Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Abonnez-vous!
    Connectez-vous

    Pour un 22 avril - Les vieux téléviseurs connaîtront une seconde vie

    La loi interdit la simple mise au rancart des ordinateurs et d’autres bidules électroniques

    20 avril 2013 |Claude Lafleur | Actualités sur l'environnement
    Le programme Allô la Terre a pour but d’empêcher que les appareils électroniques désuets soient éliminés par enfouissement.
    Photo: Olivier Zuida - Le Devoir Le programme Allô la Terre a pour but d’empêcher que les appareils électroniques désuets soient éliminés par enfouissement.
    Ce texte fait partie d'un cahier spécial.

    Ce lundi 22 avril, Le Jour de la Terre Québec procédera à sa première grande collecte de vieux appareils électroniques. Ce sera l’occasion pour tous de se départir d’une manière écologique des vieux ordinateurs, imprimantes et autres équipements.

     

    « Nous invitons tous les citoyens et les entreprises à apporter au square Victoria, au centre-ville de Montréal, leurs vieux appareils électroniques, indique Éloïse Régnier-Pelletier, chargée de projet au Jour de la Terre Québec. Les appareils en état de marche seront réemployés, alors que les autres seront démantelés et leurs matériaux recyclés. »


    Récupérer 97 % des matières nocives


    Cette première cueillette s’inscrit dans le cadre du programme Allô la Terre, mis sur pied en 2008 afin de récupérer les téléphones cellulaires. C’est ainsi que des boîtes Allô la Terre ont été installées dans les Super Club Vidéotron, les boutiques Vidéotron et les magasins Archambault à travers le Québec. De 2008 à 2012, ce réseau a permis de détourner de l’enfouissement près de 90 000 téléphones cellulaires.


    « Allô la Terre est né en 2008 en partenariat avec Québecor, relate Roxanne Désilets Bergeron, directrice des communications pour Le Jour de la Terre Québec. Initialement, ce programme ne nous permettait que de récupérer les téléphones cellulaires et leurs accessoires. On a par la suite décidé d’élargir la portée du programme en incluant la récupération de tous les petits appareils électroniques, ainsi que les piles et les batteries. » C’est ainsi qu’on recueille également les télécommandes, les clés USB, etc., mais pas les appareils de grande taille comme les ordinateurs et les consoles de jeux.


    Or, depuis l’entrée en vigueur, en juillet dernier, du Règlement sur la récupération et la valorisation des produits par les entreprises, nous ne devons plus mettre au chemin le moindre de nos équipements électroniques (des ordinateurs aux téléviseurs en passant par les magnétoscopes et les décodeurs, les imprimantes, les écrans cathodiques, etc.). Normalement, tous doivent être acheminés vers un écocentre.


    « Puisqu’on constate qu’il y a une augmentation constante de la quantité de produits électroniques dans notre vie et que, par conséquent, on en met de plus en plus au rebut, nous, nous visons à éviter qu’ils soient éliminés par enfouissement ou par incinération, ce qui est nocif pour notre santé et pour l’environnement », explique Éloïse Régnier-Pelletier. C’est ainsi que, pour sensibiliser les entreprises et le grand public à se débarrasser correctement de leurs équipements, Allô la Terre organise une première collecte au centre-ville.


    Tous les appareils récupérés seront remis à un recycleur, précise-t-elle. Celui-ci vérifiera leur fonctionnement, de sorte que ceux qui peuvent être réemployés le seront. Quant aux autres, ils seront démantelés et les divers matériaux qui les composent seront recyclés. Or ces équipements contiennent des substances toxiques, telles que du plomb, du cadmium et du mercure, qui ont des répercussions néfastes sur la santé humaine. « De la sorte, on recycle 97 % de toutes les composantes de nos appareils électroniques, précise-t-elle, au lieu de les envoyer à l’enfouissement. »


    Quelques précautions à prendre


    Le programme Allô la Terre vise à détourner de l’enfouissement les appareils électroniques désuets, leurs périphériques ainsi que les piles usagées qui sont jetées à la poubelle chaque année. On se doit néanmoins de prendre certaines précautions au moment de s’en départir.


    Ainsi, dans le cas des piles et des batteries, il faut à tout prix éviter qu’elles ne surchauffent ou se désagrègent durant leur transport et leur manutention. C’est pourquoi on nous demande d’emballer chacune d’elles individuellement dans un petit sac de plastique et de protéger leurs bornes (les extrémités) avec du ruban adhésif, avant de les déposer dans une boîte d’Allô la Terre.


    Éloïse Régnier-Pelletier souligne au passage que les ampoules fluocompactes ne sont pas des produits électroniques. Par conséquent, il faut plutôt les rapporter dans un écocentre ou dans certaines quincailleries. « On ne les met surtout pas dans son bac vert ! », dit-elle.


    De plus, lorsqu’on se départ d’un téléphone cellulaire, on nous demande de le mettre dans un sac avec ses équipements périphériques (chargeur, fils, etc.). De la sorte, si le récupérateur estime que le cellulaire peut encore servir, il disposera de tout le matériel nécessaire.


    La chargée de projet pour Le Jour de la Terre Québec souligne par ailleurs que, lorsqu’on se débarrasse d’appareils qui contiennent des données personnelles (ordinateurs, cellulaires, etc.), on n’a pas à se soucier d’effacer celles-ci. « Nous nous assurerons que, dans le cas des appareils qui seront réemployés, toutes les données qu’ils contiennent auront été effacées, dit-elle. On a mis en place des procédures, puisque le recycleur a l’obligation d’effacer toutes les données dans tous les cas. Mais, si certains ont des craintes, ils peuvent consulter le site du fabricant de l’appareil pour connaître les procédures permettant de tout effacer… bien que nous, nous garantissions que ce sera fait ! »


    Dans le cadre de son programme Allô la Terre, Le Jour de la Terre Québec procédera à deux types de collecte, poursuit Mme Régnier-Pelletier : « Il y a d’une part les boîtes dans les points de service de Vidéotron, où on peut mettre en tout temps ses petits équipements électroniques. Puis, à partir du 14 juillet prochain, nous récupérerons les gros appareils lors de collectes itinérantes un peu partout au Québec, comme celle du 22 avril au square Victoria. » Celle-ci aura lieu de 9h30 à 15 heures.



    Collaborateur













    Envoyer
    Fermer

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.