Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!

    Les États-Unis ont fracassé des records de chaleur en 2012

    Washington — Les États-Unis ont battu tous les records de chaleur en 2012, a annoncé le gouvernement mardi. La température moyenne aux États-Unis l'an dernier a été de 13 degrés Celsius, soit 0,6 degré de plus que l'ancien record établi en 1998.

    Fracasser les records de température avec un écart aussi grand est sans précédent, affirment les scientifiques. Habituellement, les records sont dépassés de seulement un dixième de degré, voire moins.

    «Un grand point d'exclamation»

    «C'est tout un record», a commenté Deke Arndt, responsable de la surveillance du climat au Centre national de données climatiques à Asheville, en Caroline du Nord, qui a calculé les moyennes des températures.

    L'année 2012 apparaîtra comme «un grand point d'exclamation à la fin de quelques décennies de réchauffement», a-t-il dit.

    Les données sur les températures mondiales ne seront pas disponibles avant la semaine prochaine, mais pendant les 11 premiers mois de 2012, l'ensemble de la planète était en voie de connaître son année la plus chaude depuis que des données climatiques sont collectées.

    Réchauffement


    Les scientifiques affirment que la chaleur aux États-Unis est en partie attribuable au réchauffement planétaire et aux variations naturelles des températures.

    La sécheresse qui a frappé les deux tiers du pays et le phénomène climatique «La Niña» ont contribué à faire augmenter les températures, de même que les changements climatiques causés par les émissions humaines de gaz à effet de serre, a expliqué Katharine Hayhoe, directrice du Centre des sciences du climat à l'université Texas Tech.

    Une hausse plus rapide que prévu

    Selon Mme Hayhoe, les augmentations de température surviennent plus rapidement que ce que les scientifiques avaient prédit.

    «De tels records ne se produisent pas dans un climat qui ne change pas», a commenté Jevin Trenberth, chef de l'analyse du climat au Centre national de recherche atmosphérique à Boulder, au Colorado. «Et cela coûte des milliards de dollars», a-t-il souligné.

    Les records de température fracassés aux États-Unis s'inscrivent dans une tendance à long terme «de grands épisodes de chaleur qui atteignent de nouveaux niveaux d'intensité», a expliqué M. Arndt.

    Les registres de température aux États-Unis remontent à 1895 et la moyenne annuelle s'appuie sur les relevés de plus de 1200 stations climatiques dans les 48 États américains contigus.
     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel