Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!

    Lettres - Déficit planétaire exagéré

    14 décembre 2010 | Yvon Pageau, Boucherville, le 12 décembre 2010 | Actualités sur l'environnement
    Le Devoir rapportait récemment que «Le Déficit de la planète» mettait en danger la biodiversité de la Terre et notre propre survie. Comme paléontologue, j'ai assisté à l'extinction de milliers d'espèces végétales et animales, dont les trilobites, les ammonites, les dinosaures, les mammouths, etc.

    C'est par une extrapolation extravagante que l'on arrive à un «rythme d'extinctions des espèces 1000 fois plus élevé que le taux historique connu».

    Et comment sait-on «que les populations de vertébrés ont chuté de 31 %» (les vertébrés comptent les oiseaux, les poissons, les reptiles et les mammifères) pour ajouter que «les oiseaux, les poissons ou les récifs coralliens disparaissent à la vitesse grand V un peu partout sur la planète»? Les extinctions ont été un facteur primordial de l'évolution.

    Elles n'ont pas attendu la venue tardive des humains sur la Terre pour assurer la biodiversité. Espérons qu'elles se poursuiveront, car notre avenir en dépend.
     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel