Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!

    Alberta: déversement de 3000 barils de pétrole dans un cours d'eau

    Un déversement de quelque 3000 barils de pétrole brut dans un affluent de la rivière Red Deer s'est produit dans le centre-ouest de l'Alberta. La compagnie Plains Midstream a confirmé que le déversement a été détecté hier soir. Son réseau de pipelines a aussitôt été mis aux arrêts.

    Le déversement s'est produit à une centaine de kilomètres de Red Deer, en amont. Les autorités environnementales de l'Alberta sont au travail pour évaluer les dégâts et mesurer les conséquences sur la qualité de l'eau et de l'air.

    Les pluies diluviennes ont fait monter le niveau des cours d'eau aux alentours, même que certaines rivières sont au bord de sortir de leur lit. Les autorités craignent que le pétrole ne s'étende plus rapidement en raison des conditions météorologiques.

    «Il y a du pétrole dans la rivière et celle-ci se déplace très rapidement
    à cause des pluies diluviennes, a déclaré le préfet du comté de Mountain View, Bruce Beattie. Il y aura des effets majeurs sur l'environnement, c'est certain.»

    Le pétrole s'est déversé ce jeudi dans Jackson Creek, près de la municipalité de Sundre, à environ 100 kilomètres de Red Deer. Le secteur autour de Sundre est vu par bon nombre d'Albertains comme une zone de nature sauvage vierge. Il représente un lieu de villégiature pour des résidants de Calgary et est très prisé des pêcheurs et des chasseurs.

    Les équipes espèrent pouvoir contenir le pétrole à un barrage situé en amont de Red Deer. Elles tenteront d'installer des barrages près du réservoir Gleniffer.

    Le porte-parole de la ville de Red Deer, Leslie Chivers, a dit croire que les habitants de Red Deer n'avaient rien à craindre. «S'ils réussissent à limiter et à nettoyer le déversement, la vie continue, a-t-il dit. Nous surveillons la situation de près et si les choses changent, nous aviserons la population très rapidement.»

    Plains Midstream a affirmé qu'il s'agit de brut corrosif léger. «Le brut corrosif léger a une forte odeur de pétrole, mais cette odeur ne pose pas de danger pour le public», a fait valoir l'entreprise dans un communiqué.

    Plains Midstream n'a pas retourné les appels dans l'immédiat.

    La compagnie n'a d'ailleurs toujours pas fini de nettoyer le déversement de quelque 4,5 millions de litres de pétrole qui s'est produit le 29 avril 2011 au nord-est de Peace River.
    Ce déversement est l'un des plus importants dans l'histoire de l'Alberta. À l'origine, les premières estimations ne faisaient état que de quelques centaines de barils de pétrole.

    Ce n'est que quatre jours plus tard que le conseil de l'énergie faisait état de l'ampleur de la marée noire. Des témoins avaient remarqué que le déversement couvrait une superficie équivalente à celle de deux terrains de football.
     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel