Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous
    Chronique

    La Bourse au rythme de la hausse des taux d'intérêt

    La hausse des taux d’intérêt fait la vie dure aux portefeuilles obligataires et force ceux en actions à se repositionner. Les titres sensibles au loyer de l’argent sont sous les projecteurs.

     

    Étonnamment, malgré sa cherté, le marché boursier reste, encore aujourd’hui, le premier choix des investisseurs institutionnels dans l’univers des valeurs mobilières. Mais l’on se prépare à une correction en augmentant le poids des liquidités dans les portefeuilles avec pour intention d’acheter sur faiblesse.

     

    C’est que l’expansion économique mondiale maintient le rythme, dans une nage de plus en plus synchronisée. La confiance est à son sommet et les profits des entreprises sont au rendez-vous. Dans son analyse, la Banque Nationale retient que ces indices continuent d’être propulsés par la croissance des bénéfices plutôt que par l’expansion des ratios cours/bénéfice, « ce qui est crucial ».

     

    En Amérique du Nord, le S & P/TSX a rebondi pour produire un rendement total de 3,7 % au troisième trimestre, gonflant le gain depuis le début de l’année à 4,4 %. Au sud, le S & P 500 multiplie les records et propose une progression de 14,2 % en neuf mois, de 6 % lorsque ramené en dollars canadiens. « La séquence actuelle de 318 jours sans correction de 5 % ou plus de l’indice S & P 500 est la quatrième plus longue depuis 1960 », ajoutent les analystes de la Nationale.

     

    On le devine, le président américain attribue ce long ralliement à son arrivée au pouvoir. Chaque poussée des cours digne de ce nom est récupérée en tweet et mise à son crédit. Certes, depuis les élections américaines, le S & P 500 affiche un gain de 20 %. Mais rien d’étonnant. Lorsque l’on compare la performance boursière après une première année électorale, celle de Donald Trump a été surpassée à cinq reprises depuis la Deuxième Guerre mondiale. Sous Bill Clinton, la poussée avait été de 31 %, nous dit Robert Kavcic, économiste senior chez BMO Marchés des capitaux.

     

    « Plusieurs intervenants de marché commencent à détacher les enjeux politiques de leurs décisions de placement. Les éléments fondamentaux finissent par prendre le dessus », peut-on lire dans la revue des marchés de Gestion de placements Eterna. Dans la foulée, les gestionnaires adoptent une approche plus prudente compte tenu de la durée du cycle haussier en Bourse, du fait qu’elle renferme une explosion du prix des actions des Facebook, Amazon, Apple, Netflix et Google affichant aujourd’hui « des multiples excessivement élevés ». Compte tenu aussi des pressions exercées sur le marché obligataire par le resserrement des politiques monétaires. Eterna préfère encore les actions, mais entend accroître ses liquidités dans l’anticipation d’une correction.

     

    À la Banque Nationale, les analystes priorisent également les actions. « Nous n’entrevoyons pas de repli grave ou prolongé. » La prime de risque boursier, soit l’écart entre le rendement d’un placement en bourse et celui d’un investissement sans risque, « reste intéressante selon les normes historiques ».

     

    L’attention demeure rivée sur les titres sensibles aux taux d’intérêt, comme l’illustre la Nationale. « Nous continuons de surpondérer le secteur des services financiers, qui devrait profiter de l’augmentation des taux d’intérêt dans une économie vigoureuse. » Ceux des télécommunications, des services publics et de la consommation de base sont sous-pondérés parce que vulnérables.

    Bill Morneau ajustera sa réforme Ottawa — Après des semaines de critiques, le ministre des Finances Bill Morneau s’apprête à dévoiler la nouvelle mouture de sa réforme fiscale pour les entreprises. Il fera une « présentation » à ses collègues libéraux lors d’une rencontre exceptionnelle du caucus lundi. Ce sera aussi l’occasion de détailler les prochaines étapes de son plan, dit-on en coulisses.

    Partis d’opposition, entrepreneurs et même quelques libéraux ont vilipendé la réforme du ministre. La réunion de lundi lui permettra de tenter de rassurer ses collègues, avant de dévoiler bientôt au grand jour les amendements qu’il proposera aux changements annoncés cet été.

    Le ministre a notamment dit vouloir éviter de pénaliser le transfert de fermes familiales à la nouvelle génération de même que les femmes entrepreneurs qui souhaitent s’économiser un congé de maternité. Ottawa veut restreindre la possibilité de sociétés privées de transformer du revenu en gain en capital, moins taxé ; interdire le saupoudrage salarial à des membres de la famille qui ne travaillent pas réellement pour la société ; et taxer davantage les intérêts générés par les investissements passifs d’une entreprise.
    Marie Vastel












    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.