Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    Déversement chimique en Chine: près de 100 tonnes de poissons morts ramassées dans une rivière

    Un pêcheur récupère des poissons morts dans la rivière Fu, dans la province du Hubei.
    Photo: Associated Press Un pêcheur récupère des poissons morts dans la rivière Fu, dans la province du Hubei.
    Nouvel épisode toxique dans un cours d’eau chinois. Des centaines de milliers de poissons sont morts à la suite d’un déversement chimique dans une rivière, ont annoncé mercredi les autorités du pays.

    Au total, environ 100 tonnes de poissons morts ont été ramassées dans un segment d’une quarantaine de kilomètres de la rivière Fu, dans la province du Hubei, située à l’ouest de Shanghai.

    Une enquête a été ouverte après que des concentrations d’ammoniac « bien supérieures aux normes en vigueur » ont été relevées à la sortie d’une conduite provenant d’une usine locale de chimie, a précisé l’agence de presse Chine nouvelle. Un responsable chargé de l’environnement a confirmé à l’Agence France-Presse le désastre écologique survenu lundi, en précisant que les opérations de ramassage des poissons morts étaient bien avancées.

    Pollution omniprésente

    La majorité des cours d’eau du pays sont pollués, après des années d’une croissance économique effrénée et peu réglementée d’un point de vue environnemental. Les déversements accidentels ou volontaires de produits chimiques avec de graves conséquences pour la santé ne sont pas rares.

    L’an dernier, le ministère de la supervision parlait ainsi de 1700 accidents chimiques conduisant à une pollution de l’eau chaque année. Le coût total en termes de vies humaines s’élèverait à 60 000 décès prématurés chaque année, parmi les 750 000 liés à la pollution en Chine, selon la Banque mondiale.

    En mars, plus de 16000 cadavres de porcs avaient été repêchés dans le principal fleuve de Shanghai, une affaire qui avait illustré la face sombre de l’industrie agroalimentaire en Chine.

    Mais les Chinois se sentent de plus en plus concernés par les atteintes répétées que subissent leurs écosystèmes. La pollution de la rivière Fu était l’un des sujets les plus commentés mercredi sur le principal site de microblogs du pays. Des internautes exigeaient notamment des sanctions contre les responsables de la catastrophe.

    Les problèmes environnementaux en Chine ont pris des proportions telles que les dirigeants politiques ne peuvent plus les ignorer. C’est le cas par exemple de la pollution atmosphérique. « La Chine souffre d’un grave problème de pollution atmosphérique et ses émissions polluantes dépassent largement les capacités [d’absorption] de la nature. Plus de 70 % des villes ne respectent pas les normes de qualité de l’air et il y a urgence à agir », a même admis le mois dernier le ministre de l’Environnement, Zhou Shengxian, dans le cadre d’une entrevue publiée dans le Quotidien du peuple.

    Devenue l’atelier du monde, le premier marché automobile et le premier émetteur de gaz à effet de serre de la planète, la Chine subit les conséquences de sa réussite économique.

    Avec l’Agence France-Presse












    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.