Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous
    Des Idées en revues

    À quand un revenu garanti pour tous au Québec?

    Les économies d’échelle générées par l’implantation d’une prestation universelle semblent, à première vue, alléchantes

    1 septembre 2015 |Dominique Lamy | Emploi
    Le revenu de base garanti pourrait contribuer à éliminer la pauvreté et à assurer une meilleure éducation à ceux qui souhaitent s’en prévaloir.
    Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Le revenu de base garanti pourrait contribuer à éliminer la pauvreté et à assurer une meilleure éducation à ceux qui souhaitent s’en prévaloir.

    L’idée d’un revenu garanti pour tous — sans égard aux activités professionnelles, au revenu annuel ou au statut social et civil de l’individu — gagne en popularité en Europe et commence à faire son bout de chemin au Canada. Coup d’oeil sur une philosophie susceptible d’entraîner de multiples bouleversements.

     

    Le gouvernement finlandais planche actuellement sur le projet d’offrir un revenu de base à tous les citoyens du pays. L’idée est d’assurer l’octroi d’un montant garanti pour chaque résident, qu’il ait un emploi ou non. L’allocation mensuelle pourrait même frôler les 1000 euros, semble-t-il. Logiquement, pour en arriver à financer une telle mesure, d’autres programmes passeront cependant à la guillotine. La Finlande pourrait ainsi faire le choix d’éliminer l’aide financière aux chômeurs, les subventions aux entrepreneurs et les prestations pour les retraités, par exemple. Chaque citoyen serait ainsi dans l’obligation de « s’autoassurer », et de prendre en charge son avenir financier. « Chacun aurait alors à choisir entre une vie simple, mais sans travailler [le temps pourrait alors être consacré à la famille, à la société, à soi…], et une vie bien plus confortable, mais avec des obligations professionnelles », indique le site Les Affaires.

     

    Le revenu de base pourrait aussi être expérimenté en Aquitaine — dans le sud-ouest de la France — prochainement. La ville d’Utrecht, aux Pays-Bas, est aussi sur le point de mettre en place un système d’allocation universelle. « Le principe est simple : chaque personne recevrait de l’État un montant mensuel déterminé, suffisant pour survivre, qui remplacerait toutes les prestations attribuées aujourd’hui en raison de la pauvreté ainsi que les prestations familiales et [dans certaines versions] les allocations de chômage », expliquent les auteurs de ce billet.

     

    Et au Canada ? L’Institut Cooper a demandé récemment au gouvernement de l’Île-du-Prince-Édouard de mettre sur pied un projet-pilote de revenu minimum garanti. Pas étonnant sachant que 17 % des foyers y vivent dans l’insécurité alimentaire. Toujours d’après Radio-Canada, la ville de Dauphin, au Manitoba, est le seul endroit au Canada ayant fait l’expérience du revenu minimum dans les années 1970.

     

    Au Québec ?

     

    Je ne sais pas si un tel concept pourrait voir le jour au Québec. La machine gouvernementale y gagnerait en simplicité administrative. Une telle mesure égalitaire pourrait contribuer à éliminer la pauvreté et à assurer une meilleure éducation à ceux qui souhaitent s’en prévaloir. Cette solution — à peaufiner — pourrait s’avérer le filet de sécurité nécessaire qui permettrait aux entrepreneurs de prendre le risque d’innover. D’entreprendre ! Certains avancent même qu’elle serait bénéfique pour l’environnement ! Il y a certes des avantages.

     

    Par contre, plusieurs en viendraient à remettre en question la valeur de leur travail. Des impacts négatifs seraient sans aucun doute comptabilisés sur le marché de l’emploi. Quoique le niveau du revenu de base étant modeste, l’incitation à travailler devrait normalement perdurer.

     

    Cette mesure « prend ainsi l’aspect d’une réforme réaliste, qui a le mérite de bouleverser les fondements mêmes de l’économie dans un sens humaniste et égalitaire », conclut tout en finesse Laurent Joffrin dans les pages de Libération.

     

    Les économies d’échelle générées par l’implantation d’une prestation universelle semblent, à première vue, alléchantes. Le revenu garanti remplacerait ainsi un certain nombre de programmes gouvernementaux. Combien coûte le fait de faire fonctionner la Régie des rentes du Québec ou le programme de l’assurance-emploi ? Combien comptons-nous de dédoublements de postes, d’un ministère à l’autre ?

     

    Le simple fait de dédoubler au Québec la perception des taxes et impôts coûte au trésor québécois la rondelette somme de près de 500 millions de dollars annuellement. Or, en contexte d’austérité, toutes les solutions doivent être étudiées.

     

    Et elles doivent parfois rimer avec « simplicité ».

     

    Des commentaires ou des suggestions pour Des Idées en revues ? Écrivez à arobitaille@ledevoir.com et à gtaillefer@ledevoir.com













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.