Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!

    Pipeline d’Enbridge : silence complet à Québec

    Aucune consultation n’a encore été annoncée, tandis qu’Ottawa est prêt à donner le feu vert

    Avec deux projets visant son territoire, le Québec est en voie de devenir une plaque tournante pour l’exportation du pétrole albertain.
    Photo: Jacques Nadeau - Le Devoir Avec deux projets visant son territoire, le Québec est en voie de devenir une plaque tournante pour l’exportation du pétrole albertain.

    À quelques jours de la fin des consultations fédérales pour le projet d’Enbridge de transporter du pétrole albertain par pipeline jusqu’à Montréal, le gouvernement Marois n’a toujours pas annoncé la tenue de sa propre évaluation. Québec promet pourtant depuis près d’un an de mener une consultation sur cet oléoduc, qui fera couler jusqu’ici 300 000 barils de brut chaque jour. Le plus important projet de transport pétrolier de l’histoire du Québec suscite d’ailleurs de vives inquiétudes, y compris à la Ville de Montréal.

     

    « Près d’un an après l’avoir promis, il est plus que temps que Québec officialise et divulgue les paramètres de l’évaluation environnementale qu’il entend mener sur le projet d’Enbridge, a souligné mardi Patrick Bonin, responsable de la campagne Climat-Énergie de Greenpeace. Québec ne peut rester plus longtemps sur la ligne de touche à regarder le gouvernement Harper décider seul de notre avenir. »

     

    Le processus d’évaluation lancé par Ottawa avec l’Office national de l’énergie est effectivement presque complété. D’ici trois semaines, les « plaidoiries finales » des consultations seront terminées. Québec n’y participe pas. On s’attend à ce que l’autorisation possible de l’inversion de la ligne 9B d’Enbridge - entre le Sud ontarien et Montréal - soit donnée au début de 2014. Le président et chef de la direction d’Enbridge, Al Monaco, estime que le brut de l’Ouest canadien arrivera au Québec dans les mois qui suivront.

     

    Quelle consultation ?

     

    Il est cependant impossible pour le moment de savoir quelle consultation pourrait être menée au Québec et quelle forme elle pourrait prendre. Le Devoir a tenté pendant deux jours d’obtenir des précisions à ce sujet. Mais le cabinet du ministre de l’Environnement Yves-François Blanchet n’a répondu à aucune des questions qui lui ont été transmises.

     

    Le gouvernement Marois a démontré une ouverture certaine au projet d’Enbridge. Le ministre Blanchet a toutefois répété à plusieurs reprises qu’il entendait consulter les Québécois. Déjà en décembre 2012, il avait promis que Québec ne ferait pas « l’économie des consultations » pour ce projet de compétence fédérale. Depuis, rien n’a été annoncé. En entrevue au Devoir, le ministre a cependant déjà dit qu’il n’était pas question d’inclure de réflexion sur l’impact de l’exploitation des sables bitumineux dans l’étude québécoise.

     

    « Il est difficile de comprendre ou d’expliquer la position du Québec, a souligné Steven Guilbeault, directeur principal d’Équiterre. Le gouvernement nous promettait une réduction de notre dépendance au pétrole et s’est donné des objectifs ambitieux de réduction des gaz à effet de serre. Mais ce n’est pas vrai qu’on peut à la fois investir dans de nouvelles infrastructures pour transporter du pétrole des sables bitumineux et réduire nos émissions de gaz à effet de serre. »

     

    Québec affirme le contraire. Une étude de l’Association québécoise de lutte contre la pollution atmosphérique publiée lundi indique cependant que le pétrole des sables bitumineux peut émettre jusqu’à 20 % plus de GES que le pétrole conventionnel.

     

    Les deux dernières raffineries du Québec ont par ailleurs plaidé en faveur du projet d’Enbridge, au nom du maintien des emplois dans le secteur. Les deux entreprises et Enbridge font du lobbying en ce sens auprès de Québec. Le mandat de certains lobbyistes vise à « favoriser le processus d’acceptabilité sociale du projet ». Suncor souhaite raffiner du brut albertain à Montréal. Ultramar pourrait charger des navires à Montréal pour le transporter à sa raffinerie de Lévis.

     

    Montréal s’inquiète

     

    Le gouvernement Harper, qui a déjà qualifié le pétrole des sables bitumineux de «ressource renouvelable», fait lui aussi un lobbying intensif en faveur des projets de pipelines. Avec deux projets visant son territoire, le Québec est en voie de devenir une plaque tournante pour l’exportation du pétrole albertain.

     

    La Ville de Montréal a toutefois de « sérieuses inquiétudes » par rapport au projet d’inversion de la ligne 9B, construite en 1975. « Malheureusement, la compagnie Enbridge n’a pas, à ce jour, démontré qu’elle est en mesure de mettre en pratique une saine gestion des risques. Notre préoccupation principale est de préserver les ressources en eau potable des citoyens de l’agglomération de Montréal », a expliqué mardi Josée Duplessis, présidente du comité exécutif de la Ville de Montréal. En cas de rupture dans ce pipeline, qui passe sous la rivière des Outaouais, l’approvisionnement de deux millions de Québécois serait selon elle menacé.

     

    Enbridge estime toutefois mener les travaux nécessaires pour s’assurer de la sécurité de son pipeline de 38 ans. Elle doit réaliser au cours des prochains mois au moins 600 excavations le long de la ligne 9B dans le but de réparer certaines sections.

     

    Selon l’Institut Polaris, la pétrolière serait responsable de 804 déversements en Amérique du Nord entre 1999 et 2010, dont celui de la rivière Kalamazoo. Ce déversement, survenu en 2010, a laissé couler près de quatre millions de litres de brut dans la rivière. Trois ans plus tard, le nettoyage n’est toujours pas complété.

     

    La Colombie-Britannique a par ailleurs dit non au projet de pipeline Northern Gateway, piloté par Enbridge. Selon Victoria, la pétrolière « n’a pas été en mesure de répondre aux inquiétudes environnementales ». Elle n’aurait pas fourni de preuves de sa capacité à contenir un déversement en cas de rupture du pipeline ou lors du transbordement du pétrole.

     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel