaines de dollars.
     

    Depuis le début de la journée, le SPVM était bien présent dans le secteur du Palais des Congrès, où se tiennent cette semaine les consultations de l’Office national de l’énergie (ONÉ) concernant le projet d’Enbridge. Le Devoir a constaté plus tôt en journée qu’un grillage empêchait l’accès au Palais des Congrès à partir de la station de métro Place-d’armes.

     

    «Non au pétrole sale»

     

    Mercredi, une quinzaine d’opposants au projet de renversement du flux de la ligne 9B ont tour à tour interrompu les audiences de l’ONÉ. Tous vêtus d’un t-shirt sur lequel on pouvait lire «Non au pétrole sale», des membres de groupes écologistes et des citoyens se sont levés de leur chaise l’un après l’autre, avant de dénoncer haut et fort leur exclusion des consultations.

     

    «Ces audiences donneront la parole à quelques dizaines de personnes et d’organismes que vous, de l’Office national de l’énergie, avez jugés compétents ou directement touchés par le projet de la compagnie Enbridge. Or, la population canadienne tout entière, et même au-delà de nos frontières, sera directement touchée par ce projet, s’il se réalisait», ont-ils déclaré.

     

    «En restreignant les règles d’admissibilité et en compliquant les procédures de participation, vous, et le gouvernement fédéral en place, vous avez choisi de ne pas nous entendre», ont-ils ajouté, s’en tenant au même texte.

     

    Des groupes environnementaux se sont d’ailleurs rassemblés mercredi devant le Palais des Congrès de Montréal pour dénoncer le caractère «antidémocratique» des audiences de l’ONE et son mandat «trop restreint». Selon Patrick Bonin de Greenpeace, «le projet d’Embridge présente d’importants risques de déversement, implique l’expansion des sables bitumineux, le raffinage du pétrole lourd albertain au Québec et l’augmentation de la production de pétrole de coke ainsi que le transport du pétrole par bateau de Montréal à Lévis. Or, avec les oeillères que lui impose le gouvernement Harper, l’ONÉ ne regarde que le pipeline».

     

    Absence des écologistes

     

    Aucun groupe environnemental ne prend part aux audiences à Montréal. L’ONÉ a volontairement exclu tous les intervenants qui voulaient aborder les enjeux environnementaux liés au pétrole, notamment l’exploitation des sables bitumineux et les changements climatiques. Et quelle que soit la décision la décision de l’ONÉ, le gouvernement Harper se réserve le droit de faire fi de celle-ci, selon les nouvelles dispositions d’évaluations décrétées en 2012.

     

    La pétrolière Enbridge demande l’autorisation d’inverser le flux d’écoulement dans un pipeline qui amènera 300 000 barils de pétrole brut chaque jour à Montréal d’ici quelques mois.

     

    Dans son plaidoyer livré devant l’ONÉ lundi, Enbridge a répété à plusieurs reprises que la possibilité que son tuyau laisse fuir du pétrole venu de l’Ouest est « peu probable ». Selon la pétrolière, le fait d’inverser le flux dans un pipeline datant de 1975, d’en augmenter la capacité de transport et d’y faire couler notamment du pétrole des sables bitumineux ne pose pas de risques particuliers.

     

    Les deux avocats qui ont présenté la position de l’entreprise ont passé une bonne partie de leur présentation à attaquer les groupes environnementaux qui ont formulé des inquiétudes concernant le projet. Selon ce qu’a avancé Me Ann Bigué, porte-parole d’Enbridge, l’argumentaire de certains aurait démontré «un manque sérieux de preuves crédibles à l’appui».

     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel