Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!

    Mobilisation - Pour la défense du bien commun

    Plus de 200 personnalités et citoyens ont appuyé la Déclaration du Jour de la Terre

    Plus de 200 personnalités et citoyens «ordinaires et extraordinaires» ont appuyé la Déclaration pour un printemps québécois, dévoilée hier en vue du Jour la Terre.

    Des dizaines de milliers de personnes défileront le 22 avril à compter de 14 heures dans les rues de Montréal ou se réuniront sur le parvis d'églises aux quatre coins du Québec pour interpeller le gouvernement notamment sur les questions de défense du bien commun, de partage de la richesse ainsi que de respect de l'environnement.

    «C'est une initiative d'hommes, de femmes et d'enfants libres toute cette histoire-là. Ce n'est pas une patente qui appartient à qui que ce soit d'autre qu'à tout le monde. C'est comme le bien commun», a affirmé le dramaturge et metteur en scène Dominic Champagne, lors de la présentation de la Déclaration que brandiront les participants de l'édition 2012 du Jour de la Terre.

    La Déclaration — signée par des leaders environnementaux, mais également des artistes, comme Fred Pellerin, Gilles Vigneault et le jeune comédien Émilien Néron — exhorte le gouvernement fédéral conservateur à relancer la lutte contre les changements climatiques, en réadhérant au passage au Protocole de Kyoto, et à supprimer les subventions qu'il verse aux compagnies pétrolières et gazières. Elle presse le gouvernement québécois libéral de se doter d'une «véritable stratégie» de développement des ressources naturelles et énergétiques au diapason avec les exigences les plus élevées en matière de partage de la richesse, de respect de l'environnement et des populations «maintenant et pour les générations à venir».

    «Moi, je la signe, cette affaire-là. J'embarque», a lancé le conteur de Saint-Élie-de-Caxton, Fred Pellerin. «Ça bouge présentement. Et comment c'est beau que ça bouge. Et comment on est chanceux d'y être... dans le bougeage. Du verbe fierter, nous fiertons, vous fiertez... en tout cas, moi je fierterai le 22 avril!»

    Ceux qui ne pourront prendre part à la méga-manifestation dans la métropole sont invités à se rassembler autour de la plus proche église. D'ailleurs, l'auteur-compositeur-interprète Gilles Vigneault presse les bedeaux à sonner les cloches des églises des quatre coins du Québec à l'occasion de la Journée de la Terre, le 22 avril. «Nous demandons comme marguilliers à tous les bedeaux, à tous les curés, à tous les évêques, à tous les archevêques d'insister pour que les cloches sonnent à 2 heures de l'après-midi pendant deux minutes pour un rassemblement d'espoir», a déclaré le poète hier après-midi.

    Le Jour de la Terre peut s'enorgueillir de compter sur l'appui d'au moins un membre du clergé, le père Benoît Lacroix. «Mon père m'a dit une fois: "Fais attention, si tu déranges la terre, tu peux déranger tout l'univers. Fais attention, si tu déranges la terre, tu peux déranger les étoiles." Depuis ce temps-là, je fais attention et j'ai signé!», a expliqué le nonagénaire.

    Le point de rassemblement de la manifestation du Jour de la Terre sera communiqué prochainement.
     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel