Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!

    Lettres - Chronique de catastrophes annoncées

    16 décembre 2011 | Serge Robert - Mont-Saint-Grégoire, le 15 décembre 2011 | Actualités sur l'environnement
    Pour bien comprendre ce qui se passe avec le climat, il n'est pas inutile de faire un peu de physique et de mathématique. La glace agit comme un miroir, elle reflète les rayons du soleil sans en absorber la chaleur; l'eau, elle, est un très bon accumulateur d'énergie, elle absorbe une bonne partie de la chaleur des rayons lumineux et sert ensuite de véhicule pour la redistribuer sur la planète.

    Ce qui se passe avec les calottes glacières, c'est que moins il y a de glace, plus l'eau absorbe la chaleur, ce qui fait fondre davantage de glace. On démontre en mathématique qu'une telle fonction, qui croît proportionnellement à la quantité présente, est nécessairement une fonction exponentielle. En d'autres mots, la fonte des glaces se produit à un rythme exponentiel, donc beaucoup plus rapidement que toutes les premières prévisions des climatologues, basées sur des décroissances linéaires. En fait, les prévisions exponentielles étaient classées sous les scénarios catastrophiques. Or ce sont ces scénarios qui sont les plus réalistes.

    Des calculs mathématiques nous montrent que, si les calottes glacières du Groenland et de l'Antarctique fondaient au complet, le niveau des mers augmenterait d'environ 68 mètres! Elles ne fondront peut-être pas au complet, mais on pourrait quand même s'attendre à une augmentation de 50 mètres, ce qui est à peu près l'altitude de Montréal. Des pays complets seraient rayés de la carte, les Pays-Bas (évidemment), le Danemark, le Bangladesh, etc., avec tous les problèmes de réfugiés par millions.

    Et que fait notre gouvernement Harper? Il trouve sûrement toutes ces prévisions stupides! Il n'a qu'une seule idée en tête, vendre du pétrole, ce qui va accélérer encore plus le réchauffement de la planète. Nous avons un premier ministre stupide!

    ***

    Serge Robert - Mont-Saint-Grégoire, le 15 décembre 2011
     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel