Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!
    Édition du 2012-11-12 | Autres éditions
    offerte aux abonnés

    Sur ledevoir.com

    • Nomination des juges: le mérite plus crucial que le bilinguisme, dit Nicholson

      12 novembre 2012 19h33 | La Presse canadienne | Canada
      Ottawa — Le bilinguisme ne devrait jamais être plus important que le mérite ou l'habileté de bien s'entendre avec ses collègues lorsqu'il s'agit de la...
      Ottawa — Le bilinguisme ne devrait jamais être plus important que le mérite ou l'habileté de bien s'entendre avec ses collègues lorsqu'il s'agit de la nomination de juges à la Cour suprême du Canada, estime Rob Nicholson.
      10 réactions | 2 votes
    • Léon doit acheter Brick pour 700 millions $, tout en maintenant les bannières

      Le titre du détaillant de meubles Brick a bondi lundi de 52 pour cent ou 1,82 $ à la Bourse de Toronto, dans la foulée de l'annonce de son acquisition par son rival Meubles...
      Le titre du détaillant de meubles Brick a bondi lundi de 52 pour cent ou 1,82 $ à la Bourse de Toronto, dans la foulée de l'annonce de son acquisition par son rival Meubles Léon dans le cadre d'une offre d'achat amicale de 700 millions $.
      0 réactions | 0 votes
      «Le gouvernement du Parti québécois tiendra son engagement de compléter le réseau des services de garde à 7 $ d'ici quatre ans», a déclaré Mme Marois.

      Pauline Marois veut ajouter 15 000 nouvelles places en service de garde

      12 novembre 2012 17h46 | La Presse canadienne | Québec
      Le gouvernement Marois annonce qu'il ajoutera 15 000 nouvelles places en service de garde à contribution réduite d'ici 2016, et qu'il prend à sa charge les engagements...
      Le gouvernement Marois annonce qu'il ajoutera 15 000 nouvelles places en service de garde à contribution réduite d'ici 2016, et qu'il prend à sa charge les engagements que le gouvernement Charest n'avait pas encore réalisés en cette matière.
      7 réactions | 3 votes
      • photo
      Gilles Vézina, cadre intermédiaire au service des travaux publics de la Ville de Montréal, a admis devant la Commission Charbonneau avoir reçu divers cadeaux.

      Commission Charbonneau: un premier cadre admet avoir reçu des cadeaux des entrepreneurs

      12 novembre 2012 17h20 | La Presse canadienne | Québec
      Un cadre intermédiaire au service des travaux publics de la Ville de Montréal, Gilles Vézina, a à son tour admis devant la Commission Charbonneau avoir reçu divers...
      Un cadre intermédiaire au service des travaux publics de la Ville de Montréal, Gilles Vézina, a à son tour admis devant la Commission Charbonneau avoir reçu divers cadeaux de la part d'entrepreneurs en construction et de firmes de génie, comme des billets de hockey, des repas au restaurant et des tournois de golf.
      10 réactions | 1 votes
    • PLC: David Merner se lance dans la course à la direction

      12 novembre 2012 13h34 | La Presse canadienne | Canada
      Victoria — À quelques jours seulement du déclenchement officiel de la course à la chefferie du Parti libéral du Canada (PLC), un sixième candidat a...
      Victoria — À quelques jours seulement du déclenchement officiel de la course à la chefferie du Parti libéral du Canada (PLC), un sixième candidat a désormais annoncé sa mise en candidature, mettant fin aux spéculations.
      0 réactions | 0 votes
      Jusqu'à tout récemment, l'ex-maire Gérald Tremblay a été tenu dans l'ignorance de deux études importantes de 2004 et 2009 sur les coûts de la collusion.

      Montréal: «Une absence totale» de mécanismes pour prévenir la collusion

      12 novembre 2012 12h32 | Brian Myles | Montréal
      L'attentisme de l'administration Tremblay apparaît au grand jour dans une série d'études rendues publiques lundi matin. Avant 2009, il y avait «une absence...
      L'attentisme de l'administration Tremblay apparaît au grand jour dans une série d'études rendues publiques lundi matin. Avant 2009, il y avait «une absence totale» de mécanismes pour prévenir la collusion, la fraude et la fixation des prix à la Ville de Montréal.
      6 réactions | 7 votes

    Édition papier Text privés uniquement

      • photo
      Le général David Petraeus saluant les photographes lors d’une cérémonie organisée pour souligner sa retraite de l’armée américaine, en 2011. À la tête de la CIA depuis, l’homme de 60 ans était l’une des dernières grandes figures rescapées de l’administration Bush et inspirait un très grand respect.

      La chute du «roi David»

      12 novembre 2012 | Libération | États-Unis | A1
      Washington — Trois femmes, un général et un secret mal gardé : c’est ce vaudeville assez classique qui a provoqué la chute d’un des plus talentueux...
      Washington — Trois femmes, un général et un secret mal gardé : c’est ce vaudeville assez classique qui a provoqué la chute d’un des plus talentueux généraux de l’armée américaine, héros de la guerre en Irak et patron de la CIA depuis 2011. Le général David Petraeus, qui, à 60 ans, se faisait passer pour un ascète, un sportif et un mari accompli, avait aussi une maîtresse. C’est ce qu’a découvert l’Amérique vendredi, complètement éberluée par l’affaire.
      5 réactions | 0 votes
      <div>
	Le documentaire Detropia, réalisé par Rachel Grady et Heidi Ewing, explique ce qui a mené l’ex-fleuron américain au bord de la faillite.</div>

      RIDM - La leçon de Detroit

      12 novembre 2012 | Émilie Folie-Boivin | Cinéma | B8
      Les Américains raffolent des success-stories. Le héros déchu qui touche le fond et se relève dans un élan inespéré. En s’installant à...
      Les Américains raffolent des success-stories. Le héros déchu qui touche le fond et se relève dans un élan inespéré. En s’installant à Detroit pour réaliser Detropia, Rachel Grady et Heidi Ewing (Jesus Camp, nommé aux Oscar, et 12 th & Delaware) s’attendaient à faire un documentaire sur une ville prête à voir se matérialiser la légendaire devise « It will rise from the ashes » de cette cité au passé épique, marqué par l’industrie automobile, la création de la classe moyenne pour les Afro-Américains et Motown. Le duo a toutefois vite constaté que Detropia serait un film davantage sur les conséquences que sur les solutions. « Nous lui avons vite trouvé une trame nationale », reconnaît la réalisatrice Heidi Ewing, en entrevue téléphonique.
      0 réactions | 3 votes
    • Harper, Obama et le smog

      12 novembre 2012 | Guy Taillefer | Actualités internationales | B2
      Harper en Inde ? Le correspondant de presse que je suis n’était pas fâché, la semaine dernière, d’échapper à la couverture du Forum...
      Harper en Inde ? Le correspondant de presse que je suis n’était pas fâché, la semaine dernière, d’échapper à la couverture du Forum économique mondial (FEM) qui se déroulait à Delhi, me trouvant, par un concours de circonstances qui m’arrangeait bien, en reportage dans le « Sud profond » des États-Unis à la veille de la présidentielle américaine. Pas fâché de ne pas avoir à composer avec le sentiment que ceux qui fréquentent ces sommets - ce qui n’exclut pas que le FEM soit en même temps le lieu de réflexions éclairantes sur les grands enjeux sociaux - tiennent entre eux des propos trop souvent déconnectés de la rue. Et que si, d’aventure, il y a croisement des intérêts des premiers avec les besoins des seconds, ça n’est jamais au fond que fortuit. La déconnexion est la plus navrante quand les politiques l’enveloppent dans un discours qui feint d’agir pour le bien commun.
      0 réactions | 4 votes
    • On prend les mêmes…

      12 novembre 2012 | François Brousseau | États-Unis | B1
      « On prend les mêmes et on recommence » : tel est le résultat apparent de la réélection de Barack Obama, doublée de celle d’une Chambre des...
      « On prend les mêmes et on recommence » : tel est le résultat apparent de la réélection de Barack Obama, doublée de celle d’une Chambre des représentants qui lui reste résolument hostile. Une Chambre quasi identique à la précédente, avec une solide majorité républicaine d’une quarantaine de sièges. Malgré le fait - très peu mentionné - que les démocrates, en plus de conserver la majorité au Sénat, ont en réalité remporté le suffrage universel à la Chambre.
      1 réaction | 6 votes
    • Victoire d’Obama - Faut-il y voir la main de Dieu?

      12 novembre 2012 | Jean-Claude Leclerc | Éthique et religion | B6
      Comment le président Barack Obama a-t-il pu remporter une victoire aussi décisive alors que les sondages concluaient à un imprévisible résultat ? C’est la...
      Comment le président Barack Obama a-t-il pu remporter une victoire aussi décisive alors que les sondages concluaient à un imprévisible résultat ? C’est la faute de Sandy, clame tel républicain déconfit, cette tempête que le ciel n’a su calmer. C’est Mitt Romney, prétend un irréductible du Tea Party, et sa tiédeur pour les valeurs morales. Le discours était valable, rétorquent de jeunes conservateurs, l’erreur fut de parler le « langage de l’homme des cavernes ». Pour d’autres enfin, c’est plutôt que l’Amérique change.
      3 réactions | 8 votes
    • Médias - Le panurgisme médiatique

      12 novembre 2012 | Stéphane Baillargeon | Médias | B7
      Panurge est le compagnon de Pantagruel. Dans l’oeuvre de Rabelais, les deux personnages s’embarquent pour un voyage au « pays des lanternes ». En mer, Panurge se dispute avec...
      Panurge est le compagnon de Pantagruel. Dans l’oeuvre de Rabelais, les deux personnages s’embarquent pour un voyage au « pays des lanternes ». En mer, Panurge se dispute avec un autre passager, le marchand Dindenault « qui s’exaltait à vanter ses moutons ». Excédé, il lui achète un animal et le balance à l’eau. Les autres moutons attirés par les bêlements du naufragé « suivent bêtement ». Dindenault lui-même s’accroche à la toison du dernier et se noie avec lui. Depuis, un mouton de Panurge désigne un suiveur qui se fond stupidement dans le mouvement collectif sans se poser de question.
      6 réactions | 12 votes
    • Nomination des «vice-rois» - Vices monarchiques

      12 novembre 2012 | Antoine Robitaille | Québec | A6
      Les « vice-mensonges », voilà comment on pourrait qualifier deux affirmations du ministre Alexandre Cloutier, faites la semaine dernière, au sujet du processus de nomination...
      Les « vice-mensonges », voilà comment on pourrait qualifier deux affirmations du ministre Alexandre Cloutier, faites la semaine dernière, au sujet du processus de nomination du lieutenant-gouverneur (LG). Le gouvernement Harper a bel et bien créé un Comité permanent « sur les nominations vice-royales », mais, contrairement à ce qu’a soutenu M. Cloutier, celui-ci demeure « consultatif ».
      4 réactions | 8 votes
      Dans son nouvel opus, Frédérick Gravel change de ton et préfère une certaine tristesse à l’ironie et à l’humour.

      Danse - L’atelier continu de Fred Gravel

      12 novembre 2012 | Catherine Lalonde | Danse | B8
      Fred Gravel poursuit son atelier chorégraphique continu avec Usually Beauty Fails. La méthode de son dernier opus reste celle qui lui a permis de faire sa marque : un concert...
      Fred Gravel poursuit son atelier chorégraphique continu avec Usually Beauty Fails. La méthode de son dernier opus reste celle qui lui a permis de faire sa marque : un concert chorégraphique, fruit d’une étroite collaboration avec les interprètes, qui alterne les numéros de musique rock et de danse comme autant d’études. Pour lier le tout, Gravel au micro fait quelques interventions, expliquant ce qu’il veut illustrer ou riant de lui-même, rappelant que son travail est un constant work in progress, racontant pourquoi il a choisi son titre.
      0 réactions | 0 votes
    • Concerts classiques - Senta, la magnifique

      12 novembre 2012 | Christophe Huss | Musique | B8
      Bienheureux, ceux qui n’ont pas à écrire sur ce Vaisseau fantôme qui prenait samedi l’affiche de l’Opéra de Montréal et sera redonné trois...
      Bienheureux, ceux qui n’ont pas à écrire sur ce Vaisseau fantôme qui prenait samedi l’affiche de l’Opéra de Montréal et sera redonné trois fois cette semaine. Par quel bout commencer ? Par une ouverture dirigée de manière prosaïque, mièvre, invertébrée et pénible, qui faisait craindre que cela dure jusqu’à minuit ? Par un metteur en scène zinzin, du genre « conceptuel », qui tripatouille Wagner jusqu’à oser modifier le scénario ? Par un décor astucieux, éclairé comme un spectacle de Broadway ou le magasin M M’s de Times Square ?
      1 réaction | 1 votes
      Un technicien de la compagnie Renesas Electronics, à Hitachinaka, marche dans l’usine de semi-conducteurs.

      L’électronique japonaise est en perdition

      12 novembre 2012 | Le Monde | Actualités économiques | B3
      Il fut un temps où des noms comme Sharp, Toshiba, Sony ou Panasonic étaient synonymes de réussite éclatante. Produits toujours plus innovants, garantie de qualité,...
      Il fut un temps où des noms comme Sharp, Toshiba, Sony ou Panasonic étaient synonymes de réussite éclatante. Produits toujours plus innovants, garantie de qualité, finances saines : pas besoin de chercher, la capitale mondiale de l’électronique se situait sur l’archipel nippon.
      0 réactions | 2 votes

    Recherche avancée dans les archives


    (Contenu intégral depuis 1992)

    Cette base de données est constituée du contenu rédactionnel de la publication et ne contient pas les photos, images, graphiques, publicités, rubriques et annonces.

    À titre d'abonné du Devoir, vous pouvez télécharger 25 articles gratuits par mois parmi les articles disponibles dans les archives depuis 1992.

    Accès aux archives