Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!

    Climat : la Banque mondiale redoute le pire

    Le président de la Banque mondiale, Jim Yong Kim, a soutenu que la responsabilité de l’homme dans le réchauffement du globe est «sans équivoque».
    Photo : La Presse canadienne (photo) Hye Soo Nah AP Le président de la Banque mondiale, Jim Yong Kim, a soutenu que la responsabilité de l’homme dans le réchauffement du globe est «sans équivoque».
    Washington – La Banque mondiale redoute une hausse de la température du globe de 4 °C dès 2060, bien au-delà du garde-fou posé par la communauté internationale, et s’alarme du « cataclysme » qui frapperait alors les pays pauvres, selon un rapport publié dimanche à Washington.

    « Un monde à +4 °C […] déclencherait une cascade de changements cataclysmiques, dont des vagues de chaleur extrême, une chute des stocks alimentaires et une montée du niveau de la mer frappant des centaines de millions de personnes », résume la Banque mondiale, ajoutant qu’il n’y a « aucune certitude » que le globe pourra s’adapter à une telle situation.


    Ce scénario, le plus sombre envisagé dans le rapport, tranche avec l’engagement pris par la communauté internationale de contenir le réchauffement du globe à +2 °C par rapport à l’ère pré-industrielle. Le niveau actuel d’émissions de CO2 « devrait porter le réchauffement climatique bien au-delà de ce seuil », assure la Banque mondiale, qui prédit une hausse de 4 °C « au cours du siècle » et « dès 2060 » en cas d’inertie politique.


    « Ce monde serait tellement différent de celui dans lequel nous vivons qu’il est difficile de le décrire », déclare le président de la Banque mondiale, Jim Yong Kim, soulignant que la responsabilité de l’homme dans le réchauffement du globe est « sans équivoque ».


    Listant les dangers qui menaceraient alors la planète (inondations, sécheresses, malnutrition…), l’institution prédit une aggravation des pénuries d’eau en Afrique de l’Est, au Moyen-Orient, ou en Asie du Sud et un « rebond significatif » de la mortalité infantile en Afrique subsaharienne.


    « L’intensification prévue des événements climatiques extrêmes pourrait inverser les efforts pour réduire la pauvreté, particulièrement dans les pays en développement », résume le rapport, assurant que la planète serait encore « plus inégalitaire » qu’à l’heure actuelle.


    Aucune région ne sera épargnée, prévient toutefois le rapport. Les récentes sécheresses ayant frappé les États-Unis ou l’Europe de l’Est pourraient se reproduire, et l’Occident serait aussi confronté à l’afflux de populations fuyant les bouleversements climatiques.


    « Il faut faire baisser la température, et seule une action internationale concertée et rapide peut y contribuer », clame la Banque mondiale, appelant à une utilisation plus « intelligente » de l’énergie et des ressources naturelles.

     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel