Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Abonnez-vous!
    Connectez-vous

    Projets pétroliers - Moratoire réclamé à Anticosti

    Des citoyens ont lancé une pétition exigeant une étude indépendante sur les risques écologiques

    Le dossier des ressources pétrolières d’Anticosti a été abordé uniquement sous l’angle des milliards de dollars qui pourraient être tirés de l’exploitation de cet or noir.
    Photo: Pétrolia Le dossier des ressources pétrolières d’Anticosti a été abordé uniquement sous l’angle des milliards de dollars qui pourraient être tirés de l’exploitation de cet or noir.
    Inquiets de voir les pétrolières s’activer de plus en plus sur l’île d’Anticosti, des citoyens pressent le gouvernement d’imposer un moratoire sur la recherche d’or noir dans ce territoire considéré comme un « joyau naturel » par l’État québécois. Selon eux, il faut d’abord mener une étude indépendante afin d’évaluer les risques environnementaux que pose cette industrie pour la plus grande île de la province. Ils ont d’ailleurs lancé une pétition en ce sens vendredi. Elle avait recueilli plus de 4800 signatures hier soir.

    « Il est urgent que nous décidions collectivement de l’exploitation de nos ressources et de notre avenir énergétique. Il faut exiger du gouvernement et des partis politiques la tenue d’un moratoire sur le dossier des hydrocarbures sur l’île d’Anticosti », a lancé hier Marie-Hélène Parant, à l’origine de la pétition diffusée sur le site avaaz.org, une plateforme internationale consacrée à ce genre de démarches.


    « C’est bien beau de dire que le pétrole qu’il y aurait possiblement dans le sous-sol d’Anticosti vaudrait des milliards de dollars, mais est-ce qu’on a évalué la richesse écologique qu’on y retrouve ? a ajouté celle qui a mis sur pied le collectif Non au pétrole et au gaz. Est-ce qu’on a évalué ce qu’il en coûterait pour décontaminer le Saint-Laurent s’il y avait un déversement ? Est-ce qu’on a évalué les ressources en eau ? Bref, est-ce qu’on a des gens qui réfléchissent dans nos partis politiques ? C’est ce qu’on veut mettre en lumière avec cette pétition. Il faut que tous les partis se posent la question environnementale et réfléchissent à la richesse écologique qu’on a au Québec.»


    Depuis qu’il s’est retrouvé au coeur d’un important débat public, le dossier des ressources pétrolières d’Anticosti a en effet été abordé uniquement sous l’angle des milliards de dollars qui pourraient être tirés de l’exploitation de cet or noir. Sans oublier les interrogations sur ce que l’État aurait perdu en cédant tout ce territoire au secteur privé.


    Le Devoir a notamment révélé en février 2011 que l’entreprise Pétrolia a mis la main sur des permis d’exploration détenus jusqu’en 2008 par la division Pétrole et gaz d’Hydro-Québec dans le cadre d’une entente secrète. La pétrolière et le gouvernement Charest ont toujours refusé de dire ce que l’État québécois a obtenu en échange de ces permis. Or, selon les plus récentes estimations disponibles, les secteurs contrôlés par Pétrolia et son partenaire Corridor Resources pourraient renfermer plus de 30 milliards de barils de pétrole. Quant à Junex, le potentiel pétrolier de ses permis est estimé pour le moment à 12 milliards de barils.


    Mais cette valse des milliards a fait oublier la dimension écologique, selon Marie-Hélène Parant. « La question environnementale a été totalement évacuée. C’est très désolant. On ne voit pas l’ampleur de la richesse environnementale. En fait, Anticosti est méconnue. » Cette île grande comme la Belgique est surtout reconnue comme un paradis de la chasse au cerf de Virginie. Mais on y retrouve aussi des rivières à saumon exceptionnelles. Et selon les données officielles du gouvernement du Québec, près d’une vingtaine d’espèces animales et végétales en péril se retrouvent sur Anticosti ou dans le secteur la ceinturant. Sans oublier qu’il s’agit d’un site géologique unique en Amérique du Nord.


    « Il me semble que c’est un territoire suffisamment important pour mériter une évaluation environnementale spécifique », a souligné celle qui est aussi à l’origine d’une pétition exigeant un moratoire sur l’exploration gazière au Québec. Un document signé par près de 119 000 citoyens québécois, mais qui est resté lettre morte.

     

    Pétrole de schiste


    Selon Mme Parant, il est essentiel d’étudier les écosystèmes complexes et fragiles de l’île, mais aussi sa géologie et ses eaux souterraines, avant de décider si les entreprises comme Junex ou Pétrolia peuvent y poursuivre leurs travaux. Elle estime cette démarche d’autant plus nécessaire que les pétrolières ont déjà affirmé qu’il est très probable que l’énergie fossile de l’île soit en fait du pétrole de schiste. Dans ce cas, il faudrait recourir à la fracturation pour l’extraire. Cette technique n’a jamais été tentée au Québec. Elle peut se faire avec un mélange d’eau et de produits chimiques, mais aussi avec du gaz ou du pétrole. L’île d’Anticosti ne compte aucune infrastructure en mesure de traiter des eaux usées issues de l’exploitation pétrolière.


    Marc Lafrance, l’un des quelque 200 résidants d’Anticosti, suit de près le dossier de l’or noir et s’implique dans le comité mis en place sur l’île. Il estime lui aussi qu’il faudrait imposer un moratoire, le temps de mener une étude indépendante. Il comprend d’ailleurs mal que la municipalité de Port-Menier donne son appui aux pétrolières sans connaître les risques liés à cette industrie.


    Et selon lui, les retombées économiques pour l’île ne remplaceraient pas ce qui serait perdu dans les secteurs du tourisme et de la chasse. « La chasse et le tourisme font vivre l’île depuis des années. Maintenant, on risque de détruire ces industries. Les gens ne viendront probablement plus visiter Anticosti quand il y aura des têtes de puits un peu partout sur l’île. » Déjà, a-t-il ajouté, des travaux d’exploration ont laissé des traces bien visibles.


    Malgré les nombreuses incertitudes environnementales, les pétrolières peuvent mener leurs travaux d’exploration sur l’île. Junex doit notamment effectuer des opérations de déboisement et de relevés sismiques au cours des prochaines semaines. L’objectif est de déterminer les sites où seraient forés des puits d’exploration dès 2013. Quant à Pétrolia, elle concentre ses efforts en Gaspésie, pour le moment. Mais elle fonde de grands espoirs sur le potentiel d’Anticosti.



     













    Envoyer
    Fermer
    Blogues

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.