Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous

    Au Québec, un 22 avril - Les événements du Jour de la Terre

    21 avril 2012 |Pierre Vallée | Actualités sur l'environnement
    <div>
	Jacques Languirand, porte-parole québécois du Jour de la Terre</div>
    Photo: Jacques Nadeau - Le Devoir
    Jacques Languirand, porte-parole québécois du Jour de la Terre
    Que faire le 22 avril prochain, Jour de la Terre? Ceux qui veulent célébrer auront l'embarras du choix, puisque l'organisme Jour de la Terre a répertorié plus de 250 événements et activités qui se tiendront autour du 22 avril.

    L'abondance des activités célébrant le respect de la Terre et de l'environnement ne doit pas masquer le fait que le message écologique demeure toujours difficile à transmettre, selon Jacques Languirand, porte-parole québécois du Jour de la Terre pour la onzième année.

    «Les problèmes soulevés par la question écologique, je pense notamment au réchauffement planétaire et aux changements climatiques, sont des problèmes à évolution lente. Comme ces changements se font lentement, il est difficile pour certaines personnes de voir le danger qui nous guette, et ce, malgré que la situation présente soit déjà délicate et inquiétante. Et, lorsqu'il se produit un événement climatique hors du commun, on a tendance à y voir seulement un accident de parcours. Au fond, la détérioration de l'environnement est un processus hypocrite, pourrait-on dire. Si on pouvait subitement voir, d'un seul coup, les conséquences de notre négligence collective envers l'environnement, on aurait tout un choc. Et le message écologique serait alors entendu de tous.»

    Environnement et santé

    La thématique, cette année, du Jour de la Terre demeure la même que celle de l'an dernier, soit le lien entre la santé et l'environnement, un thème choisi par Jacques Languirand. «Le vocabulaire associé à des phénomènes comme les changements climatiques est rébarbatif pour plusieurs personnes. En choisissant la thématique de l'environnement et de la santé, j'ai voulu faire appel à une situation qui nous touche tous et à laquelle tous sont sensibles, c'est-à-dire la santé. Car, au fond, ce n'est pas seulement la planète qui est en danger, mais aussi notre qualité de vie. Prenons seulement la question de l'air et de l'eau, deux éléments essentiels à notre survie. Ne pas se préoccuper de la qualité de l'air et de l'eau équivaut à mettre notre survie en danger.»

    Ainsi, les diverses activités qui se dérouleront en lien avec le Jour de la Terre aborderont les sujets suivants: l'alimentation, l'approvisionnement, la construction et la rénovation, la gestion de l'eau, la gestion des matières résiduelles, les substances toxiques et le transport. Par exemple, dans le domaine de l'approvisionnement, on cherchera à sensibiliser la population à des phénomènes comme le suremballage des produits et l'utilisation de certains plastiques comme le styromousse.

    De plus, la thématique de la santé et de l'environnement a le mérite d'éloigner la question écologique du vieux concept comme quoi il y aurait, d'un côté, la nature et, de l'autre, l'être humain. «L'écologie n'opère pas à l'extérieur de nous mais avec nous. Ce que nous faisons ou non n'a pas que des conséquences sur la nature, mais aussi sur les humains. En choisissant le thème de la santé et de l'environnement, je voulais me rapprocher de ce concept qui veut qu'il n'y ait pas de séparation entre la nature et l'humain. L'humain fait partie de la nature et donc de l'écologie.»

    Activités à l'ordre du jour

    Comme le veut la tradition, l'organisme Jour de la Terre organisera le 22 avril une plantation protocolaire d'arbres. L'événement aura lieu dès 9 heures à l'angle des rues Panet et Martineau, à Montréal, en présence de dignitaires et du porte-parole, Jacques Languirand. En après-midi, à 14 heures, les Québécois et Québécoises sont invités à un grand rassemblement qui se tiendra à la place des Festivals dans le Quartier des spectacles. Jacques Languirand y prendra la parole au nom de Jour de la Terre, mais aussi au nom d'Équiterre, de la Fondation David-Suzuki et de l'Association québécoise de la lutte contre la pollution atmosphérique (AQLPA). En soirée, M. Languirand assistera à la projection du documentaire Survivre au progrès, de Matthieu Roy, au cinéma Excentris.

    Les quelque 250 autres activités répertoriées par l'organisme Jour de la Terre se déclinent sous plusieurs formes: corvées de nettoyage, collectes de déchets électroniques et dangereux, activités artistiques et spectacles, conférences multiples, activités muséales, activités scolaires, projections de documentaires ainsi que d'autres festivités. Bref, de tout pour tous. On peut d'ailleurs consulter le calendrier des activités dans le site Internet du Jour de la Terre.

    «Nous, les écologistes, on passe souvent pour des gens qui voient des choses que d'autres ne voient pas, tient à souligner Jacques Languirand. Mais, au fond, nous sommes surtout des gens qui ont pris les moyens pour voir ces choses telles qu'elles sont. À nous, alors, de faire un effort pour communiquer ce que nous savons, et le Jour de la Terre est une occasion qui permet de le faire et de rejoindre davantage de personnes. Parce que, quand on y pense bien, si on ne s'occupe pas de l'environnement, eh bien l'environnement s'occupera de nous. Il faut respecter l'environnement, sinon l'environnement ne nous respectera pas. C'est pour cela que je dis que l'environnement, c'est l'affaire de tous. Ce n'est pas une rivière qu'on pollue, mais c'est ma rivière qu'on pollue, et alors, là, ça devient mon affaire. C'est cette idée de l'environnement que je cherche à promouvoir: faire de l'environnement son affaire.»

    ***

    Collaborateur du Devoir












    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.