Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous

    Selon l'IRIS, le pétrole acheminé par oléoduc polluerait plus que l'importation

    Le Québec n'aurait aucun avantage économique ou environnemental à recevoir par oléoduc le pétrole extrait des sables bitumineux d'Alberta plutôt que celui qu'il utilise actuellement et qui est importé majoritairement d'Algérie, de la Mer du Nord ou de Terre-Neuve-et-Labrador.

    Une note économique publiée lundi par deux chercheurs de l'Institut de recherche et d'informations socio-économiques (IRIS) indique qu'au contraire, ce pétrole est de loin plus polluant parce que son extraction et son utilisation engendrent une production de gaz à effet de serre beaucoup plus importante que les autres sources d'alimentation pétrolière du Québec.

    «Le pétrole des sables bitumineux est l'un des plus sales au monde à produire même en tenant compte de la production, du transport et du raffinage», a indiqué Renaud Gignac, chercheur associé à l'IRIS.

    Les chercheurs, qui ont analysé le projet d'Enbridge d'inverser le flux du pipeline 9B entre North Westover en Ontario et Montréal-Est, rappellent que cette compagnie est à l'origine du plus grave déversement terrestre de l'histoire américaine, survenu en 2010 au Michigan, à la suite de l'inversion du flux d'un autre oléoduc.

    Renaud Gignac ajoute que l'entreprise présente d'ailleurs un bilan de sécurité des plus contestables.

    «Il y a, en moyenne, plus de 70 déversements par année uniquement dans le réseau d'oléoducs d'Enbridge. Pour l'oléoduc de la ligne 9B, on ne se demande pas s'il y aura des déversements mais plutôt quand et où vont-ils survenir», a-t-il déclaré.

    Il a toutefois dû admettre que l'évaluation environnementale aborde le risque posé par les oléoducs sans présenter d'analyse comparative du risque que présente le transport maritime par pétrolier.

    «La note ne porte pas sur les risques d'accident maritime mais bien sur les émissions de gaz à effet de serre qui sont causées par le transport par navire-citerne. Le transport par bateau est beaucoup plus avantageux au plan environnemental», a insisté le chercheur, tout en reconnaissant que les catastrophes comme celles de l'Exxon Valdez, sur les côtes de l'Alaska en 1989, ne sont pas plus souhaitables que des déversements d'oléoducs.

    Sur le plan économique, les chercheurs indiquent qu'il est malhonnête de faire miroiter aux consommateurs un avantage quelconque lié à l'utilisation de pétrole domestique.

    «Les projets d'oléoducs n'auront aucun impact à la pompe, c'est très clair. Dès que le pétrole peut être vendu sur les marchés extérieurs, les prix convergent et la différence est ramenée à zéro. Pour le consommateur ça ne changera strictement rien», tranche M. Gignac.

    Quant aux retombées du projet d'Enbridge, la note évalue que seulement une centaine d'emplois seraient créés à terme par ce projet.

    M. Gignac note que la pression augmente sur le Québec et les autres communautés de l'est du pays pour faire place au pétrole albertain, dont la distribution est confrontée à un goulot d'étranglement. La réticence de la Colombie-Britannique à l'égard du projet d'oléoduc Northern Gateway, qui permettrait d'acheminer le pétrole albertain sur la côte ouest, et la controverse entourant la construction du pipeline Keystone vers les États-Unis sont autant de facteurs qui poussent l'industrie pétrolière à chercher des débouchés vers l'est.

    Selon le chercheur, le transport du pétrole lourd par Enbridge vers Montréal encouragerait l'entreprise à réactiver son projet d'inversion de flux d'un autre pipeline, soit celui qui lui permettrait d'amener ce pétrole vers Portland au Maine, sur la côte est des États-Unis, en passant par les Cantons de l'Est, un projet qui suscite de vives inquiétudes en Montérégie.












    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.