Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!

    L'arrondissement de Saint-Laurent lie développement et durabilité

    «Il est facile de comprendre que l'environnement et l'économie sont les deux côtés d'une même médaille»

    En une décennie, l’arrondissement Saint-Laurent a connu un taux de croissance de sa population de 10,6 %, soit cinq fois plus que la croissance de l’île de Montréal. Il compte en plus 4000 entreprises et procure 105 000 emplois. <br />
    Photo : Développement économique Saint-Laurent En une décennie, l’arrondissement Saint-Laurent a connu un taux de croissance de sa population de 10,6 %, soit cinq fois plus que la croissance de l’île de Montréal. Il compte en plus 4000 entreprises et procure 105 000 emplois.
    «Je suis le maire de l'arrondissement de Saint-Laurent depuis maintenant onze ans et nous avons misé sur le développement durable non seulement parce qu'on y croit, mais aussi parce que ça nous donne un avantage concurrentiel pour développer notre collectivité», déclare Alan DeSousa, qui est également le vice-président du Comité exécutif de la Ville de Montréal.

    M. DeSousa est particulièrement fier de son arrondissement. Il rapporte que, d'après le recensement de 2011, la population de Saint-Laurent se chiffre à 95 430 personnes. «Si je me souviens bien, dit-il, au début de mon mandat, nous avions 78 000 résidants. C'est dire que, en une décennie, on a ajouté environ

    17 000 personnes dans notre collectivité, soit un taux de croissance de 10,6 %, ce qui est cinq fois plus que la croissance de l'île de Montréal.» L'arrondissement compte en plus 4000 entreprises et procure 105 000 emplois. «Je qualifie souvent Saint-Laurent de deuxième centre-ville de Montréal!», dit-il fièrement.

    Monsieur le maire attribue son succès à la stratégie mise de l'avant par son administration. «Notre approche répond aux besoins de nos industries et de la population, dit-il. Pourquoi vient-on s'installer à Saint-Laurent? Parce qu'on cherche à concilier le travail et la famille. C'est plus particulièrement le cas des jeunes familles et de ceux qui choisissent de vivre dans la collectivité où ils travaillent, afin de passer moins de temps sur les autoroutes, sur les ponts et dans la circulation. C'est là une question de développement durable et de qualité de vie, car, comme on dit en bon français: time is money!»

    Les deux faces d'une même médaille

    Au Comité exécutif de Montréal, Alan DeSousa assume aussi les responsabilités du développement durable, de l'environnement, des grands parcs et espaces verts ainsi que de l'espace de vie. «Bien sûr, en tant que responsable du développement durable à la Ville, c'est logique que mon arrondissement soit exemplaire», lance-t-il en riant. Il s'empresse toutefois d'ajouter sérieusement que cela procure un avantage concurrentiel à son arrondissement lorsque vient le temps d'attirer des entreprises qui décident de s'établir à Montréal.

    «Nous considérons que, dans un contexte mondial, il faut se distinguer des autres et que l'un des avantages sur lesquels nous misons, c'est le développement durable, dit-il. C'est-à-dire que les entreprises qui s'installent chez nous s'intéressent tout autant au développement durable.» Il cite d'ailleurs avec fierté un ensemble d'entreprises de son arrondissement qui ont mérité diverses mentions liées à la protection de l'environnement et au développement durable.

    «Il est facile de comprendre que l'environnement et l'économie sont les deux côtés d'une même médaille, dit-il. Par exemple, lorsqu'on investit dans son entreprise afin que ses activités se fassent avec une plus grande efficacité énergétique, non seulement on réduit ses émissions de gaz à effet de serre, mais, en plus, on diminue ses coûts. C'est de la simple logique! Les entreprises comprennent donc très bien que, en se préoccupant de l'environnement, elles bénéficient en même temps de retombées financières directes. Voilà pourquoi nous considérons que le développement durable est un avantage concurrentiel, pour nous, de l'arrondissement, comme pour les entreprises et les citoyens qui y résident.»

    Horizon 2015

    En décembre dernier, l'arrondissement de Saint-Laurent a adopté le Plan local de développement durable 2011-2015, qui s'inscrit dans le Plan de développement durable de la Ville de Montréal. Ce plan se veut la suite logique des divers plans, règlements et initiatives mis de l'avant par l'arrondissement depuis dix ans, tout en visant à atteindre de nouveaux objectifs profitables pour la collectivité.

    Il comporte cinq grandes orientations, à savoir: améliorer la qualité de l'air et réduire les émissions de gaz à effet de serre; assurer la qualité des milieux de vie résidentiels; pratiquer une gestion responsable des ressources; adopter de bonnes pratiques de développement durable dans les industries, commerces et institutions; et améliorer la protection de la biodiversité, des milieux naturels et des espaces verts.

    «Par exemple, précise Alan DeSousa, nous envisageons de nouvelles réglementations qui favoriseront le transport durable, ainsi que la réduction du nombre d'espaces de stationnement exigés dans notre parc, ce qui permettra soit de donner plus d'espace aux entreprises pour s'agrandir, soit de réduire leur empreinte écologique sur notre territoire. On vise également à poursuivre notre lutte contre l'étalement urbain afin de s'assurer que notre croissance demeure toujours aussi fulgurante, tout en cherchant toujours mieux à répondre aux besoins des jeunes familles.»

    Gestion des ressources

    En outre, l'arrondissement s'efforce de réduire sa consommation d'eau à tous les niveaux. «Nous visons une meilleure gestion de nos ressources énergétiques, de l'eau ainsi que des déchets et des matières résiduelles produites, précise le maire DeSousa. Nous allons aussi encourager notre secteur industriel afin qu'il devienne un leader en technologies propres et en intégration des préoccupations écologiques à ses activités. Enfin, et ce n'est pas la moindre de nos préoccupations, nous cherchons à améliorer la protection de la biodiversité sur notre territoire.»

    Plus globalement, M. DeSousa souhaite que tous les efforts déployés dans son arrondissement contribuent à la réduction des émissions de gaz à effet de serre et participent ainsi de façon positive aux bilans montréalais et québécois. «Nous allons du même coup améliorer la qualité de l'air pour nos résidants et nous assurer de cette façon que Saint-Laurent demeure une terre d'accueil pour les jeunes familles qui veulent s'installer sur l'île de Montréal», conclut le maire DeSousa.

    ***

    Collaborateur du Devoir
     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel