Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Abonnez-vous!
    Connectez-vous

    Plan Nord - Le Nord sous protection inadéquate?

    Selon Québec, le Plan Nord « deviendra une référence internationale en matière de développement durable ». Des scientifiques de différents pays estiment que cet objectif ne pourra pas être atteint dans le cadre du projet de loi actuel.
    Photo: Jacques Nadeau - Le Devoir Selon Québec, le Plan Nord « deviendra une référence internationale en matière de développement durable ». Des scientifiques de différents pays estiment que cet objectif ne pourra pas être atteint dans le cadre du projet de loi actuel.
    Alors que le ministre du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs, Pierre Arcand, faisait franchir hier l’étape de la première lecture à son projet de loi 65 sur la protection du Grand Nord québécois, 16 sommités scientifiques de différents pays et organisations canadiennes et internationales, réunies à Montréal, dénonçaient ce qu’elles perçoivent comme un changement de cap majeur de Québec dans ce dossier.

    Se référant à l’objectif officiel du gouvernement, qui consiste « à soustraire 50 % du Plan Nord à tout développement industriel », ils ont écrit hier au premier ministre Jean Charest que c’est « avec déception et consternation que nous constatons que les mots utilisés dans le projet de loi présenté pour donner suite à cette vision et concrétiser cet engagement ont été changés. Alors qu’il est entendu de soustraire 50 % de la superficie du Plan Nord de toute activité industrielle, le projet de loi prévoit plutôt que soit réservée 50 % de la superficie de ce territoire à des mesures de protection de l’environnement, de maintien de la biodiversité, de mise en valeur du patrimoine naturel et d’utilisation durable des ressources ».

    « Ce nouveau langage, poursuivent les 16 scientifiques, introduit dans le projet de loi pourrait être interprété de façon à inclure les projets miniers, forestiers ou énergétiques industriels à l’intérieur de ce 50 %. Il est de notre avis que cette substitution n’est pas cohérente avec la vision exprimée dans le Plan Nord et ne permettra pas de faire de ce projet une référence internationale en matière de développement durable et de protection de l’environnement ».


    Pour eux, c’est l’ensemble du territoire nordique québécois qui doit faire l’objet d’une politique de développement viable en plus de la protection intégrale promise pour la moitié de ce territoire, ce qui implique l’exclusion de toute activité industrielle dans cette portion.


    Mais le ministre Arcand ne l’entendait pas de cette façon et réitérait hier, dans un communiqué de presse destiné à annoncer une enveloppe de 4,6 millions pour la gestion des dossiers nordiques par son ministère, que le Plan Nord « deviendra une référence internationale en matière de développement durable ».


    Les 4,6 millions annoncés vont permettre au ministère d’embaucher 38 personnes, qui seront affectées dès l’été prochain à la surveillance du territoire et à l’analyse des projets déposés.













    Envoyer
    Fermer

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.