Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!

    Lettres - Gaz de schiste: une dissonance cognitive!

    31 janvier 2011 | Jean Duchesneau - Joliette, le 27 janvier 2011 | Actualités sur l'environnement
    La représentation dominante du Québécois dans la Canadian Family est celle de «l'enfant gâté», qui chiale tout le temps, se dit propre, mais profite de l'argent du pétrole sale, consomme sans retenue sans polluer sa cour, se paie des services à crédit, etc. Le premier ministre déchu du Nouveau-Brunswick a payé le gros prix pour avoir fait fi de cette représentation méprisante qu'ont ses commettants envers les Québécois.

    Les Québécois nécessitent certes un examen de conscience collectif, mais le débat sur l'exploitation des gaz de schiste est symptomatique d'un problème de fond.

    Le défi de Lucien Bouchard est colossal, les meilleures décisions ne pourront se prendre que dans un contexte plus détendu. Paradoxalement, c'est son partenaire de l'époque de la crise du verglas qui a nourri la «paranoïa» collective envers ce qui est perçu comme une industrie polluante promue par un gouvernement sans crédibilité. Qu'on le veuille ou non, le jupon dépasse lorsqu'on s'adresse à quelqu'un. Si M. Bouchard aborde le Québécois suivant sa vision paternaliste «lucide», il interpellera l'«enfant gâté» collectif qui n'en veut pas dans sa cour.

    Le vrai défi pour Lucien Bouchard est de résoudre, ce qui est, en terme marketing, une dissonance cognitive liée à l'identité québécoise: hydroélectricité, énergie propre, ressource collective et gaz de schiste, exploitation privée, énergie polluante.

    Selon le Lexique marketing, la dissonance cognitive se dit d'«un sentiment d'inconfort dû à la perception d'une contradiction entre éléments cognitifs (connaissance, émotion, croyance ou attitude). Cette perception peut conduire les individus à réduire cette dissonance soit par élimination d'un élément dissonant (rejet ou refus d'accepter), soit par modification de ses croyances ou attitudes.» Bonne chance, Monsieur Bouchard!

    ***

    Jean Duchesneau - Joliette, le 27 janvier 2011
     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel